Ouvrir Menu
TV5MONDE+
Profitez de votre espace

Pas encore inscrit ?

Créez vos alertes selon vos préférences, partagez voc contenus favoris, et accédez à vos recommandations personnalisées

  • Ce programme n'est malheureusement pas disponible pour votre zone géographique.
    Découvrez d'autres programmes disponibles dans les recommandations ci-dessous.
  • L'invité

    Sylvère-Henry Cissé

    Invité : Sylvère-Henry Cissé, journaliste sportif.

    Il est l'un des ambassadeurs de la candidature de Paris aux JO de 2024, dont l'attribution va être annoncée à Lima. L'occasion de se demander comment Paris a raflé la mise et de s'interroger sur ce que vont être ces jeux.

    Présentation : Patrick Simonin.

    Transcription

    Bonjour Sylvère-Henry CISSÉ.

    Bonjour Patrick.

    Leader de Sport & Démocratie, ambassadeur de Paris. Les Jeux olympiques pour 2024, ça y est, demain à Lima, le comité olympique est enfin réuni. C’est la victoire de plusieurs années de lutte. Les JO, pour Paris c’est fait.

    C’est une formidable réussite, c’est est un pari qui a été réussi, qui va permettre à la Ville lumière de ramener, 100 ans après, et après trois tentatives qui ont été des échecs, eh bien (...)

    Bonjour Sylvère-Henry CISSÉ.

    Bonjour Patrick.

    Leader de Sport & Démocratie, ambassadeur de Paris. Les Jeux olympiques pour 2024, ça y est, demain à Lima, le comité olympique est enfin réuni. C’est la victoire de plusieurs années de lutte. Les JO, pour Paris c’est fait.

    C’est une formidable réussite, c’est est un pari qui a été réussi, qui va permettre à la Ville lumière de ramener, 100 ans après, et après trois tentatives qui ont été des échecs, eh bien les Jeux olympiques à Paris.

    Oui, mais qu’est-ce qui a emporté la décision Sylvère-Henry CISSÉ ?

    Le dossier qui était meilleur que celui des Américains. Alors quand on rentre dans ce dossier, je ne vais pas rentrer dans les chiffres et dans les détails, mais vous donner trois indicateurs qui vont vous permettre de comprendre. Tout d’abord, il y avait le côté spectaculaire dans ce dossier. Le dossier américain avait proposé des sites éclatés un peu partout, du côté de la Californie à Los Angeles, alors que nous, nous avons des sites qui sont dans la ville, qui font de Paris une ville olympique sur 10 km². Ensuite, il y a le problème des transports. Aux États-Unis, il y a très peu de transports publics alors qu’à Paris, vous avez une station de métro tous les 400 m.

    Oui.

    Et ensuite, il y a la qualité tout simplement la "Dream Team" que compose la gouvernance de Paris 2024 avec Étienne THOBOIS, Tony ESTANGUET, Bernard LAPASSET, on ne peut pas tous les citer, mais ils ont été vraiment formidables pour poser un superbe dossier.

    Oui, mais il y a tout un pays derrière aussi.

    Il y a tout un pays.

    83 % des Français se réjouissent.

    Et n’oubliez pas, le Président de la République qui a toujours été là, Emmanuel MACRON. Il faut aussi rendre grâce aux Présidents précédents, SARKOZY et HOLLANDE, qui ont aussi soutenu la candidature. Il y a eu le pays, les politiques. En fait, vous savez, c’est une communion (inaudible) de tout le monde puisqu’il y a eu les politiques, il y a eu les ONG comme "Sport & Démocratie". Il y a eu également la gouvernance de "Sport & Démocratie". Il y a aujourd’hui 2 millions d’enfants qui ont été sensibilisés aux valeurs olympiques, c’est tout le pays qui est derrière cette superbe opération.

    Oui, on en a bien besoin. Alors les conséquences de tout ça, c’est quoi ? Ça va donner le moral, c’est un formidable enjeu ?

    L’impact économique. Sur l’Île-de-France, c’est à peu près 10 milliards d’euros qui vont concerner l’Île-de-France.

