Ouvrir Menu
TV5MONDE+
Profitez de votre espace

Pas encore inscrit ?

Créez vos alertes selon vos préférences, partagez voc contenus favoris, et accédez à vos recommandations personnalisées

  • Chargement du lecteur...
  • Merci professeur !

    Amiens et menthol

    Vous vous interrogez sur les mots Amiens et menthol ? Le professeur Bernard Cerquiglini vous éclaire sur les méandres de la langue française... Merci professeur !

    Transcription

    Depuis le Xe siècle, le groupe e+n se prononce "en" et ne se distingue pas dans la prononciation du groupe a+n. Cette règle, comme toujours, souffre des exceptions, elles sont de 3 ordres. Tout d’abord en contexte, e+n précédé de i se prononce "ien" : je viens, le tien, c’est bien. Ensuite pour des raisons régionales, le picard ayant gardé la prononciation "ein", comme au Québec, (inaudible), la capitale de la Picardie se prononce Amiens. Enfin, on prononce "ein" dans des mots savants entrés plu (...)

    Depuis le Xe siècle, le groupe e+n se prononce "en" et ne se distingue pas dans la prononciation du groupe a+n. Cette règle, comme toujours, souffre des exceptions, elles sont de 3 ordres. Tout d’abord en contexte, e+n précédé de i se prononce "ien" : je viens, le tien, c’est bien. Ensuite pour des raisons régionales, le picard ayant gardé la prononciation "ein", comme au Québec, (inaudible), la capitale de la Picardie se prononce Amiens. Enfin, on prononce "ein" dans des mots savants entrés plus récemment dans la langue. Ils sont d’origine latine, ils peuvent être calqués : agenda, mémento, pensum ; ou assimilé : appendice. Il peut s’agir de mots grecs : rhododendron, pentagone ; ou bien de mots d’origines diverses : bengali, benjoin, benzine. C’est du moins le bon usage. Mais les choses changent. Ainsi, pour désigner un conseiller expérimenté, dites-vous un meintor ou un mentor ? Il semble que la deuxième prononciation se généralise, bien qu’elle soit équivoque, un mentor peut être menteur. De même, il y a belle lurette que l’on ne dit plus du "meinthol", mais du "menthol" sur le modèle du mot "menthe". L’usage est donc en train de changer, c’est au fond un bon signe, un signe d’intégration de ces mots qui suivent les règles générales de la prononciation française. C’est au fond un bon modus vivendi.

    Voir plusmoins
    Publié le 31 juil. 2014
    00:01:50
    Disponible jusqu'au : 5 mars 2050
    Tous publics
    Tous publics