Ouvrir Menu
TV5MONDE+
Profitez de votre espace

Pas encore inscrit ?

Créez vos alertes selon vos préférences, partagez voc contenus favoris, et accédez à vos recommandations personnalisées

  • Ce programme n'est malheureusement pas disponible pour votre zone géographique.
    Découvrez d'autres programmes disponibles dans les recommandations ci-dessous.
  • L'invité

    Honji Wang, Sébastien Ramirez

    Invités : Honji Wang, Sébastien Ramirez, danseurs.

    Le duo star de la danse contemporaine fait escale à Paris pour sa nouvelle création "Dystopian Dream", une interprétation qui combine chorégraphie, musique et théâtre.

    Présentation : Patrick Simonin.

    Transcription

    C'est le duo triomphe de la danse contemporaine à travers le monde,

    récompensé partout.

    On est heureux d'accueillir WANG RAMIREZ,

    ça c'est le nom du duo, évidemment.

    Avec nous, Honji WANG et Sébastien RAMIREZ,

    très heureux de se produire à Paris dans quelques jours,

    au théâtre Pierre CARDIN,

    et de retrouver le public sur une nouvelle création.

    Honji, c'est à chaque fois un enjeu import (...)

    C'est le duo triomphe de la danse contemporaine à travers le monde,

    récompensé partout.

    On est heureux d'accueillir WANG RAMIREZ,

    ça c'est le nom du duo, évidemment.

    Avec nous, Honji WANG et Sébastien RAMIREZ,

    très heureux de se produire à Paris dans quelques jours,

    au théâtre Pierre CARDIN,

    et de retrouver le public sur une nouvelle création.

    Honji, c'est à chaque fois un enjeu important ?

    Oui, c'est très excitant, non ?

    Oui, excitant, on va dire, on va dire comme ça.

    Il va dire la même chose,

    parce que vous vous entendez bien, Sébastien RAMIREZ.

    Non, on est très contents, très heureux d'être ici.

    On revient avec une nouvelle production, donc c'est toujours un peu…

    voilà, c'est le stress, parce qu'on veut faire ça bien, comme d'habitude,

    et surtout, de voir les réactions du public,

    comment c'est reçu, on va dire, la pièce.

    Donc on est très contents.

    Voilà. Toujours ce mélange incroyable de culture.

    On vous présente, alors on dit : vous êtes franco-hispano-germano-coréen.

    Vous êtes tout ça vous deux, finalement.

    Ah oui, c'est un méli-mélo, c'est un mix.

    Même quand on parle, on ne sait plus quelle langue on parle :

    français, anglais, coréen, espagnol, c'est…

    Ah, vous, c'est plutôt catalan.

    Je suis d'origine du sud de la France, donc catalan, oui, de Perpignan.

    Mais ma mère est castillane, et mon père est catalan.

    Oui. Et vous évidemment, c'est la Corée.

    Oui, la Corée, c'est mes parents,

    mais je suis née en Allemagne, alors je suis entre les 2.

    C'est ça. C'est une allemande.

    Ça nous donne un cocktail explosif de danse hip-hop contemporain.

    Voici, extrait de leur nouveau spectacle, "Dystopian Dream".

    Merci d'être avec nous.

    Ben de rien, merci à vous.

    On vous voit, comme ça, qui regardez ça.

    C'est vrai que c'est émouvant, en même temps, de voir une création.

    Alors, c'est d'après l'album de Nitin SAWHNEY, qui est un artiste anglais.

    En 2015, il publiait un album qui vous a impressionnés.

    Vous vous dites : "On va danser là -dessus", c'est ça ?

    Oui, c'est bien ça.

    Oui, c'est ça. C'est une collaboration qui est née,

    et qui a été initiée par le Sadler's Wells, à Londres.

    Et ils nous ont rencontrés, en fait, son univers avec notre univers.

    Et puis justement, voilà, ça nous a enrichis,

    j'espère que nous aussi, on l'a enrichi avec notre notre danse.

    Et puis c'était une belle rencontre, une très très belle rencontre.

    Mais en fait, c'était un grand challenge,

    parce que c'est la première fois qu'on a fait une interprétation sur un album excitant.

    Existant. Ça, c'était au début.

    Excitant aussi, hein.

    Alors, c'était vraiment difficile à vraiment mettre ça sur scène dans une pièce,

    parce qu'il y a 15 morceaux de chansons,

    et de faire vraiment un lien entre tous les morceaux, ce n'était pas évident.

    Mais j'espère qu'on y est arrivés.

    Ça vous a touchés, parce que d'abord c'est un artiste

    qui se rapproche de votre univers hip-hop,

    et en même temps, qui prête à la danse,

    mais c'est un album qui raconte aussi quelque chose de tragique, un deuil.