    Oui. Ça, c’est le maximum, ça, c’est la fourchette haute, Sylvère-Henry CISSÉ.

    C’est la fourchette moyenne. 10 milliards d’euros : l’impact économique. Ensuite, il y a l’emploi : 250 000 emplois seront créés grâce à Paris 2024. On va monter en puissance à partir de janvier, c’est-à-dire la constitution du comité d’organisation et nous avons 7 ans pour aller vers cette magnifique chose.

    Oui, mais on dit aussi un budget de 6,8 milliards ! Ça coûte aussi de l’argent les Jeux olympiques.

    Vous savez, il est important là pour vos auditeurs, de donner quelques précisions. Il y a 2 budgets en fait : il y a le budget de l’organisation sportive qui est évalué à à peu près 3 milliards. Celui-ci, il est rentable. Lors de toutes les organisations des Jeux olympiques, il a toujours été rentable. Il y a trois tiers : un tiers qui provient du comité olympique, qui fait un chèque d’environ à peu près un milliard. Il y a un tiers qui viendra de la billetterie à peu près un milliard et nous avons un troisième tiers qui vient du programme marketing. Et ensuite, il y a le programme d’investissement. Là, c’est moitié public, moitié privé et il faut financer notamment la construction d’une piscine olympique. Ce n’est pas grand-chose. La construction d’une aréna de 8000 places, ce n’est pas grand-chose. Financer la construction du village olympique et du village de média qui donnera à terme après les jeux, 4500 logements.

    Oui. Écoutez, le village média, ça c’est quand même plus de 1,5 milliard ! C’est considérable.

    Oui, mais après ce sera quoi ? Ce sera à la disposition de la population, à la disposition du public, ce n’est pas quelque chose qui sera construit et ensuite abandonné, c’est un investissement pérenne à très long terme puisqu’il va bénéficier à la population d’une région notamment qui est en difficulté. Il s’agit de la Seine-Saint-Denis, qui, grâce aux Jeux olympiques, aura un coup de booster.

    Oui, oui. Bon on a vu à Rio, on a vu à Sotchi, on voit des piscines olympiques qui ont été abandonnées, envahies par les arbres.

    Vous savez pourquoi je vous dis "non" tout de suite ? Parce que vous prenez les éditions précédentes. Il a fallu construire effectivement des infrastructures. Vous prenez Pékin, il a fallu construire 8 infrastructures d’importance. Vous prenez Rio, c’était 8 aussi, Londres 16 et à Paris, vous savez quoi ? 2 infrastructures. Je parle d’une piscine olympique et je parle d’une aréna de 8000 places qui vont servir à la population. Autant vous dire que ce n’est strictement rien. 95 % des installations sont déjà construites. Et en plus, nous allons faire quoi ? Nous allons proposer un paysage extraordinaire au monde entier. Vous aurez des compétitions qui se dérouleront sur les Champs-Élysées, qui vont se dérouler au Trocadéro, à la Tour Eiffel, ce sera extrêmement spectaculaire pour l’ensemble du monde et la planète.

    Pas de mauvaise surprise Sylvère-Henry ?

    Non.

    C’est parce qu’on voit bien ce qui s’est passé à Montréal. On en est revenu. On voit que ça a été financièrement très mauvais.

    C’est l’organisation des Jeux olympiques d’un autre temps. Aujourd’hui, nous avons le comité olympique qui impose l’agenda à 2020, qui impose des jeux responsables et durables et Paris 2024 s’inscrit pleinement dans cet agenda 2020.

    Oui, alors on parle peu de sport, c’est quand même important, des disciplines nouvelles, qu’est-ce qui va se passer dans ces Jeux olympiques ?

    Le comité en relation avec le CIO, le comité de Paris 2024 va proposer de nouvelles disciplines. On est à près sûrs aujourd’hui que le karaté va figurer à Paris 2024. Le karaté qui va entrer à Tokyo 2020. Donc les Français qui sont aujourd’hui la deuxième nation mondiale ont de fortes chances de pouvoir dominer les Japonais sur leur sol. Et les karatékas français quant à eux, voudront en tout cas briller à Paris, Paris 2024. Le surf va entrer à Tokyo aussi. L’escalade va entrer aussi également à Tokyo. Il y aura de nouvelles disciplines qui vont entrer à Paris 2024.

