Ouvrir Menu
TV5MONDE+
Profitez de votre espace

Pas encore inscrit ?

Créez vos alertes selon vos préférences, partagez voc contenus favoris, et accédez à vos recommandations personnalisées

  • Ce programme n'est malheureusement pas disponible pour votre zone géographique.
    Découvrez d'autres programmes disponibles dans les recommandations ci-dessous.
  • L'invité

    Raphaël, Stefi Celma

    Invités : Raphaël, Stefi Celma.

    Le chanteur et l'actrice font partie du jury du 10e Festival du film francophone d'Angoulême.

    Présentation : Patrick Simonin. Depuis le Festival du film francophone d'Angoulême.

    Transcription

    Je suis content, c'est un beau plateau. Moi aussi je suis content, on est très contents. Vous êtes tellement mignons tous les deux. C'est gentil. C'est ce qu'on nous dit souvent. Vous aussi, vous êtes très mignon. Vous étiez faits pour vous rencontrer. Ah, oui. On s'est rencontrés dans le train, ce matin. Voilà, c'est ça. Évidemment, parce que vous êtes membres du jury du Festival d'Angoulême. C'est ça. Et donc, vous allez voir plein de films ensemble. Raphaël. Oui, dites-moi. Dis-moi. Plein de (...)

    Je suis content, c'est un beau plateau. Moi aussi je suis content, on est très contents. Vous êtes tellement mignons tous les deux. C'est gentil. C'est ce qu'on nous dit souvent. Vous aussi, vous êtes très mignon. Vous étiez faits pour vous rencontrer. Ah, oui. On s'est rencontrés dans le train, ce matin. Voilà, c'est ça. Évidemment, parce que vous êtes membres du jury du Festival d'Angoulême. C'est ça. Et donc, vous allez voir plein de films ensemble. Raphaël. Oui, dites-moi. Dis-moi. Plein de films, tous les deux. Ça va être chouette ! Mais c'est super, bien sûr. On est gâtés, on a de la chance d'être là et de voir une superbe sélection, ou en tout cas, qui s'annonce superbe. Et juger des films, alors, c'est difficile, Raphaël ? Ce n'est pas juger, c'est se laisser porter, un peu. Et puis ensuite, je pense, si on a une émotion très forte, essayer de convaincre les autres et leur expliquer que, en art, c'est ceux qui aiment qui ont raison, souvent, donc… Moi, j'ai déjà été dans deux jurys, c'était super, j'aime bien. J'aime bien ce principe, et puis c'est… À quel point ça divise les gens, à quel point les… Ça enseigne un peu le relativisme de toute chose. Ça aide encore à prendre ses distances vis-à-vis de tout. Stéfi, c'est ça ? C'est la passion, c'est une affaire de passion ? Mais, la vie est une affaire de passion. Et c'est vrai que c'est intéressant d'échanger les points de vue de chacun aussi, et des fois, de redécouvrir des films parce qu'on les a perçus d'une façon, et de voir que quelqu'un… La sensibilité est différente et nous enseigne quelque chose. Il y avait une passion commune, c'était la musique. Parce que j'ai lu vos histoires communes… Très jeunes, hein ? Raphaël, à quel âge la musique ? Je ne sais pas… Douze ans ? Je n’en sais rien… Quelle musique ? Eh bien, battu. Parce que Stéfi, c'était avant, hein ? Oui, moi c'était… À ce qu'il paraît, enfin, mon père a retrouvé une petite cassette il n'y a pas très longtemps, où avant même de parler je chantonnais. Déjà. Chantonnait, dansait. Et elle est même passée dans l’École des fans ? Oui, avec Jacques Martin. Non, c'est une blague ? Oui, oui, non c'est vrai. C'était pour Pierre Bachelet, mais j'y allais pour Dorothée, j'étais très déçue. Pauvre Pierre Bachelet. Non, mais j'étais très déçue à quatre ans et demi. C'est vachement bien, Pierre Bachelet. C'est magnifique, mais à l'époque, à quatre ans et demi, t'es fan de