Ouvrir Menu
TV5MONDE+
Profitez de votre espace

Pas encore inscrit ?

Créez vos alertes selon vos préférences, partagez voc contenus favoris, et accédez à vos recommandations personnalisées

  • Chargement du lecteur...
  • Merci professeur !

    Bouchon

    Aujourd'hui, dans sa chronique sur la langue française, ses curiosités, son actualité et ses accents, le professeur Bernard Cerquiglini nous parle de bouchon. Merci professeur !

    Transcription

    À Lyon, quand vous voulez prendre un verre entre amis et partager un repas simple, mais délicieux, vous allez dans un "bouchon". On désigne ainsi un débit de boissons offrant une restauration traditionnelle. Un peu partout dans le monde, se rencontrent aujourd'hui des bouchons lyonnais. On pense, généralement, que le terme provient du mot "bouchon", qui bouche les bouteilles de vin que l'on consomme dans ces établissements. Ce n'est pas tout à fait exact. Le latin "boscat", broussaille, faisceau (...)

    À Lyon, quand vous voulez prendre un verre entre amis et partager un repas simple, mais délicieux, vous allez dans un "bouchon". On désigne ainsi un débit de boissons offrant une restauration traditionnelle. Un peu partout dans le monde, se rencontrent aujourd'hui des bouchons lyonnais. On pense, généralement, que le terme provient du mot "bouchon", qui bouche les bouteilles de vin que l'on consomme dans ces établissements. Ce n'est pas tout à fait exact. Le latin "boscat", broussaille, faisceau de branches, a donné l'ancien français bouche, qui désignait une poignée de paille. Le mot est devenu bouchon. Il avait de nombreux usages. On s'en servait, par exemple, pour frotter le poil d'un cheval couvert de sueur. On le bouchonne toujours aujourd'hui. On utilisait, ensuite, cette botte de paille comme enseigne placée au-dessus de la porte des cabarets populaires. Ce bouchon servant d'enseigne a fini par désigner, à Lyon, l'établissement lui-même. Enfin, cette bouche servait à boucher, c'est-à-dire à obstruer un orifice. Le mot bouchon, par suite, changeant de matière, a désigné, à partir du seizième siècle, un morceau de liège fermant une bouteille. C'est notre bouchon. Cette idée d'obstruction se rencontre dans un emploi moderne du mot bouchon, celui d'embouteillage. Ca bouchonne ! A ce propos, j'ai noté un sens nouveau du verbe "bouchonner", celui de sentir le bouchon. Ce vin est bouchonné. On n'aime pas trop entendre ça à Lyon, dans les "bouchons" !

    Voir plusmoins
    Publié le 31 juil. 2014
    00:01:49
    Disponible jusqu'au : 5 mars 2050
    Tous publics
    Tous publics