Ouvrir Menu
TV5MONDE+
Profitez de votre espace

Pas encore inscrit ?

Créez vos alertes selon vos préférences, partagez voc contenus favoris, et accédez à vos recommandations personnalisées

  • Chargement du lecteur...
  • Merci professeur !

    Abricot

    Aujourd'hui, dans sa chronique sur la langue française, ses curiosités, son actualité et ses accents, le professeur Bernard Cerquiglini nous parle d'abricot. Merci professeur !

    Transcription

    L’abricot est un fruit sympathique. Il est tout rond, duveteux, parfumé, délicieux, surtout quand on l’épluche. Tout en lui est douceur, succulence, tendreté et tendresse. Il est aussi fort agréable à l’historien de la langue, car son aventure est des plus singulières. Issu d’Arménie, c’était pour les Latins un fruit précoce, "praecoquum". Les Grecs adoptèrent le terme et l’adaptèrent en "praikókion". Les Arabes importèrent ce fruit qu’ils surent cultiver avec brio. Ils avaient entendu "praikóki (...)

    L’abricot est un fruit sympathique. Il est tout rond, duveteux, parfumé, délicieux, surtout quand on l’épluche. Tout en lui est douceur, succulence, tendreté et tendresse. Il est aussi fort agréable à l’historien de la langue, car son aventure est des plus singulières. Issu d’Arménie, c’était pour les Latins un fruit précoce, "praecoquum". Les Grecs adoptèrent le terme et l’adaptèrent en "praikókion". Les Arabes importèrent ce fruit qu’ils surent cultiver avec brio. Ils avaient entendu "praikókion", ils en firent "barqwq" précédé de l’article "al" : "Al-barqwq". Après la conquête de la péninsule ibérique, les Arabes y installèrent d’immenses vergers où ils cultivèrent ce fruit. Les populations indigènes, hispanophones, entendirent "barqwq", elles en formèrent le mot espagnol "albaricoque". Ce terme passa en français au 16e siècle et devint "abricot". Un beau périple, en vérité, et qui fournit matière à réflexion. On se plaint aujourd’hui du trop grand nombre de mots anglais qu’emprunte la langue française. Certes, la nouveauté technique, commerciale, artistique et donc lexicale est de nos jours anglo-saxonne. Mais si les Grecs, puis les Arabes, puis les Espagnols, puis nos ancêtres avaient fait barrage à l’importation des choses et des mots, nous ne mangerions pas aujourd’hui de délicieux abricots.

    Voir plusmoins
    Publié le 31 juil. 2014
    00:01:53
    Disponible jusqu'au : 5 mars 2050
    Tous publics
    Tous publics