    Oui, un formidable spectacle qui veut mettre en valeur aussi la capitale française. Beaucoup de compétitions autour de la Tour Eiffel, par exemple. C’est un spectacle !

    Je vous l’ai dit et imaginez tout simplement l’épreuve de marathon ou de cyclisme sur les Champs-Élysées et les caméras du monde entier qui seront braquées sur la plus belle avenue au monde. Imaginez les compétitions de tir à l’arc aux Invalides, ou la compétition de beach-volley au Champ-de-Mars. C’est la beauté de Paris qui sera magnifiée parce qu’il y aura le monde entier qui sera là, en train de regarder des épreuves sportives et nous allons mettre les sportifs dans les meilleures conditions, dans les plus beaux endroits de la capitale donc de la planète.

    Oui, prochains Jeux olympiques, c’est en 2020 à Tokyo.

    Oui.

    Ça va être une rampe de lancement pour Paris 2024.

    Non, la rampe de lancement, déjà, on est partis. C’est-à-dire que le comité d’organisation va être formé à partir de janvier-février ; 70 à 100 personnes ; et va monter petit à petit en puissance pour avoir 4000 à 5000 personnes en 2024. Mais d’ici là, nous avons les jeux, nous allons travailler sur la création de ces jeux ici à Paris durant ces 7 années, et aussi l’animation des territoires. Vous êtes extrêmement écoutés dans le monde francophone. Il faut savoir que l’ensemble du monde francophone va être concerné par Paris 2024. Nous allons proposer des animations pour que tous les pays qui sont dans la sphère francophone participent à cette formidable fête que seront les Jeux olympiques en 2024.

    Oui. Alors, vous parlez du monde francophone. L’Afrique se passionne évidemment, alors je crois que vous vous intéressez notamment à la Côte d’Ivoire. Vous dites aujourd’hui Sylvère-Henry CISSÉ, l’Afrique ne fait pas ce qu’il faudrait pour devenir finalement… Par exemple la Côte d’Ivoire, de grandes nations de sport.

    Écoutez, je vous donne rendez-vous, moi, le mardi 10 octobre à Port-Bouët à Abidjan pour participer à un Tedx où je vais expliquer comment la Côte d’Ivoire peut parvenir à rejoindre le concert des grandes nations sportives dans les 15 à 20 ans. Elle a aujourd’hui sportivement une base qui est, mais extraordinaire, avec Marie-Josée TA LOU, qui a fait un très, très beau résultat aux Jeux olympiques aux championnats du monde d’athlétisme, avec Cheick CISSÉ en taekwondo, avec l’équipe nationale de football qui ne sera peut-être pas en Russie, mais qui a vraiment des joueurs qui brillent sur tous les terrains. Il y a des ingrédients économiques, sociologiques qui peuvent permettre à la Côte d’Ivoire…

    Qu’est-ce qui fait la différence ? Parce que voilà, l’Afrique a besoin de sport, l’Afrique aime le sport.

    Écoutez, je vais, lors de cette conférence notamment, parce qu’on n’a pas le temps d’en parler, mais expliquer à travers l’histoire comment certains pays, notamment l’Angleterre qui a créé les sports modernes et d’autres pays, ont pu bénéficier, grâce à ces paramètres sociologiques et économiques, d’un coup de booster pour pouvoir exploser sur le plan sportif. Eh bien, c’est ce que je vais expliquer et la Côte d’Ivoire est à ce moment-là, c’est-à-dire qu’aujourd’hui, elle a des paramètres économiques et sociologiques qui peuvent lui permettre aujourd’hui de rejoindre les plus grandes nations sportives, dans les plus grands championnats et pourquoi pas aux Jeux olympiques.

    Merci beaucoup, Sylvère-Henry CISSÉ ambassadeur de Paris 2024, d’être venu par avance. C’était la grande fête de Paris aux Jeux olympiques, merci.

    Voir plusmoins
    00:08:00
    Tous publics
    Tous publics