Ouvrir Menu
TV5MONDE+
Profitez de votre espace

Pas encore inscrit ?

Créez vos alertes selon vos préférences, partagez voc contenus favoris, et accédez à vos recommandations personnalisées

  • Chargement du lecteur...
  • Merci professeur !

    Bizarre

    Aujourd'hui, dans sa chronique sur la langue française, ses curiosités, son actualité et ses accents, le professeur Bernard Cerquiglini nous parle de bizarre. Merci professeur !

    Transcription

    Un humoriste pourrait dire que le mot "bizarre" porte bien son nom. Tout, en effet, semble étrange dans l'histoire de ce mot. Il apparaît en français au 16e siècle, sans doute emprunté à l'italien, "bizzarro", qui signifiait coléreux, puis extravagant, et lui-même d'origine obscure. Sa forme est d'ailleurs loin d'être fixée. On rencontre "bigeard", puis "bigard", sans doute influencé par "bigarrer", "bizer", et enfin "bizarre". C'est d'abord un nom féminin, une bizarre, qui signifiait une extrav (...)

    Un humoriste pourrait dire que le mot "bizarre" porte bien son nom. Tout, en effet, semble étrange dans l'histoire de ce mot. Il apparaît en français au 16e siècle, sans doute emprunté à l'italien, "bizzarro", qui signifiait coléreux, puis extravagant, et lui-même d'origine obscure. Sa forme est d'ailleurs loin d'être fixée. On rencontre "bigeard", puis "bigard", sans doute influencé par "bigarrer", "bizer", et enfin "bizarre". C'est d'abord un nom féminin, une bizarre, qui signifiait une extravagance. C'est plus tard que le soupçon s'insinue quand le mot devient masculin. Le bizarre est alors une sorte d'étrangeté. On emploie, aujourd'hui, l'adjectif "bizarre" pour qualifier une personne ou un comportement que l'on comprend mal, une idée bizarre. Plus généralement, on qualifie de bizarre tout ce qui s'écarte de l'ordre habituel des choses, des ombres bizarres dans une maison bizarre. Rien angoissant d'ailleurs, simplement un mélange d'étrangeté et de singularité. Le vieux sens d'extravagant n'a d'ailleurs pas totalement disparu, un accoutrement bizarre, en témoigne "bizarroïde" formé à l'aide du suffixe scientifique "oïde", qui paraît tout droit sorti du jargon amusé des laboratoires. L'ange du bizarre, disait BAUDELAIRE. Un rien d'étrange, une once d'anormal, un zeste inquiétude. Ai-je dit bizarre ? Comme c'est bizarre.

    Voir plusmoins
    Publié le 31 juil. 2014
    00:01:46
    Disponible jusqu'au : 5 mars 2050
    Tous publics
    Tous publics