Ouvrir Menu
TV5MONDE+
Profitez de votre espace

Pas encore inscrit ?

Créez vos alertes selon vos préférences, partagez voc contenus favoris, et accédez à vos recommandations personnalisées

  • Chargement du lecteur...
  • Merci professeur !

    Blackbouler

    Savez-vous ce que veut dire blackbouler Regardez le professeur Bernard Cerquiglini en expliquer la signification dans sa chronique sur la langue française, ses curiosités, son actualité et ses accents. Merci professeur !

    Transcription

    La langue française a su, bien souvent, parfaitement intégrer un mot emprunté au point de le rendre méconnaissable. Ainsi, la "riding coat", habit pour monter à cheval, est devenue notre redingote. Parfois, malheureusement, le processus est inachevé. Ainsi, le verbe "blackbouler". Il signifie, vous le savez, refuser, évincer un candidat ou un projet. On le blackboule. C'est du blackboulage. Le terme, bien évidemment, est d'origine anglaise. On sait la mode des clubs en Grande-Bretagne. Les règle (...)

    La langue française a su, bien souvent, parfaitement intégrer un mot emprunté au point de le rendre méconnaissable. Ainsi, la "riding coat", habit pour monter à cheval, est devenue notre redingote. Parfois, malheureusement, le processus est inachevé. Ainsi, le verbe "blackbouler". Il signifie, vous le savez, refuser, évincer un candidat ou un projet. On le blackboule. C'est du blackboulage. Le terme, bien évidemment, est d'origine anglaise. On sait la mode des clubs en Grande-Bretagne. Les règles d'admission sont forts strictes. On avait coutume, en particulier, pour refuser un candidat, d'insérer dans l'urne non pas une boule blanche, mais une boule noire, "a black ball", d'où le verbe to black ball. L'intéressant est, quand ce verbe avait passé en français à l'époque romantique, on ne l'a pas francisé en "blackballer", mais directement sous la forme "blackbouler". C'était, en effet, bien une boule noire que l'on plaçait dans l'urne. Pourquoi ne pas continuer ? On rencontre, à la fin du dix-neuvième siècle, des graphies avec C, au lieu de CK, blackbouler. Voilà qui est fort sage, cette orthographe devrait être recommandée. On ne peut freiner, encore moins interdire, l'emprunt de mots étrangers. C'est un fait propre à toutes les langues. Encore faut-il intégrer promptement ces emprunts au génie de la langue française. A défaut de les blackbouler, francisons-les.

    Voir plusmoins
    Publié le 31 juil. 2014
    00:01:42
    Disponible jusqu'au : 5 mars 2050
    Tous publics
    Tous publics