Ouvrir Menu
TV5MONDE+
Profitez de votre espace

Pas encore inscrit ?

Créez vos alertes selon vos préférences, partagez voc contenus favoris, et accédez à vos recommandations personnalisées

  • Chargement du lecteur...
  • Merci professeur !

    Acabit

    Connaissez-vous le mot acabit ? Laissez vous guider par le professeur Bernard Cerquiglini pour en apprendre un peu plus sur la langue française. Merci professeur !

    Transcription

    Bonjour professeur.

    Bonjour Marie.

    Ah, un défi. Clément nous explique que les présentateurs de l’émission Des chiffres et des lettres n’ont pas su expliquer d’où venait le mot "acabit". Il s’en remet donc à vous, persuadé que rien ne vous résiste. Alors, dites-nous Professeur.

    Je vous rassure Marie, je suis de cet acabit, c’est-à-dire de ce type. Le mot acabit est étrange et l’origine en est obscure. C’est peut-être un emprunt au provençal "acabit" d’"ac (...)

    Bonjour professeur.

    Bonjour Marie.

    Ah, un défi. Clément nous explique que les présentateurs de l’émission Des chiffres et des lettres n’ont pas su expliquer d’où venait le mot "acabit". Il s’en remet donc à vous, persuadé que rien ne vous résiste. Alors, dites-nous Professeur.

    Je vous rassure Marie, je suis de cet acabit, c’est-à-dire de ce type. Le mot acabit est étrange et l’origine en est obscure. C’est peut-être un emprunt au provençal "acabit" d’"acabir", achever. Le participe passé "acabit" signifiait donc "qui a été achevé", d’où cette idée de nature ou de caractère intrinsèque. À partir du 14e siècle, le mot français "acabit" désigne le bon ou le mauvais état, notamment d’un fruit : des poires de bon acabit. Par extension, il s’emploie au 17e siècle pour indiquer la qualité de toutes marchandises. À l’époque moderne, "acabit" désigne en général la nature ou la sorte. Ainsi, BALZAC écrit dans Le Cousin Pons, "elle s’était entourée de quelques vieilles dévotes de son acabit". Aujourd’hui le mot est peu vivant, sauf dans la locution figée "du même acabit". Elle est dépréciative et appartient à la langue familière. Elle désigne une sorte, avec une nuance de méfiance ou de mépris. Elle est par suite, synonyme d’une autre locution familière également empruntée au commerce des denrées, "de la même farine".

    Voir plusmoins
    Publié le 31 juil. 2014
    00:01:47
    Disponible jusqu'au : 5 mars 2050
    Tous publics
    Tous publics