Ouvrir Menu
TV5MONDE+
Profitez de votre espace

Pas encore inscrit ?

Créez vos alertes selon vos préférences, partagez voc contenus favoris, et accédez à vos recommandations personnalisées

  • Ce programme n'est malheureusement pas disponible pour votre zone géographique.
    Découvrez d'autres programmes disponibles dans les recommandations ci-dessous.
  • L'invité

    Romane Bohringer, Philippe Rebbot

    Invités : Romane Bohringer, Philippe Rebbot.

    Ils sont à l'affiche de « L'Amour flou », prix du public au festival d'Angoulême, un film qu'ils ont également réalisé. Petit bijou d'humour et de bonheur sur pellicule, cette comédie raconte leur propre histoire : un couple qui veut se séparer mais n'arrive pas à vivre l'un loin de l'autre...

    Présentation : Patrick Simonin. Enregistré au Festival du film francophone d'Angoulême.


    Transcription

    Romane Bohringer et Philippe Rebbot dans ce film "L'amour flou". D'ailleurs. c'est flou ce t-shirt ?

    Je n'ai pas mis mon t-shirt promo. Moi, je m'occupe de la com.

    Moi, j'ai rarement vu un triomphe comme ça. On est au Festival du Film d'Angoulême, le film a été présenté pour la première fois ici. On a rarement vu un film qui touchait tout de suite le public de cette façon-là. Qu'est-ce qu'il se passe ? C'est incroyable ce qui vous arrive, Romane.

    C'est u (...)

    Romane Bohringer et Philippe Rebbot dans ce film "L'amour flou". D'ailleurs. c'est flou ce t-shirt ?

    Je n'ai pas mis mon t-shirt promo. Moi, je m'occupe de la com.

    Moi, j'ai rarement vu un triomphe comme ça. On est au Festival du Film d'Angoulême, le film a été présenté pour la première fois ici. On a rarement vu un film qui touchait tout de suite le public de cette façon-là. Qu'est-ce qu'il se passe ? C'est incroyable ce qui vous arrive, Romane.

    C'est un film qu'on a tourné en… Elle va répondre sérieusement, je vais dire des conneries. Voilà, c'est ça, Il faut savoir que c'est un film qu'on a tourné en 24 jours, produit par des producteurs qui ont mis tous leurs sous, pas beaucoup, mais tous, sans n'avoir rien lu, puisque c'est un film que nous avons écrit pendant que notre vie se déroulait, notre séparation, notre réaménagement dans notre nouveau "sépartement". Et tourné en 24 jours pour moins de 400 000 euros, écrit à quatre mains…

    Dont 200 000 distribués au public, c'est pour cela que ça marche bien. 200 000 euros qui sont destinés au public pour qu'ils aiment bien. On a mis des petits billets sur tous les sièges, c'est pour ça.

    C'est pour vous dire que, qu'est-ce qu'il se passe ? Qu'est-ce qui est arrivé ici à Angoulême ? C'est sidérant pour nous, c'est magnifique. Moi, j'avais bien conscience, j'y tenais dur comme fer à faire ce truc, mais quand même c'est sidérant.

    Moi, j'ai vu à la salle debout qui vous a acclamés, qui avait larmes aux yeux. Regardez un extrait de la bande-annonce pour avoir une idée du film.

    Romane et moi, on se sépare. C'est arrivé, et ouais.

    Sans Romane, je ne vois pas comment tu vais faire. Tu vas habiter où ?

    Papa et maman, ils ne vont plus habiter ensemble. Tu vas avoir papa pour toi.

    Tu es venu avec le chien ? Mais, c'est elle qui a voulu venir, c'est pas… Un immeuble neuf, deux plateaux nus en béton, on va relier ces deux plateaux nus par la chambre de nos enfants. Les enfants ne seront pas séparés de leurs parents ? Non, ils vont être au milieu Si tu décides de te séparer, tu te sépares ? Tu ne vis pas voisin-voisin !

    Tu ne peux pas imaginer que je ne vais pas retomber amoureuse. Tu ne vas plus jamais retomber amoureuse d'un mec qui vient de faire deux enfants ?

