Ouvrir Menu
TV5MONDE+
Profitez de votre espace

Pas encore inscrit ?

Créez vos alertes selon vos préférences, partagez voc contenus favoris, et accédez à vos recommandations personnalisées

  • Chargement du lecteur...
  • Merci professeur !

    Catin

    Enrichissez vos connaissances sur la langue française, ses curiosités, son actualité et ses accents avec la chronique du professeur Bernard Cerquiglini. Au programme : le mot catin. Merci professeur !

    Transcription

    Constatant le goût de la Révolution française qu'il n'aimait pas,

    pour l'antiquité romaine,

    le prince de Ligne commentait goguenard,

    les Catons ont remplacé les catins.

    Les catins. Voilà un mot qui fleure bon le XVIIIe siècle.

    Au départ, ce terme n'est en rien péjoratif.

    C'est un dérivé affectueux du prénom Catherine,

    dont on a gardé l'initiale et auquel on a ajouté le suffixe -in.

    On (...)

    Constatant le goût de la Révolution française qu'il n'aimait pas,

    pour l'antiquité romaine,

    le prince de Ligne commentait goguenard,

    les Catons ont remplacé les catins.

    Les catins. Voilà un mot qui fleure bon le XVIIIe siècle.

    Au départ, ce terme n'est en rien péjoratif.

    C'est un dérivé affectueux du prénom Catherine,

    dont on a gardé l'initiale et auquel on a ajouté le suffixe -in.

    On rencontre aussi catiche.

    Au XVIe siècle, catin désigne gentiment une fille de la campagne,

    d'où le sens dérivé de poupée encore vivant au Québec,

    une catin de cire, une catin de son.

    Du sens de fille de la campagne, on est passé à celui de servante,

    et ensuite, trop facilement,

    à celui de femme de mauvaises mœurs, prostituée.

    C'est une franche catin, écrit le dictionnaire de l'Académie française.

    Voilà bien l'emploi le plus courant de catin au XVIIe et au XVIIIe siècle.

    Au sens propre, Madame, vous n'êtes qu'une catin,

    comme au sens figuré, cette catin de fortune m'a abandonnée.

    Ensuite, le terme est tombé dans l'oubli.

    Que dit-on aujourd'hui ? Une putain ? Une traînée, voire une poufiasse ?

    Tout cela est assez vulgaire.

    Tant qu'a être désobligeant avec les dames,

    autant le faire avec un peu d'élégance et de distinction.

    Ne craignons donc pas de faire revivre ce terme d'Ancien régime.

    De grâce, mes Seigneurs, vive les catins.

    Voir plusmoins
    Publié le 31 juil. 2014
    00:01:47
    Disponible jusqu'au : 5 mars 2050
    Tous publics
    Tous publics