Ouvrir Menu
TV5MONDE+
Profitez de votre espace

Pas encore inscrit ?

Créez vos alertes selon vos préférences, partagez voc contenus favoris, et accédez à vos recommandations personnalisées

  • Chargement du lecteur...
  • Merci professeur !

    Adieu

    Aujourd'hui, dans sa chronique sur la langue française, ses curiosités, son actualité et ses accents, le professeur Bernard Cerquiglini nous parle d'adieu. Merci professeur !

    Transcription

    En français de bon usage, adieu se dit dans le cas d'une séparation définitive avec un ton solennel, ou du moins empreint d'émotion. Pensons à la chanson de Jacques BREL, Le moribond, "Adieu ma femme, je vais mourir". Ceux qui ont grandi loin de Paris connaissent et pratiquent d'autres emplois d'adieu.

    2 exemples : tout d'abord, adieu peut se dire dans le cas d'une séparation brève, il est l'équivalent de "au revoir". "Allez, adieu, je vais prendre mon train". Depuis le 17e siècle (...)

    En français de bon usage, adieu se dit dans le cas d'une séparation définitive avec un ton solennel, ou du moins empreint d'émotion. Pensons à la chanson de Jacques BREL, Le moribond, "Adieu ma femme, je vais mourir". Ceux qui ont grandi loin de Paris connaissent et pratiquent d'autres emplois d'adieu.

    2 exemples : tout d'abord, adieu peut se dire dans le cas d'une séparation brève, il est l'équivalent de "au revoir". "Allez, adieu, je vais prendre mon train". Depuis le 17e siècle au moins, on le sait par la littérature, les Parisiens s'étonnent d'entendre des provinciaux leur dire "adieu" à la place d'"au revoir", c'est pour eux une marque de provincialisme. Autre exemple, dans le midi de la France et jusqu'à Lyon, on peut dire adieu pour se saluer, c'est l'équivalent de "bonjour". "Adieu Paul, comment vas-tu ?" Comment vas-tu ? Cela ne se dit qu'avec les gens que l'on tutoie, c'est une salutation familière et très amicale. En l'occurrence, le français régional est seulement conservateur, car l'ancien français n'a jamais restreint adieu à cette séparation définitive et solennelle. C'est le français de Paris, celui qui a imposé sa norme, qui en a restreint et précisé l'emploi. C'est sa force sans doute, mais c'est aussi un peu sa faiblesse.

    Voir plusmoins
    Publié le 31 juil. 2014
    00:01:48
    Disponible jusqu'au : 5 mars 2050
    Tous publics
    Tous publics