Ouvrir Menu
TV5MONDE+
Profitez de votre espace

Pas encore inscrit ?

Créez vos alertes selon vos préférences, partagez voc contenus favoris, et accédez à vos recommandations personnalisées

  • Ce programme n'est malheureusement pas disponible pour votre zone géographique.
    Découvrez d'autres programmes disponibles dans les recommandations ci-dessous.
  • L'invité

    Pierre Lapointe

    Invité : Pierre Lapointe, auteur-compositeur-interprète canadien.

    Pierre Lapointe fait son retour sur la scène des Francos avec un nouveau spectacle et un album « La Science du coeur ».

    Présentation : Patrick Simonin. Depuis les Francos de Montréal.

    Transcription

    Tu ne sais pourquoi mais même les mouvements dictés par ton coeur

    Font que tu te sens abandonné au milieu de tes peurs

    Crois-tu qu'un jour, malgré tout, tu seras capable d'aimer ?

    Seul moyen possible de le savoir,

    On est halluciné, Pierre Lapointe, un nouveau disque, La science du cœur.

    C'est carrément scientifique là.

    La science du cœur, c'est impossible d'avoir un regard scientifique sur le cœur. Oui, c'est pos (...)

    Tu ne sais pourquoi mais même les mouvements dictés par ton coeur

    Font que tu te sens abandonné au milieu de tes peurs

    Crois-tu qu'un jour, malgré tout, tu seras capable d'aimer ?

    Seul moyen possible de le savoir,

    On est halluciné, Pierre Lapointe, un nouveau disque, La science du cœur.

    C'est carrément scientifique là.

    La science du cœur, c'est impossible d'avoir un regard scientifique sur le cœur. Oui, c'est possible, mais c'est un peu dommage et un peu drame d'essayer de regarder l'amour avec un regard objectif et scientifique. Maintenant, je trouvais l'image assez belle.

    On regarde lequel de clip ?

    Je dirais Sais-tu vraiment qui tu es.

    On va le savoir tout de suite.

    Toutes ces photos de ta vie

    Tu les regardes dans ton lit

    Elles ne te laissent jamais seule

    Ton image sera ton linceul

    Mais sais-tu vraiment qui tu es ?

    Mais sais-tu vraiment qui tu es ?

    Mais sais-tu vraiment qui tu es ?

    Est-ce qu'on sait vraiment qui vous êtes, Pierre Lapointe ?

    Je ne sais pas si les gens savent qui je suis, mais je peux dire que je pense que pour faire ce métier-là et écrire des chansons en allant dans les zones où je vais pour écrire, je pense qu'il faut que je me connaisse assez bien. Je crois.

    Au fond, ce disque est un disque mathématique.

    C'est comme ça que je l'ai appelé au départ parce qu'on a mis des codes un peu partout, on a travaillé de façon très rationnelle les arrangements. Et c'est un album que la pulsion première pour ce disque-là, avant même de savoir de quoi j'allais parler dans le disque, j'avais une envie de faire quelque chose qui était très cérébral, tout en essayant de faire quelque chose de très, très beau et idéalement de très touchant. Je pense à la chanson Alphabet, d'ailleurs c'est le clip qu'on vient de sortir, on s'est inspiré, on a écrit des mots clés en morse, en code morse, qu'on a intégrés à la rythmique de la musique. Les gens ne le savent pas ça, mais ce sont des messages subliminaux qu'on envoie aux gens. Et ça a donné un disque très rationnel, mais qui finit, je l'espère, par être très, très émouvant. Et j'espère que ce sont des thèmes qui évoquent chez les gens des sentiments forts et, je l'espère, troublants.

    Troublants, carrément ?

    J'aime bien savoir que les gens ont écouté le disque en étant complètement… En finissant le disque en étant à l'envers, en fait.

    A, toujours faire rimer amour avec toujours

    B, les initiales BB

    C, pour toi, oh blanche cocaïne

    D, souvenir du Daba Zurich

    Il y a un conseil sur ce disque, c'est "Il faut l'écouter de bout en bout sans être interrompu par les réseaux sociaux, faute de quoi on n'aura pas tous les effets bénéfiques", c'est-à-dire qu'on est transformé, comme vous le disiez, Pierre ?

