Ouvrir Menu
TV5MONDE+
Profitez de votre espace

Pas encore inscrit ?

Créez vos alertes selon vos préférences, partagez voc contenus favoris, et accédez à vos recommandations personnalisées

  • Chargement du lecteur...
  • Merci professeur !

    Ayants droit

    Et si vous en appreniez un peu plus sur l'expression ayants droit avec le professeur Bernard Cerquiglini ? Regardez Merci professeur !, une chronique sur la langue française, ses curiosités, son actualité et ses accents.

    Transcription

    Il n'est pas toujours facile de distinguer l'adjectif formé sur un verbe à l'aide du suffixe ent, du participe présent forme de ce verbe. Comment les distingue-t-on ? Parfois, grâce à l'orthographe. L'adjectif se termine par le suffixe ent, le participe présent par le suffixe ant, négligent négligeant, précédent, précédant. Plus généralement, par le fait que le participe présent forme verbale est invariable, mais quand sait-on que l'on est en présence d'un participe présent. D'abord par le sens, (...)

    Il n'est pas toujours facile de distinguer l'adjectif formé sur un verbe à l'aide du suffixe ent, du participe présent forme de ce verbe. Comment les distingue-t-on ? Parfois, grâce à l'orthographe. L'adjectif se termine par le suffixe ent, le participe présent par le suffixe ant, négligent négligeant, précédent, précédant. Plus généralement, par le fait que le participe présent forme verbale est invariable, mais quand sait-on que l'on est en présence d'un participe présent. D'abord par le sens, Victor Hugo écrit "il réveilla ses fils dormant", c'est-à-dire qui dormaient, c'est un verbe, pas de s du pluriel. Ensuite, quand ce terme est suivi d'un complément, c'est alors un verbe qui ne prend pas le s du pluriel. Comparer les collines environnantes, adjectif, les collines environnant la ville, verbe. Cette distinction est récente. Dans l'ancienne langue, le participe présent s'accordait en genre comme en nombre. Ronsard écrivait "j'aime la bouche imitante la rose". C'est au 17ème siècle que Vaugelas, puis l'Académie française ont condamné cet accord. Toutefois, la langue juridique conservatrice témoigne de l'état ancien. Elle écrit au pluriel les rendants compte, les ayants cause, les ayants droit. Cette dernière expression, encore assez courante, est vraiment curieuse. Droit y est au singulier car ces personnes ont le droit, ayant prend un s au pluriel comme avant le 17ème siècle. Ne serait-il pas temps, aujourd'hui, de moderniser quelque peu la langue juridique.

    Voir plusmoins
    Publié le 31 juil. 2014
    00:01:58
    Disponible jusqu'au : 5 mars 2050
    Tous publics
    Tous publics