Ouvrir Menu
TV5MONDE+
Profitez de votre espace

Pas encore inscrit ?

Créez vos alertes selon vos préférences, partagez voc contenus favoris, et accédez à vos recommandations personnalisées

  • Ce programme n'est malheureusement pas disponible pour votre zone géographique.
    Découvrez d'autres programmes disponibles dans les recommandations ci-dessous.
  • L'invité

    Sylvie Vartan

    Invitée : Sylvie Vartan.

    Sylvie Vartan entame une tournée mondiale où elle rend hommage à son ancien mari, Johnny Hallyday, alors que la bataille autour de l'héritage du chanteur l'a obligée à descendre dans l'arène pour défendre leur fils David.

    Présentation : Patrick Simonin.

    Transcription

    Bonjour, Sylvie VARTAN.

    Bonjour.

    C'est un bonheur de vous accueillir. Mais quel spectacle, j'allais presque dire, quel triomphe au Grand Rex, dates supplémentaires. C'est plein.

    Oui.

    Le public est là et il vous aime.

    Je suis impatient de le retrouver.

    Qu'est-ce que ça fait cette amitié, cet amour que le public vous porte ?

    J'ai commencé adolescente, et j'avoue que malgré moi, j'ai grandi aux yeux de (...)

    Bonjour, Sylvie VARTAN.

    Bonjour.

    C'est un bonheur de vous accueillir. Mais quel spectacle, j'allais presque dire, quel triomphe au Grand Rex, dates supplémentaires. C'est plein.

    Oui.

    Le public est là et il vous aime.

    Je suis impatient de le retrouver.

    Qu'est-ce que ça fait cette amitié, cet amour que le public vous porte ?

    J'ai commencé adolescente, et j'avoue que malgré moi, j'ai grandi aux yeux de tous. Je fais partie d'une génération qui était une génération de rupture, avec une nouvelle musique, avec cet élan extraordinaire et cette ferveur. Je crois qu'avec nous, toute une génération a suivi. Ça a été volcanique comme période, comme tout. Je veux dire, c'était extraordinaire de vivre une jeunesse comme ça.

    Je voudrais qu'on écoute un extrait de ce spectacle. Écoutez, Sylvie parle.

    Mais même si la vie nous a séparés plus tard, rien n'a jamais pu altérer notre amour et le respect qu'on avait l'un pour l'autre. Que je t'aime, que je t'aime.

    Évidemment, c'est un hommage à Johnny que vous rendez sur scène, extrêmement émouvant, extrêmement touchant hommage Sylvie.

    Je ne pouvais pas concevoir de reprendre mon spectacle que j'avais présenté à l'Olympia en septembre de l'année dernière sans lui rendre hommage, c'était impossible.

    Ça me fait penser à une chanson qui s'appelle "L'Hymne à l'amour". Écoutez, Sylvie et Johnny.

    ♫ Johnny HALLYDAY feat Sylvie VARTAN - L'Hymne à l'amour ♪

    Bravo Johnny. Merci.

    Merci à vous. Je sais que vous aimez Sylvie. Moi, je l'aime aussi. Bonne fin de soirée. Merci Johnny.

    C'est émouvant de revoir ça, Sylvie.

    C'est plus que ça. Avec le recul, de se dire que c'était la dernière fois que l'on chantait ensemble, c'est très difficile.

    C'est ce Johnny-là que vous avez aimé, ce Johnny extraordinaire, finalement, loin de l'image aujourd'hui, peut-être, que renvoie l'actualité, cet héritage controversé.

    Oui, vous savez, je pense que Johnny n'était pas l'homme que l'on veut bien dépeindre. Je crois qu'il était, malgré tout ce qu'on peut dire, malgré le courage qu'il avait parce qu'il avait du courage aussi, je pense que c'est quelqu'un qui aimait ce qu'il faisait, sans aucun doute. Il devenait la personne qu'il voulait être sur scène. Il partageait ça avec ces milliers de gens et ces milliers de fans qui le lui rendaient bien. Moi, je ne pense pas que le public se trompe sur quelqu'un. Je pense que… On a vécu ensemble 20 ans et je sais qui il est. Ça m'est très difficile de penser une seconde que c'est, comme vous dites, la personne que l'on essaye de dépeindre.