    Oui, il faut savoir qu'à la fin de chacun de mes disques, j'écris une petite phrase souvent arrogante où je montre aussi à quel point je ne me prends pas au sérieux. On a travaillé le disque, David François Moreau et moi, comme on travaillait à l'époque d'Aznavour, de Léo Ferré, avec des arrangements, des orchestrations. Et on a pensé la mise en scène du disque un peu comme à l'époque. Plus on travaillait, plus je me disais "Ce serait bien que les gens l'écoutent du début à la fin", comme à l'époque où on écoute un vinyle où on écoutait la face A, on tournait, on écoutait la face B. Sur le disque, je réfléchis aussi sur l'image qu'on peut maintenant nous-mêmes trafiquer et projeter et diffuser à profusion sur les réseaux sociaux. J'ai l'impression qu'il n'y a pas tant de gens qui ont pris la peine de réfléchir sur ce phénomène-là, parce qu'on est encore au début. Il y a des gens, j'en connais, et il y a des périodes où je le suis aussi, mais il y a des gens qui sont obsédés par le téléphone et par les réseaux sociaux. J'ai donc décidé de proposer aux gens de l'écouter du début à la fin.

    Un disque sans réseaux sociaux.

    Idéalement, il se promène sur les réseaux sociaux. Quand on l'écoute… Mais, c'est aussi parce que je prétends, c'est un peu prétentieux, mais je prétends quand même que ce disque-là a la même valeur qu'une œuvre littéraire ou une œuvre théâtrale ou qu'un film. Pour moi… Puis, on interrompt pas un film ou un livre pour… Dans ma tête, c'est un peu sacré ces œuvres-là. Donc, j'essaie de placer la chanson et l'écoute du disque au même endroit.

    C'est quoi la durée, 32 minutes ?

    Je ne sais plus exactement, je la savais à l'époque où le disque est sorti, mais ces 32 minutes et quelques secondes.

    On arrête pendant 32 minutes de faire autre chose.

    Et on écoute La science du cœur de Pierre Lapointe.

    Par exemple, ça.

    Cœur qui bat ?

    D'aller sur scène et de surprendre les gens ? Oui, c'est un défi. C'est toujours un défi. À chaque fois, j'ai l'impression que je fais un show meilleur que la dernière fois et je n'ai pas le droit d'aller en bas de ça. C'est par respect pour les gens. Je trouve que le public est une masse intelligente, brillante et je me dois d'être exigeant envers moi-même pour rassasier et pour qu'on s'élève l'esprit tout le monde ensemble. Ça n'empêche pas quelques faux pas ou quelques conneries parce que c'est sain, c'est nécessaire. Maintenant, oui le show de La science du cœur, c'était difficile de recréer l'album tel quel parce que l'album est très orchestré, donc David François Moreau et moi, on a décidé d'y aller dans la simplicité. On a fait un peu comme Léo Ferré qui faisait des albums très orchestraux et qui arrivaient seul sur scène avec son pianiste. Sauf que moi, j'ai ajouté au piano, un marimba. Le spectacle est extrêmement écrit, parce que David François Moreau a écrit tous les arrangements. Je travaille avec des musiciens classiques, donc des musiciens extrêmement rigoureux qui viennent d'une autre famille de pensée que les musiciens de la chanson pop, de la musique pop. Étrangement, malgré le fait que tout soit très, très écrit, on arrive à quelque chose de très, très libérateur, très émouvant et très drôle, parce que avec les chansons, j'ai toujours beaucoup déconné, puis les gens rient beaucoup pendant mes spectacles.

    On va aller voir Pierre Lapointe, on en sortira, on n'est plus le même ?

    Moi, j'aime bien quand les gens sortent… Mais, j'ai eu des supers beaux commentaires. Il y a et plusieurs personnes, et c'est drôle parce que ces gens-là ne se connaissent pas, il y en a en Amérique, d'autres en Europe, des gens qui me disaient "C'est fou, mais ton spectacle m'a donné le droit de me sentir faible, et ça me fait sentir plus fort". Je trouve ça hyper beau parce que je dis toujours que j'écris des petits aveux de défaites, des petits moments où l'humain devant le miroir, lui-même, se dit à lui-même "Je ne suis pas aussi fort que je voudrais, et peut être qu'un jour, je serai plus fort, mais pour tout de suite, je baisse les bras". Je trouve que l'être humain est très beau dans ces moments-là et c'est ce que j'essaie de décrire. Tant mieux si ce que les gens ressentent en venant me voir en spectacle, c'est quelqu'un qui est dégagé de ce complexe-là. Je ne veux pas être extraordinaire et ça fait de moi un être extraordinaire.

    Merci, merci Pierre Lapointe, aux Francos de Montréal.

    Et un peu partout en France et au Québec encore pour presque l'année qui s'en vient.

    Merci Pierre.

    Merci.

    Voir plusmoins
    00:08:06
    Tous publics
    Tous publics