    Oui, c'est…voilà. L'album est basé sur, on va dire, le décès de son père.

    Donc, ça c'est…tout a tourné un peu l'histoire de la pièce

    sur la (inaudible), la perte, la solitude, c'est un peu…

    On est rentrés dans des univers un peu… des fantaisies,

    on est allés un peu…

    dans toute cette matière-là, on a développé notre chorégraphie,

    donc c'était quelque chose, c'était aussi émouvant,

    c'est quelque chose de personnel aussi, vécu par Nitin.

    Et comment nous, on pouvait mettre ça sur scène,

    en respectant un peu tous ces codes -là.

    Oui, Honji. C'était ça d'écrire, comme ça, on part sur une page blanche,

    et on crée cette chorégraphie, sur cette musique, on lui donne corps.

    On n'analyse pas trop, au début, on entend ce que lui il avait dans sa tête.

    Après, on écoute la musique,

    après on va dans le studio et on commence juste à bouger sur ces morceaux

    et sans vraiment trop analyser.

    Alors, c'est vraiment un mélange d'instinct,

    et une chose qu'on observe de l'extérieur, et voilà.

    Oui, c'est ça. Finalement, c'est une belle définition

    de ce qu'est la danse contemporaine, non ?

    Oui, c'est vrai. Nous, c'est important, je pense, de savoir où on est le plus efficace.

    Chaque artiste est différent, chaque personne est différente,

    il y en a qui sont plus cérébrales,

    il y en a qui sont plus sur le mouvement, le visuel.

    Je pense que nous, on est plus des personnes,

    comme elle dit, sur l'instant, le moment présent.

    L'instinct et le mouvement justement, nous inspirent plus.

    De la base du mouvement, on part sur un peu à la dramaturgie, le contexte,

    tout ça, ça vient…c'est des couches qui se "overlap", qui se croisent, donc…

    Regardez, je voudrais qu'on regarde.

    Ce sont des instants de répétitions,

    en fait ce sont des instants de répétitions,

    j'allais presque dire, aussi de création.

    Vous inventez, véritablement.

    Oui, mais c'est ça la liberté dans les créations,

    on peut vraiment commencer et se permettre de faire tout ce qu'on sent,

    tout ce qu'on veut, tout ce dont on veut parler dessus.

    Des fois, ce n'est pas…peut être que ce n'est pas le truc,

    mais ça, en faisant, en jouant, en réponse du public,

    on voit ce qui est juste et ce qui n'est pas juste.

    Et on a le choix encore de changer,

    d'évoluer, de faire vraiment grandir le spectacle

    Oui. Ce qu'elle dit, le public…il y a une interaction avec le public, finalement.

    Ça fonctionne comme ça ? Ça se crée avec le public ?

    Ben je pense que c'est un peu la particularité des danseurs

    qui viennent du milieu hip-hop aussi,

    c'est qu'on travaille sur…on aime bien cet échange avec le public.

    On aime aussi satisfaire une certaine attente.

    On n'est pas juste dans notre cocon, dans notre milieu,

    c'est important qu'on ait un échange avec le public,

    que ce que l'on fait, ça ait un certain impact,

    et qu'on arrive à voir cette réaction du public, c'est plus fun.

    Oui. Ça s'appelle "Dystopian Dream".

    Vous m'avez dit : "C'est le contraire de l'utopie".

    Je ne sais pas. Dystopian. C'est le contraire, donc c'est…

    Oui, c'est l'opposé, c'est un peu "upside down, the dark side"

    Oui, c'est entre le rêve, le cauchemar, et c'est un peu tout ça.

    On joue, en fait, beaucoup dans le délire : "c'est quoi après" ?

    La lumière dont on parle toujours, la lumière blanche qu'on voit,

    et après, c'est quoi cette ligne qui est entre la réalité et le rêve ?

    Et c'est vraiment un questionnement de Nitin qui était autour de l'album,

    de savoir le moment où tu décèdes, ça passe où ?

    C'est ça. Allez, maintenant, faites une petite démonstration !

    Non, je rigole.

    Une petite démonstration.

    Ca, ca passe toujours.

    "Over the shoulder" : autour de l'épaule.

    "Over your shoulder" : autour de ton épaule.

    Un petit problème.

    On dirait du rock'n roll. Voilà. Ils sont magnifiques !

    C'est WANG RAMIREZ. Il faut aller les applaudir à l'Espace CARDIN,

    leur nouveau spectacle.

    On était ravis que vous fassiez escale sur TV5 Monde.

    Bon vent.

    Merci à tous les 2. À bientôt.

    Merci beaucoup.

    Merci.

    Voir plusmoins
    00:07:56
    Tous publics
    Tous publics