Ouvrir Menu
TV5MONDE+
Profitez de votre espace

Pas encore inscrit ?

Créez vos alertes selon vos préférences, partagez voc contenus favoris, et accédez à vos recommandations personnalisées

  • Chargement du lecteur...
  • Merci professeur !

    A c't'heure

    Connaissez-vous l'expression " A c't'heure " ? Laissez vous guider par le professeur Bernard Cerquiglini pour en apprendre un peu plus sur la langue française. Merci professeur !

    Transcription

    Un terme aussi fréquent que le mot "heure" a formé bon nombre de locutions en français standard. Il en est encore plus en français régional. Celles-ci, toutefois, sont souvent ignorées des dictionnaires généraux, par trop centrés sur la norme parisienne.

    J'en prendrai 3 exemples. Tout d'abord, en français, on a longtemps dit : se lever au se coucher "à bonne heure". Au cours du 19e siècle, cette construction a été considérée par les Parisiens comme vulgaire et condamnée. On l'enten (...)

    Un terme aussi fréquent que le mot "heure" a formé bon nombre de locutions en français standard. Il en est encore plus en français régional. Celles-ci, toutefois, sont souvent ignorées des dictionnaires généraux, par trop centrés sur la norme parisienne.

    J'en prendrai 3 exemples. Tout d'abord, en français, on a longtemps dit : se lever au se coucher "à bonne heure". Au cours du 19e siècle, cette construction a été considérée par les Parisiens comme vulgaire et condamnée. On l'entend encore régulièrement en province. Ensuite, chez moi, à Lyon, dans la région Rhône-Alpes, mais aussi dans l'Est de la France, pour désigner une heure exagérément matinale ou tardive, ont dit : "à point d'heure", "Oh, il est encore rentré à point d'heure". Pour ma part, je ne vois pas comment dire autrement. Enfin, depuis le 16e siècle, le Français utilise l'expression "à cette heure", "à c't'heure", pour signifier actuellement, maintenant. Cet adverbe, par exemple, est très fréquent chez Montaigne sous la forme "astur". Il a disparu du français standard, et les quelques dictionnaires qui le citent, le qualifient de rural ou de vieilli. Il est en fait bien vivant dans la province française, en Belgique et en Amérique du Nord : Québec, Acadie, et en Louisiane, où je l'entends tous les jours. Ces locutions témoignent de la richesse de la langue française, laquelle ne se réduit pas, à c't'heure, à ce qu'on entend en région parisienne.

    Voir plusmoins
    Publié le 31 juil. 2014
    00:01:50
    Disponible jusqu'au : 5 mars 2050
    Tous publics
    Tous publics