Ouvrir Menu
TV5MONDE+
Profitez de votre espace

Pas encore inscrit ?

Créez vos alertes selon vos préférences, partagez voc contenus favoris, et accédez à vos recommandations personnalisées

  • Ce programme n'est malheureusement pas disponible pour votre zone géographique.
    Découvrez d'autres programmes disponibles dans les recommandations ci-dessous.
  • L'invité

    Tristane Banon

    Invitée : Tristane Banon, journaliste et romancière française

    Son nouveau roman "Prendre un papa par la main" raconte les fondements d'une famille recomposée.

    Présentation : Patrick Simonin


    Transcription

    Bonjour Tristane Banon.

    Bonjour.

    Chroniqueuse à la radio, écrivain, et voici la romancière qu'on a plaisir à retrouver.

    J'ai presque envie de dire ce n'est pas vraiment un roman celui-là

    "Prendre un papa par la main".

    C'est un roman d'autofiction, ce mot qui fait peur à tout le monde et que j'adore.

    Je pense que très souvent, les auteurs n'écrivent jamais que sur eux.

    C'est ce qu'on a de plus proche (...)

    Bonjour Tristane Banon.

    Bonjour.

    Chroniqueuse à la radio, écrivain, et voici la romancière qu'on a plaisir à retrouver.

    J'ai presque envie de dire ce n'est pas vraiment un roman celui-là

    "Prendre un papa par la main".

    C'est un roman d'autofiction, ce mot qui fait peur à tout le monde et que j'adore.

    Je pense que très souvent, les auteurs n'écrivent jamais que sur eux.

    C'est ce qu'on a de plus proche.

    Ecrire des sentiments qu'on connaît, c'est encore ce qu'il y a de mieux.

    Après, faut-il encore avoir l'impression

    que notre petite histoire touche une histoire plus grande que la nôtre.

    C'est pour ça que j'ai voulu écrire ce livre,

    c'est parce que je pense que ma petite histoire

    était révélatrice d'une grande histoire qui touche beaucoup de femmes et d'hommes.

    Vous vous demandez qui a dit qu'on ne choisissait pas ses parents.

    Vous avez l'impression qu'on les choisit vraiment.

    C'est surtout que j'ai l'impression que la société a beaucoup changé,

    et qu'on voit de plus en plus de formes de famille éclore.

    J'ai voulu questionner ce problème de savoir qu'est-ce qu'un père finalement,

    est-ce que c'est quelqu'un par lequel on est lié par des liens du sang,

    ou est-ce que c'est quelqu'un par lequel on est lié pour des vraies raisons d'amour,

    d'éducation, et de transmission de valeurs.

    Dans ce livre, la petite fille, le bébé va décider de se choisir un papa.

    Elle arrive sur terre, sa maman est évidemment là, mais le papa a déserté.

    Elle décide d'en trouver un, elle part en quête d'un papa.

    Elle va tomber sur cet homme. C'est l'histoire d'un coup de foudre réciproque.

    Cet homme va avoir, lui aussi, un coup de foudre pour ce bébé.

    Tout d'un coup, du jour au lendemain, il va décider de l'aider à grandir,

    donc il va devenir son père.

    Je pense que c'est ça, être un père, c'est aider un bébé à devenir un adulte,

    puis à le soutenir dans sa vie d'adulte.

    Ces liens de filiation, on le devient, c'est ce qui est extraordinaire dans cette histoire.

    C'est que la petite fille qui est un bébé, va choisir un papa,

    mais aussi un compagnon pour sa maman en quelque sorte

    Au départ, elle cherche surtout un compagnon pour sa maman.

    Au départ, elle cherche un papa pour sa maman.

    Elle ne comprend pas bien comment ça fonctionne tout ça.

    Elle comprend qu'il manque quelqu'un,

    mais elle se dit que pour elle, tout va très bien.

    C'est vraiment le moment où elle va se retrouver face à cet homme,

    et où il va la tenir dans ses bras, où elle va se dire :

    "non mais celui-là, c'est mon papa, j'en trouverai un autre pour maman".

    Et petit à petit, je ne vais pas déflorer l'histoire,

    mais petit à petit, elle comprend que ce qui lie ce nouveau papa et sa mère,

    c'est quelque chose de différent que la relation qu'elle peut avoir avec cet homme

    qui devient petit à petit son père.

    C'est cette idée d'expliquer qu'est-ce qui unit une fille à son papa

    ou un fils d'ailleurs à son papa, qu'est-ce qui nous unit à notre père,

    parce que le lien avec la mère est évident,

    puisqu'on porte notre enfant pendant 9 mois.

    Quand il arrive, il y a quelque chose d'impalpable qui existe, qui préexiste.

    Ce que vous dites, c'est que le père doit, en plus, c'est ce lien,

    c'est plus que la filiation, c'est de l'amour finalement.

    C'est de l'amour, et c'est une construction qui va se faire petit à petit.

    Je pense vraiment qu'on devient père.

    Ce n'est pas quelque chose qui est évident tout de suite.

    Ça démarre, la relation commence au moment de la naissance de l'enfant.

    En tout cas, c'est l'impression que j'ai eu, et c'est ce que j'ai constaté.

    C'est à dire q'au moment où l'enfant arrive,

    l'homme réalise tout d'un coup qu'il est père,

    et il va devenir père petit à petit, il va accompagner cet enfant,

    il va vivre les premières dents, il va vivre les premiers cris, il va vivre les premiers mots,

    et c'est ça qui va faire qu'il est père.

    Et qu'il est aussi le compagnon de la maman.

