Ouvrir Menu
TV5MONDE+
Profitez de votre espace

Pas encore inscrit ?

Créez vos alertes selon vos préférences, partagez voc contenus favoris, et accédez à vos recommandations personnalisées

  • Chargement du lecteur...
  • Merci professeur !

    Achalandé

    Aujourd'hui, dans sa chronique sur la langue française, ses curiosités, son actualité et ses accents, le professeur Bernard Cerquiglini nous parle du mot achalandé . Merci professeur 

    Transcription

    Un jeu auquel je me suis souvent livré, demandez à vos amis ce que signifie un magasin bien achalandé. Ils ne manqueront pas de vous répondre : "c’est une boutique bien approvisionnée en marchandises à la fois abondantes et variées". C’est sans doute le nouvel usage, mais en tous les cas, cette signification est contraire à l’histoire du mot. Qu’est-ce qu’un chaland quand il ne désigne pas ce bateau plat qui circule sur un canal ? Longtemps écrit avec un "t" final, chaland est le participe prése (...)

    Un jeu auquel je me suis souvent livré, demandez à vos amis ce que signifie un magasin bien achalandé. Ils ne manqueront pas de vous répondre : "c’est une boutique bien approvisionnée en marchandises à la fois abondantes et variées". C’est sans doute le nouvel usage, mais en tous les cas, cette signification est contraire à l’histoire du mot. Qu’est-ce qu’un chaland quand il ne désigne pas ce bateau plat qui circule sur un canal ? Longtemps écrit avec un "t" final, chaland est le participe présent du verbe chaloir. Ce très vieux verbe signifiait : "importer". On le retrouve encore dans "peu me chaut, peu m’importe", et dans "nonchalant". En ancien français, un chaland, c’est un ami qui importe, un compagnon fidèle, un amoureux, et par suite, le client régulier d’une échoppe ou d’une taverne. Achalander, c’est donc pourvoir une boutique d’une clientèle à la fois abondante et fidèle. Et être achalandé, c’est donc être pourvu d’une telle clientèle. Certes, si les clients sont fidèles, c’est sans doute parce que la boutique est bien approvisionnée et l’on comprend que l’on passe d’un sens à l’autre. Il faut cependant, à mes yeux, conserver le sens propre d’achalander. D’une part, il est conforme à l’histoire de la langue. D’autre part, il peut être vivant. Au Québec, on ne fait pas du shopping en fréquentant les boutiques, on fait du chalandage.

    Voir plusmoins
    Publié le 31 juil. 2014
    00:01:51
    Disponible jusqu'au : 5 mars 2050
    Tous publics
    Tous publics