Ouvrir Menu
TV5MONDE+
Profitez de votre espace

Pas encore inscrit ?

Créez vos alertes selon vos préférences, partagez voc contenus favoris, et accédez à vos recommandations personnalisées

  • Ce programme n'est malheureusement pas disponible pour votre zone géographique.
    Découvrez d'autres programmes disponibles dans les recommandations ci-dessous.
  • L'invité

    Audrey Tcherkoff

    Invitée : Audrey Tcherkoff, vice-présidente de la fondation Positive Planet

    Avec Jacques Attali, Audrey Tcherkoff organise la Semaine du cinéma positif, au Festival de Cannes, en partenariat avec TV5MONDE. Une manière de promouvoir un cinéma engagé qui cette année met à l'honneur le combat des femmes.

    Présentation : Patrick Simonin.

    Transcription

    Bonjour Audrey Tcherkoff, vous êtes la vice présidente de la fondation Positive Planet aux côtés de Jacques Attali, on est ravi de vous accueillir. C'est un grand événement que le festival de Cannes, 71e édition, mais surtout pour vous, pour la troisième fois, vous organisez la Semaine du Cinéma Positif, et TV5 Monde est très fier d'en être partenaire. Qu'est-ce qu'il va se passer pendant une Semaine de Cinéma Positif à Cannes ?

    Bonjour Patrick Simonin. Ecoutez, merci déjà de me re (...)

    Bonjour Audrey Tcherkoff, vous êtes la vice présidente de la fondation Positive Planet aux côtés de Jacques Attali, on est ravi de vous accueillir. C'est un grand événement que le festival de Cannes, 71e édition, mais surtout pour vous, pour la troisième fois, vous organisez la Semaine du Cinéma Positif, et TV5 Monde est très fier d'en être partenaire. Qu'est-ce qu'il va se passer pendant une Semaine de Cinéma Positif à Cannes ?

    Bonjour Patrick Simonin. Ecoutez, merci déjà de me recevoir. II va se passer plein de choses pendant cette semaine. Vous l'avez dit, c'est la troisième édition, et du 9 au 14 mai prochain, nous avons trois temps forts, des débats et des discussions, cette année, le thème sera à la place des femmes dans le cinéma, dans l'industrie cinématographique. Nous allons donc débattre de tous ces sujets avec des réalisateurs, des réalisatrice, des acteurs, des gens qui sont devant et derrière la caméra. Et puis nous avons aussi des projections un peu partout dans la ville de Cannes. Nous terminons cette semaine avec une cérémonie de remise de prix qui récompensera les films les plus positifs de l'année.

    Allez, c'est la Semaine du Cinéma Positif, regardez.

    Est-ce que le cinéma peut changer le monde ? Est-ce que l'art peut changer le monde ?

    Le cinéma est un formidable lieu d'éveil des consciences, d'où le Cinéma Positif.

    Des prix, du public. Finalement pour dire quoi, Audrey Tcherkoff ? Pour dire le cinéma doit contribuer à l'éveil des consciences pour les générations futures ?

    Oui, absolument. Les générations futures, c'est quelque chose qui nous tient vraiment à coeur puisque Positive Planet a été créée en 1998, nous allons donc fêter nos 20 ans cette année, et notre mandat principal, c'est de se battre contre la pauvreté et l'exclusion en France et à travers le monde. Positive Planet, c'est 20 ans, c'est 500 projets menés, c'est 11 millions de familles accompagnées. Et il était important pour nous de ramener ce thème des générations futures au coeur du festival de Cannes puisque nous sommes présents dans ce festival depuis maintenant sept ans. Nous étions présents à travers un dîner assez classique de charité qui nous permettait de lever des fonds pour financer nos actions sur le terrain. Et puis, nous avons plusieurs discussions avec Thierry Frémaux, Pierre Lescure, et on s'est dit ensemble : pourquoi pas créer justement quelque chose qui irait au delà de ça, aller un peu plus loin. Et on en est venu à la thématique du cinéma positif, puisque nous avons créé par ailleurs le Mouvement pour une économie positive, donc ça nous est paru assez naturel.

    C'est quoi un Cinéma Positif, j'allais presque dire, à quoi ça sert ?

    Un cinéma positif, ça sert à éveiller les consciences. Les films positifs et aussi les documentaire positifs, alors on peut aussi parfois les appeler engagés, politiques, en tout cas nous on appelle ça le Cinéma Positif. C'est vraiment ce cinéma qui va vous engager à réfléchir sur des problématiques auxquelles vous n'auriez pas forcément pensées avant de rentrer dans la salle ou d'allumer votre écran et qui nous interpellent sur les enjeux que nos sociétés ont de faire face aujourd'hui, et puis surtout sur les enjeux auxquels les générations futures auront à faire face pour essayer de proposer et trouver des solutions aujourd'hui.

    Mais ça veut dire un éveil des conscience, c'est le rôle du cinéma aussi ?