    La personne qui aurait déshérité 2 de ses enfants, en gros.

    Ça me paraît sidérant. Enfn, je me suis exprimé là-dessus. Je ne vais pas épiloguer.

    Ce déballage, je voyais encore ce témoignage de Sébastien FARRAN, manager, qui dit que David et Laura étaient invités à Noël et ne venaient pas par exemple.

    Écoutez, on dit ce qu'on veut. De toute façon, on dit beaucoup de choses, j'ai remarqué. Mais vous savez, quand on sait ce qui est vrai, on a une certaine forme de tranquillité d'esprit.

    Il dit que Laetitia n'est pas une sorcière, qu'il y a une chasse à la femme.

    Il le perçoit peut-être comme ça. Chacun son point de vue.

    Pierre BILLON, proche, qui dit : "Laetitia dormait au pied du lit de Johnny, ça vaut tout l'argent du monde".

    Écoutez, moi, je n'étais pas là pour le voir ça. Possible, tout est possible.

    Le père, Monsieur BOUDOU qui dit : "Quand on a connu Johnny, quand ma fille a connu Johnny, c'était un drogué alcoolique endetté".

    Eh bien, c'est drôle pour un père de donner sa fille à un drogué alcoolique et ruiné. C'est curieux, non ? Je ne sais pas, moi, ça m'interpelle. Eh bien, enfin, je ne vais pas épiloguer sur les uns et les autres. Ce n'est pas mon rôle.

    Il dit que sans eux, il serait mort, en gros, il serait mort ruiné.

    Eh bien, il est mort de toute façon, que Dieu ait son âme.

    Ça vous choque que David ait ce sentiment d'abandon ?

    Écoutez, il n'y a pas de sentiment plus violent que l'on puisse éprouver parce que je ne pense pas que lui et Laura aient pu une seconde imaginer une chose pareille quand même. Je ne pense pas. Moi non plus, d'ailleurs, on est tous surpris.

    Qu'il ne puisse pas même porter un jugement sur le disque de Johnny, surtout David.

    Ça, c'est énorme. Quand on sait que David, je dirais, est né musicien, que ses premières chansons qu'il a écoutées étaient, plus dures que du bois. Il faisait de la batterie en écoutant ses disques, depuis toujours,son père était évidemment… Il a été élevé dans une ambiance musicale. Je veux dire, on chante tous les deux. Il a joué avec lui sur scène quand il avait 8 ans. Et maintenant, il faut qu'il demande la permission d'écouter ses disques. Ça paraît complètement fou. Enfin, bon, ce n'est pas de la médisance, c'est uniquement de l'incompréhension.

    C'est, chaque jour, de nouveaux événements. Hier, le frère de Laetitia qui était en garde à vue, qui était l'exécuteur testamentaire, qu'il ne le serait plus.

    Écoutez, je ne sais pas, c'est compliqué apparemment.

    Et Mamy rock qui doit gérer tout ça.

    C'est encore autre chose de compliqué. J'imagine que ça doit être difficile pour elle de gérer tout ça.

    Je sens que, malgré tout, vous tenez bon, Sylvie.

    Je tiens bon, non. Vous savez, moi, je ne suis pas impliquée dedans, d'une certaine manière uniquement émotionnellement parce que, effectivement, c'est mon fils. Je trouve que les enfants sont légitimes à demander la reconnaissance de leurs parents. Il y a 4 enfants, voilà, c'est tout.

    Il n'en avait pas 2, il en avait 4. C'est ça qu'on rappelle aujourd'hui. Mais bien sûr, 4. Et il les aimait tous ?

    Je pense, oui, oui, je pense. À sa manière, mais je pense que oui.

    Le public, il est vrai, ne ment pas. Il est là, il est sincère. Il ne demande rien d'autre, que de l'amour.

    Le public, dans son entité, ne se trompe jamais, que ce soit sur une chanson, sur les gens. On ne peut pas leur mentir, je crois, non.

    Merci Sylvie.

    Merci.

    Voir plusmoins
    00:08:21
    Tous publics
    Tous publics