    C'est ça, vous êtes Romane et Philippe dans le film. Il y a votre propre famille, vos propres familles qui jouent. Je joue Romane, elle joue Philippe. Attention, on a quand même switché tous les deux, moi je suis Romane Bohringer dans le film, quand même.

    Ils décident de se séparer, mais au fond non, ils veulent se séparer mais avoir des appartements l'un à côté de l'autre, avec peut-être un moyen de passer de l'un à l'autre.

    C'est ni avec toi ni sans toi, c'est ça l'histoire. Ce n'est pas une histoire nouvelle. Voilà, c'est ça. Mais, c'est ce qu'on a découvert ensemble, plus le fait qu'on a fait des enfants, donc pour nous c'était important. On n'a jamais eu envie de s'éloigner. On ne peut pas vivre ensemble parce qu'on n'y arrive plus, le diable vit dans les détails, mais tous les couples connaissent ça, des histoires du quotidien. Ça, ça nous a épuisés.

    Mais, on ne peut pas vivre sans nous quatre, ce qu'est notre famille.

    Parce qu'il y a les deux gamins et puis il y a un chien.



    Moi, je peux vivre sans le chien, par contre. Mais voilà, c'est l'histoire de nous deux. On ne peut plus être amoureux. En revanche, on ne veut pas s'imaginer pas les quatre. Alors, c'est très difficile.

    Ce n'est pas à cause du chien. Du coup, on a inventé ce "sépartement".

    On a acheté deux appartements, deux plateaux, qu'on a fait communiquer par la chambre de nos enfants. C'est devenu le "sépartement". Et de ce projet est née l'idée de le raconter en film parce que tout le monde nous disait : "Votre histoire, c'est un truc de cinglés, c'est une histoire de film."

    On a l'impression qu'ils s'aiment tellement, qu'ils sont tellement inséparables. Malgré tout, tout à coup je la regarde et je me dis : "Mais, c'est vrai."

    Moi, j'ai attendu toute ma vie de faire des enfants.

    Moi, j'ai attendu toute ma vie pour faire l'amour. C'est là où on s'est trouvé.

    Du coup, quand je les ai faits avec cet homme, je ne peux pas casser ça après, il faut trouver une autre solution, même si on n'est plus amoureux. Et on a trouvé cette solution.



    Un conseil que je donnerais aux jeunes : "Ne buvez pas d'alcool et ne faites pas du sexe." "Ou vous buvez ou vous faites du sexe, mais sinon ça fait des gosses."

    C'est un film qui raconte aussi le temps qui passe. Il fait du skateboard, il drague des jeunes filles.



    Je ne drague pas des jeunes filles, je plais aux jeunes filles, je n'y suis pour rien. Je n'y suis pour rien, c'est parce que je fais du skate. Du coup, les filles s'intéressent un peu à moi, et du coup je plais aux filles. Mais après, on est d'accord que ce sont des échecs à chaque fois. La seule personne qui habite chez moi, c'est quand même mon père à la fin, on peut quand même dire qu'on est quand même deux loosers qui se sont bien trouvés. Ce qui va être dur, c'est la suite, c'est comment on va faire pour trouver d'autres gens.

    Et elle, elle aime bien recevoir les types qui viennent réparer les stores.

    Moi, je suis un peu dans une fuite en avant, une quête un peu désespérée, je manque de discernement par moments. Mais enfin bon, j'essaie.



    Qu'est-ce que c'est drôle. Qu'est-ce que vous êtes charmants, qu'est-ce que vous êtes touchants. Et on se dit que c'est votre vie au fond, mais au fond c'est notre vie, c'est la vie de tout le monde. En fait, rien n'est faux dans le film. Tout est arrivé, mais c'est ça qui nous surprend le plus aujourd'hui, c'est ce qu'on voulait faire et apparemment ça marche. On voulait le hisser à la hauteur d'un récit de film, pour faire un peu rigoler les gens et pour leur donner envie de faire la paix, je ne sais pas, on avait un truc comme ça, un peu utopiste, un peu marrant. C'est vrai que notre seule ambition, s'il y a un message dans le film… Notre seule ambition, c'est qu'un jour un spectateur vienne nous voir en disant : "Je vais rappeler ma femme, mon ex-femme, et dire qu'on arrête la guerre parce que j'ai vu votre film…" Moi, je me dis que si un jour un mec me dit ça…

    C'est arrivé ce matin.