    Le rôle d'une oeuvre cinématographique, c'est avant tout évidemment d'être une oeuvre artistique, bien sûr, mais il est vrai que parfois, on a tous un film qui nous a vraiment marqué, ce qui est formidable avec le cinéma, c'est que ça transpose sur le grand écran toute la palette des émotions humaines, alors parfois on se sent triste, on se sent heureux, on se sont interpellé, on se sont indigné, et le cinéma a ça d'extraordinaire, qu'il peut informer, éduquer, dénoncer. Alors on peut parler du cinéma de de Costa-Gavras, du cinéma d'Agnès Varda et de tous ces réalisateurs, ces acteurs et ces actrices, qui participent à faire passer des messages importants.

    TV5 Monde, je le disais, s'associe évidemment. On pourra découvrir à l'antenne de TV5 des films, d'ailleurs, estampillés Cinéma Positif en quelque sorte.

    Oui, exactement. Nous sommes très heureux évidemment de ce partenariat. Du 10 au 22 mai prochain, nous aurons plusieurs films qui vont passer sur votre chaîne, comme Petit Paysan, et puis sur les films que nous allons projeter dans la ville de Cannes, pouvons citer, puisque c'est une exclu mondiale, le documentaire du réalisateur américain Thomas Morgan, Soufra, qui est formidable et très poignant, qui raconte l'histoire de ces réfugiés syriennes qui sont arrivées dans le sud du Liban en ayant tout perdu, et qui à force d'espoir et de courage, ont réussi à s'en sortir en créant leur propre activité, ce qui fait complètement écho à ce que fait la fondation (Petit Pallette) en France, dans les banlieues, et à travers le monde.

    Dès le lendemain de l'ouverture du festival, vous organisez donc, vous l'aviez dit, une grande journée consacrée à la place des femmes dans le cinéma avec la participation, j'imagine, de nombreuses réalisatrices, réalisateurs, et le public qui va pouvoir participer. C'est quoi le but, c'est de comprendre ces enjeux ?

    Oui, absolument. On n'a pas du tout la prétention de dire que nous allons révolutionner les choses. En tout cas, je pense que ce thème qui nous est vraiment très cher nécessite que l'on prenne tous le temps d'y consacrer quelques prises de parole. et que chaque action et que chaque prise de parole aura un impact positif. Je ne pense pas que la solution est individuelle, la solution sera collective. Il y a quand même des vérités qui nous empêchent de fermer les yeux sur certaines injustices. Cette thématique de la femme au cinéma est très importante puisque si on parle des derniers chiffres qui sont sortis récemment, on voit quand même qu'il n'y a que en France 25% des réalisateurs qui sont des femmes, même si par rapport à nos amis Américains, on s'en sort très bien parce que c'est 7% à Hollywood, mais on a quand même beaucoup de chemin à faire. Les écarts au niveau des salaires sont dramatiques, puisque c'est 42% en défaveur des femmes et si on parle des récompenses, Jane Campion, Première Palme d'or en 1993 pour La Leçon de Piano, et puis Tonie Marshall, 2010 pour le César de la meilleure réalisatrice, et dans les deux cas, il ne s'est pas passé beaucoup de choses après. Donc, modestement nous essayons d'apporter notre pierre à l'édifice, nous allons débattre de tous ces sujets tous ensemble, en partenariat avec le CNC, évidemment, et essayer de faire remonter toutes les idées et tous les débats qui auront lieu pour essayer que tout ça mène à des actions concrètes.

    Vous disiez à l'instant, vous allez projeter des films hors de Cannes, c'est à dire que vous amenez le cinéma dans des cités, peut être aussi c'est une façon de mettre le cinéma à la portée de tout le monde, ça aussi, il y a une mission ?

    Oui, bien sûr, puisque `ce qu'on essaye de faire, c'est vraiment de rendre le cinéma accessible à tous et au plus grand nombre. Et on essaye de, comment dire, on essaye d'amener cette fête du cinéma dans les quartiers un peu plus populaires de Cannes, qui sont un peu excentrés du festival et on organise des projections, je le répète qui sont gratuites parce que ça c'est très important, ouvertes au grand public, qui auront lieu tous les jours du 9 au 14 mai prochain. Nous allons projeter, par exemple, Le Petit Prince, Le Discours d'un Roi, et aussi des films sur les femmes, d'ailleurs on parlait des films qui font partie de notre sélection cette année, puisque nous avons Numéro Une de Tonie Marshall, on en parlait un peu plus tôt, qui met en scène une femme chef d'entreprise, formidablement incarnée par Emmanuelle Devos, qui évolue dans ce monde macho du CAC 40, Pentagon Papers aussi, le dernier Spielberg qui met en scène Meryl Streep, qui est à la direction du Washington Post et qui s'élève contre une armée d'hommes pour faire éclater la vérité. Et puis aussi bien sûr, Femmes du Rwanda de Sonia Rolland, qui parle de la place des femmes dans son pays.

    Merci beaucoup en tous les cas, Audrey Tcherkoff. On est tellement heureux, TV5 Monde est partenaire de cette semaine du Cinéma Positif qu'on vous fera vivre sur place puisque j'aurais le plaisir de vous retrouver chaque jour pendant toute la quinzaine depuis le festival de Cannes, le 71e du nom, merci Audrey Tcherkoff.

    Merci Patrick Simonin.

    Voir plusmoins
    00:08:16
    Tous publics
    Tous publics