Ouvrir Menu
TV5MONDE+
Profitez de votre espace

Pas encore inscrit ?

Créez vos alertes selon vos préférences, partagez voc contenus favoris, et accédez à vos recommandations personnalisées

  • Chargement du lecteur...
  • Merci professeur !

    Ballotage

    Savez-vous ce que veut dire ballotage ? Regardez le professeur Bernard Cerquiglini en expliquer la signification dans sa chronique sur la langue française, ses curiosités, son actualité et ses accents. Merci professeur !

    Transcription

    En période électorale, un terme refait surface et il est délicieux, c'est le ballottage. Il désigne, comme on le sait, le résultat négatif d'un premier tour de scrutin, aucun des candidats n'ayant obtenu la majorité absolue des suffrages exprimés, ils sont alors en ballottage. Ce terme n'a rien à voir avec le ballot, le paquet de marchandises, encore moins avec "ballot", terme familier dont on qualifie un imbécile ou un niais, ce qui serait fort cruel pour les candidats en attente. Ballottage, e (...)

    En période électorale, un terme refait surface et il est délicieux, c'est le ballottage. Il désigne, comme on le sait, le résultat négatif d'un premier tour de scrutin, aucun des candidats n'ayant obtenu la majorité absolue des suffrages exprimés, ils sont alors en ballottage. Ce terme n'a rien à voir avec le ballot, le paquet de marchandises, encore moins avec "ballot", terme familier dont on qualifie un imbécile ou un niais, ce qui serait fort cruel pour les candidats en attente. Ballottage, et d'abord ballotter, provient de l'italien "ballotta", la petite balle, on se servait, en effet, de petites balles pour voter. Ce terme à donner le français "ballotte" à la fin du Moyen Âge. À la Renaissance, ballotter et ballottage désignent l'acte de voter à l'aide de ballottes. C'est au 19ème siècle que le sens s'est restreint pour désigner un premier tour de scrutin négatif. On est en ballottage, on ne ballotte plus, ou plutôt si car la petite boule, la ballotte, a donné un second verbe. On rencontre, en effet, à partir du 17ème siècle, le verbe ballotter au sens de agiter dans tous les sens, comme une balle que l'on fait rebondir, et au passif être secoué sans cesse, au propre : un navire ballotté par les lames, comme au figuré : être ballotté entre des désirs contradictoires, rien à voir avec les élections. Toutefois, je ne peux m'empêcher de penser que le malheureux candidat en ballottage est quelque peu ballotté par l'indécision de ses électeurs.

    Voir plusmoins
    Publié le 31 juil. 2014
    00:01:58
    Disponible jusqu'au : 5 mars 2050
    Tous publics
    Tous publics