Ouvrir Menu
TV5MONDE+
Profitez de votre espace

Pas encore inscrit ?

Créez vos alertes selon vos préférences, partagez voc contenus favoris, et accédez à vos recommandations personnalisées

  • Chargement du lecteur...
  • Les Haut-Parleurs

    Arméniens de Syrie, l'histoire en sens inverse - Meghrib en Arménie

    Il y a 100 ans les grand-parents de Meghrig ont fui le génocide arménien et se sont installés en Syrie. Mais depuis 2011, des milliers d'Arméniens ont fui la guerre en Syrie, pour se réfugier... en Arménie. Meghrig raconte le parcours de son frère Gaidz, restaurateur, qui a dû recommencer sa vie à Yerevan, après avoir fait le chemin inverse de ses aïeux.

    Crédits : Meghrig Jabaghchourian - Caméra et Montage Areg Kozmoyan

    Transcription

    Bonjour. Je suis Maghrig. Je vais vous parler d'Erevan, en Arménie. Je suis Arméniénne, mais comme beaucoup de mes compatriotes, je suis née en Syrie. Mes grands-parents se sont installés là-bas pendant le génocide. En 1915, l'Empire Ottoman a commis un génocide contre la peuple arménien. Les survivants ont été obligés de se réfugier dans d'autres pays. Mes grands-parents se sont installés en Syrie. Avant le début de la guerre civile de 2011, il y avait 80 000 Arméniens en Syrie. Beaucoup d'Armé (...)

    Bonjour. Je suis Maghrig. Je vais vous parler d'Erevan, en Arménie. Je suis Arméniénne, mais comme beaucoup de mes compatriotes, je suis née en Syrie. Mes grands-parents se sont installés là-bas pendant le génocide. En 1915, l'Empire Ottoman a commis un génocide contre la peuple arménien. Les survivants ont été obligés de se réfugier dans d'autres pays. Mes grands-parents se sont installés en Syrie. Avant le début de la guerre civile de 2011, il y avait 80 000 Arméniens en Syrie. Beaucoup d'Arméniens vivaient à Alep, la capitale économique du pays, comme moi. Mais avec la guerre, on a dû quitter le pays rapidement. Mon père a dû abandonner ses 2 restaurants. Il a tout perdu et on est venu ici, à Erevan. Aujourd'hui, il y a plus de 10 000 Arméniens qui sont venus de Syrie. Encore une fois, 100 ans après, les Arméniens ont fui la guerre et ils ont tout perdu. Le gouvernement arménien a donné des aides, mais il faut se souvenir que l'Arménie aussi est un pays qui a des problèmes économiques. Gaidz aussi est arrivé ici, parce qu'il a fui la guerre et il a dû tout recommencer à zéro.

    (langue étrangère)

    Les repas de Gaidz sont un mélange entre la nourriture arménienne et syrienne. Gaidz n'a pas reçu d'aide financière, mais on l'a aidé autrement.

    (langue étrangère)

    Malgré les difficultés, le restaurant syrien arménien de Gaids, fonctionne bien. Il n'avait pas prévu de s'installer ici, mais la vie en a décidé autrement. Pour des milliers d'Arméniens, comme lui et comme moi. Aujourd'hui, on a l'impression d'avoir fait le chemin inverse de mes grands-parents qui ont fui le pays il y a 100 ans. Au revoir. Continuez de nous suivre sur les Hauts-Parleurs. A bientôt.

    J'en ai d'ailleurs rencontré un, il s'appelle Mohamed. Il a 23 ans et il a participé, dès le départ, à la rébellion.

    Voir plusmoins
    Publié le 13 mars 2016
    00:03:59
    Disponible jusqu'au : 19 nov. 2020
    Tous publics
    Tous publics