Ouvrir Menu
TV5MONDE+
Profitez de votre espace

Pas encore inscrit ?

Créez vos alertes selon vos préférences, partagez voc contenus favoris, et accédez à vos recommandations personnalisées

  • Chargement du lecteur...
  • Merci professeur !

    Au grand dam

    Enrichissez vos connaissances sur la langue française, ses curiosités, son actualité et ses accents avec la chronique du professeur Bernard Cerquiglini. Au programme : l'expression "au grand dam". Merci professeur !

    Transcription

    L’expression "au grand dam" est un vestige illustre. Le mot "dam" figure, en effet, dans le premier texte rédigé en français, les fameux serments de Strasbourg de 842. Il fut emprunté au latin damnum qui signifiait la dépense, le préjudice. C’est le sens de l’ancien français : être au dam de quelqu’un, lui nuire. À partir de la Renaissance, "dam" a été remplacé par son dérivé, "damage", d’où l’anglais, damage, devenu "dommage" et entrer dans la langue juridique : dommages et intérêts, endommager (...)

    L’expression "au grand dam" est un vestige illustre. Le mot "dam" figure, en effet, dans le premier texte rédigé en français, les fameux serments de Strasbourg de 842. Il fut emprunté au latin damnum qui signifiait la dépense, le préjudice. C’est le sens de l’ancien français : être au dam de quelqu’un, lui nuire. À partir de la Renaissance, "dam" a été remplacé par son dérivé, "damage", d’où l’anglais, damage, devenu "dommage" et entrer dans la langue juridique : dommages et intérêts, endommager, dédommagement. Affaibli, il est passé dans la langue courante, quel dommage. Comme c’est souvent le cas, le mot "dam" s’est maintenu dans des locutions figées. Tout d’abord à mon, ton, son, notre, leur ; "dam", restée vivante jusqu’au 19e siècle. J’ai même trouvé à mon propre dam, chez Henri BOSCO, mais cela frise l’affectation. Ne subsiste plus aujourd’hui que la locution totalement figée, "au grand dam de quelqu’un", à son préjudice. Si cette expression qui contient un des plus vieux mots de la langue française, cent ans encore, on ne peut que s’en réjouir, mais elle est inanalysable en français contemporain. C’est bien dommage.

    Voir plusmoins
    Publié le 31 juil. 2014
    00:01:44
    Disponible jusqu'au : 5 mars 2050
    Tous publics
    Tous publics