    C'est à trois que ça se passe, c'est ça qui est formidable.

    Dans cette histoire, la famille va vraiment s'auto-construire,

    parce que très souvent, en tout cas quand tout se passe bien,

    il est le compagnon de la maman avant de devenir le père.

    Là, tout va se faire d'un coup.

    C'est vraiment une sorte de famille spontanée qui va advenir.

    C'est pour ça aussi que j'ai voulu écrire ce roman

    parce que ce sont des questions qu'on se pose beaucoup ces temps-ci.

    Qu'est-ce qu'une famille ?

    Est-ce qu'une famille homoparentale est une famille comme les autres ?

    Est-ce que deux papas peuvent être

    le terreau d'une famille pour un enfant ou deux mamans ?

    Je pense, c'est en tout cas ce que j'ai voulu démontrer avec ce livre,

    que véritablement, ça paraît un poncif que le dire,

    mais du moment qu'il y a de l'amour qui unit tous les liens d'une même famille,

    c'est une famille, c'est évidemment une famille.

    On voit aussi dans ce livre que l'enfant est l'acteur de la construction de cette famille.

    Et le ciment, ce qui va maintenir cette construction,

    c'est le fait qu'effectivement, il y a un enfant.

    Ce n'est plus juste un couple, ça devient une famille.

    Chacun est interdépendant de l'autre.

    C'est une vraie question qui m'interrogeait

    puisque moi-même, j'ai très peu connu mon père.

    Je l'ai rencontré consciemment assez tard, et ça ne m'a absolument rien fait.

    Quand vous avez rencontré votre père pour la première fois…

    Quand j'ai rencontré mon père pour la première fois consciente,

    parce que sans doute que je l'avais vu toute petite, mais je ne m'en souvenais pas.

    Ça ne m'a rien fait. J'ai eu l'impression d'être face à un étranger.

    Je me suis posé cette question.

    Je me suis dit "mais c'est censé être ton père, et ça ne te fait rien",

    comme si ces liens du sang ne voulaient rien dire tout d'un coup.

    Quand j'ai vu mon enfant avec cet homme,

    qui eux ne partageaient pas ces liens de sang,

    j'ai eu cette impression qu'évidemment, il était son père, et qu'évidemment, elle était sa fille.

    C'est là où je me suis dit, il y a quelque chose à travailler là-dessus,

    il y a quelque chose à expliquer

    qui veut dire que forcément, ça ne peut pas passer que par les liens du sang.

    Dans le roman, je fais dire à un des personnages

    qui essaye de réconforter la maman qui vient de se faire plaquer quand même,

    et elle lui dit: "tu sais, il y a des hommes qui sont faits pour faire des enfants,

    et des hommes qui sont faits pour être pères.

    Parfois, ces deux hommes sont réunis dans la même personne, parfois pas.

    Je pense que c'est très vrai.

    C'est un livre qui place le père au moment où il y a tous ces débats

    autour de faire des enfants sans les pères, c'est possible aujourd'hui.

    Mais au fond, quelle place pour les pères dans la société actuelle ?

    Elle est devenue prépondérante.

    C'est aussi un hommage que j'ai voulu rendre aux pères dans ce livre

    parce qu'au-delà du problème de la filiation,

    j'ai découvert en élevant ma fille, en allant à la crèche, en faisant toutes ces choses,

    qu'il y avait de plus en plus de pères qui étaient ultra-présents auprès de leurs enfants.

    J'ai l'impression que c'est quelque chose de très nouveau.

    J'ai réentendu, il n'y a pas longtemps, une interview d'Elisabeth Badinter,

    je crois que c'était pour France télévisions, qui ne s'appelait pas France télévisions,

    où elle disait que les hommes avaient déserté leur rôle de père,

    et qu'ils ne faisaient pas le job.

    Il semble me souvenir qu'elle utilise ce terme "ils ne font pas le job",

    parce que c'était vrai, dans cette génération, les hommes n'ont pas fait le job,

    en tout cas peu l'ont fait,

    ils étaient très peu présents dans l'éducation de leurs enfants.

    J'ai l'impression qu'aujourd'hui, ça s'est complètement renversé,

    le père est une mère comme les autres.

    Je les vois donner le biberon, se lever au milieu de la nuit,

    aller chercher leurs enfants à l'école, à la crèche, les accompagner aux activités,

    c'est extraordinaire de voir cette évolution qu'il y a eue dans ce rôle-là.

    Vous-même, Tristane, vous vous êtes construit l'image d'un père,

    à travers la relation avec votre propre enfant.

    En tout cas, j'ai pris conscience de ce que je n'avais pas eu,

    et je me suis dit que c'était merveilleux que ma fille puisse l'avoir

    alors que quand elle est née, ce n'était pas évident.

    C'est une chance.

    Oui, c'est une chance merveilleuse,

    parce que je pense que s'il y a une chose qui m'a manqué,

    en y réfléchissant, dans le fait de quelque part ne pas avoir de père,

    c'est cette confiance en soi qu'on a, et qui, je pense, quand on est une petite fille,

    nous est donnée par le regard que le père porte sur nous.

    On est sa princesse.

    Je n'ai jamais été la princesse d'un homme,

    et je pense que ça s'en est beaucoup ressenti dans mon manque de confiance en moi.

    Je suis heureuse de voir que ma fille aura ça.

    Votre roman autofiction qui touche tout le monde, qui peut interpeller tout le monde. Merci Tristane Banon.

    Merci beaucoup.

    Voir plusmoins
    00:08:18
    Tous publics
    Tous publics