    C'est bon alors, c'est bon. On a réussi alors.

    Ils se sont mis avec deux appartements avec un petite lumière rouge pour dire tu rentres ou tu ne rentres pas. Ok, pas ok. Ça, c'est génial.

    La lumière existe, elle est dans le couloir…

    Il y a des gens qui passent dans le film, il y a votre père évidemment, il y a même Clémentine Autain. Et puis il y a les chansons de Moustaki… Moustaki, Michel Delpech, Pierre Barouh, tout un panthéon de gens qu'on aime à la folie.

    Le temps de vivre chante Moustaki, prenons le temps de vivre. Au fond, c'est ça votre film : prenons le temps d'aimer.

    On est des moustakistes pour le coup. C'est vrai, on arrive de là. Moi, j'arrive des années 70 et je crois à tout ce que dit Moustaki, je crois à tout ce que dit Michel Delpech, et même à Michel Fugain. "C'est un beau roman, c'est une belle histoire", par exemple, j'ai l'impression que ça parle de nous. Et il ne nous connaissait pas Michel Fugain pourtant quand il a écrit cette chanson. C'est vrai, on est vraiment inspirés par ça et on y croit. Et en plus, je crois qu'en France, les gens sont plus guidés par la chanson, la variété, que par des hommes politiques ou des philosophes. Je ne sais pas comment dire. Cela me paraissait logique de faire cela. C'est clair ou pas, non ? Je n'aime pas quand tu fais ça.

    Voilà, c'est un peu fou pour nous. Comme on dit en rugby, "transformer un essai", on a transformé notre séparation en un film de cinéma. Première référence au rugby, pourquoi tu es allée chercher le rugby ? Elle n'y connaît rien. Comment tu écris essai déjà ? Vous êtes magnifiques. On a transformé un truc en film, on a fait ce film de cinéma. Je n'en reviens pas, je suis bouche bée. Patrick Simonin

    Et moi, je veux dire que le bouche à oreille, il va dire : "Allez vite voir ce film", ça s'appelle "L'amour flou". Vous allez en sortir heureux. Merci, c'est beau. Merci. Nous on l'a déjà vu 23 fois… Allez, restez ensemble. On est ensemble, mais différemment.

    Il y a des gens qui disent ça, ça veut dire ils n'ont pas encore tout à fait compris la morale du film, parce que le film n'encourage pas à ça. Le film dit : "On va être heureux comme ça, ça aussi c'est du bonheur, une autre manière." On n'est pas obligé de faire du kiki pour… On est ensemble pour toujours. Quoi ? On n'est pas obligé de faire du kiki pour être heureux.

    Non, c'est vrai. Mais, pourquoi tu parles de ça ? C'est la première fois qu'elle parle de rugby et de sexe. Tu es une maboul, ou quoi ? Tu as bu un verre de blanc ? En fait elle est saoule. Pardon, je suis désolé pour elle. Il y a quelque chose qui subsiste, que ce serait quand même un échec puisque les gens disent quand même : "Non, mais remettez-vous ensemble." Mais, ce n'est pas raté, c'est beau, puisqu'on a réussi ça.

    Si on se remet ensemble, il se peut qu'il y ait un fait divers.

    Continuez de faire l'amour flou, allez. On va continuer comme ça, ça c'est vrai. Faisons l'amour flou. Restons flous.

    Merci beaucoup, Philippe et Romane.

    Merci de votre enthousiasme, c'est merveilleux vraiment.

    Merci. On rigole bien. On va faire l'amour flou.

    Voir plusmoins
    00:08:22
    Tous publics
    Tous publics