Ouvrir Menu
TV5MONDE+
Profitez de votre espace

Pas encore inscrit ?

Créez vos alertes selon vos préférences, partagez voc contenus favoris, et accédez à vos recommandations personnalisées

  • Chargement du lecteur...
  • Les haut-parleurs - résiste

    Au Maroc, la santé des villageois est abandonnée


    Par Maha au Maroc


    #Société


    Au Maroc, comme dans beaucoup de pays, tous les citoyens n'ont pas accès aux hôpitaux
    et aux infrastructures de santé. Des étudiants en médecine se bougent et créent des caravanes solidaires pour leur venir
    en aide.


    Crédits :
    Écriture et réalisation : Maha Hasnaoui

    Musique : Leili par Maha HasnaouiPiano : Maha HasnaouiRédaction en chef : Hanane Guendil

    Musique générique : Tanguy JouanArchives : "Mais Medicos" - TV Saude
    H24info, Yabiladi, Le Matin.ma

     


    Transcription

    (sous-titré) Je suis Maha, au Maroc, et j'ai découvert une situation alarmante. 

    Notre déclaration se présente comme la plus vigoureuse, la plus nécessaire des protestations de l'humanité contre les atrocités et les oppressions. Au Maroc, un fossé sépare le milieu rural et le milieu urbain, et le système de santé ne fait pas exception. On parle de 13 millions de personnes habitant loin des infrastructures. Les plus chanceux peuvent se déplacer à l'hôpital public de la ville la plus (...)

    (sous-titré) Je suis Maha, au Maroc, et j'ai découvert une situation alarmante. 

    Notre déclaration se présente comme la plus vigoureuse, la plus nécessaire des protestations de l'humanité contre les atrocités et les oppressions. Au Maroc, un fossé sépare le milieu rural et le milieu urbain, et le système de santé ne fait pas exception. On parle de 13 millions de personnes habitant loin des infrastructures. Les plus chanceux peuvent se déplacer à l'hôpital public de la ville la plus proche. Mais quand il n'y a presque aucun moyen de transport : dix kilomètres, ça peut sembler le bout du monde. Pour mieux comprendre cette situation, je me suis rendue dans un village qui s'appelle Ouled Taleb, à 60 km de Casablanca, là où j'habite. Et là-bas, les gens ne vivent que de leur bétail ; et rêvent que, un jour, ils n'auront plus à se sacrifier pour se soigner. (sous-titré) Pour réduire les frais médicaux, le gouvernement, sous le mandat de Abdel-Ilah Benkiran, a mis en place, en 2012, un régime d'assistance médicale, la Ramed, pouvant aider les plus démunis à consulter gratuitement dans les hôpitaux publics. A priori, une bonne initiative, mais qui va devenir rapidement un véritable casse-tête : longues files d'attente dans les hôpitaux, pas assez de structures adaptées, sans parler des problèmes de ressources financières. (sous-titré) Un problème qui se pose alors aussi dans beaucoup d'autres pays. Quelles sont les solutions, alors ? En 2015, le gouvernement marocain a tenté d'imposer aux étudiants en médecine deux ans de service civil obligatoire dans les zones enclavées ; et cela, sans structure, ni rémunération adaptée, ce qui a entraîné la protestation des blouses blanches.

    Mais, des étudiants en médecine montrent pour autant une solidarité envers les personnes vivant loin des centres médicaux. J'ai pu rencontrer un groupe d'étudiants à Casablanca. Plusieurs fois par an, ils organisent des caravanes médicales et se déplacent dans les populations rurales à travers le pays. Ils collaborent avec des médecins spécialistes pour des consultations gratuites.  On était parti sur place parce qu'on savait qu'il y avait un besoin dans cette région. On a rencontré les médecins des centres de santé. On a rencontré la population. On a vu qu'il y avait un réel besoin en gynécologie, pédiatrie et ophtalmologie, dont la caravane mère-enfant que nous avons réalisée. (sous-titré) Je pense que d'un côté, c'est bien ; mais d'un autre côté, ce n'est pas forcément bien. Pourquoi ? Parce que l'associatif ne peut pas combler tous les trous de la santé marocaine. 

    Hélas, ces initiatives sont ponctuelles et ne peuvent pas aider tous les villages. Des villages, comme celui que je vous ai montré, n'y ont même pas accès. Quant à la Ramed, le Roi Mohammed VI a demandé au gouvernement de résoudre rapidement les problèmes du système. Des initiatives existent aussi partout dans le monde. On peut penser au programme Mais Médicos au Brésil, lancé en 2013. Le pays a demandé à des médecins étrangers de venir exercer dans les banlieues pauvres et les zones rurales. Et vous, que faites-vous près de chez vous pour faciliter l'accès aux soins aux personnes vivant loin dans les zones reculées ? Rendez-vous sur Les Haut-parleurs pour voir d'autres vidéos !

    Voir plusmoins
    Publié le 11 déc. 2018
    00:04:53
    Disponible jusqu'au : 10 déc. 2030
    Tous publics
    Tous publics