Dorothée. Plus que de Pierre Bachelet ? Oui ! Mais après j'ai découvert le répertoire de Pierre Bachelet : magnifique, évidemment. L'École des fans de Raphaël. Moi, je n'ai jamais fait l'École des fans. Non, c'est horrible, on a à peu près le même âge ! Je ne suis pas si vieux que ça, moi. Si ? Non, mais je l'aurais bien vue chanter Caravane. Ah oui ! Avec Jacques Martin ! Mais ça n'existait pas, Jacques Martin, à mon époque. Non, ça n'existait plus. Non, mais c'est pour rire ! Enfin, je ne crois pas, hein ? Non, mais ce qu'il y a, c'est que Raphaël, il fait des musiques de film. Oui, c'est vrai. Ah, je ne savais pas. Et les musiques de film, d'abord c'est impressionnant. Pierre Bachelet aussi, il a fait des musiques de film. Ah, je ne savais pas. Emmanuelle. Comment… Les Bronzés. Quelques tubes. Oui, ça c'est de Pierre Bachelet. Mais Raphaël, c'est autre chose… Oui, moi je n'ai pas fait ça. Non, moi j'ai fait… Un film qui s'appelle Asphalte, qui est super, un film qui s'appelle Les Cow-boys et un autre film qui s'appelle Un voyage. C'est… Finalement, la musique et le cinéma, c'est se laisser emporter… Comment ? Comment ça fonctionne ? C'est un endroit où on peut encore faire comme de la musique classique, un peu, la musique de film. Donc, c'est vachement intéressant quand on est compositeur et qu'on est limité par cette chose du format chanson. De pouvoir s'exprimer différemment, c'est super. Et puis, si c'est des beaux films, c'est… On participe à un film, on essaye de… simplement, d'aider l'histoire. Un beau film c'est quoi, d'abord ? Je ne sais pas, c'est très subjectif. Mais, en tout cas, je trouve que Asphalte ou Les Cow-boys, c'est des beaux films. C'est des très beaux films. C'est des… Je ne sais pas… Il y en a des milliers de beaux films. Stéfi, qu'est-ce que ça vous fait, d'être avec Raphaël ? Mais, moi je suis ravie. Je ne le connais pas encore, Raphaël, mais je connais son travail et c'est un superbe artiste et je suis ravie d'être entourée de tous ces gens qui viennent d'horizons différents. Je pense que ça va être une semaine riche. Alors, évidemment, on vous parle de Dix pour cent ? Oui. C'est quand même incroyable, cette histoire d'amour entre le public et vous, et ce personnage que vous avez incarné dans cette série produite par Dominique Besnehard ! Oui, c'est un vrai cadeau. C'est vrai que… Je parle aussi pour tous les acteurs de cette série, ça a changé nos vies, vraiment. Ça a ouvert le champ des possibles et c'était très plaisant, et on est très gâtés. Oui, et en même temps, vous y jouez quelqu'un qui rêve de faire du cinéma ? C'est ça. Oui. Donc, c'est assez proche, quand même, de moi. Même si elle est un peu plus impulsive, un peu plus… Voilà. Oui. Pourquoi c'est un rêve, le cinéma ? Pour tout vous dire, dans mon entourage, petite, personne n'a eu accès à ce milieu-là, et ça restait vraiment dans… Oui, ça restait un rêve inaccessible, comme un rêve inaccessible. Et c'est vrai que quand j'ai eu la possibilité de le faire, c'était plus une surprise finalement. Donc, voilà, je vis pleinement chaque instant et je me rends compte de la chance que j'ai de faire ce métier. Et ce qui est incroyable avec Raphaël, qui a beaucoup de talent… Excusez-moi. Oui, ça y est, il revient. Ah, mais ça change tout, comme ça ! On ne le reconnaît plus, d'ailleurs, c'est bien. Non, mais ce qui est incroyable avec ce garçon qui a tellement de talent, c'est qu'il se remet en question à chaque fois. Là, il va y avoir un nouveau disque à la rentrée, on ne sait pas ce qu'il va y avoir… Mais chaque album est une… bouscule le précédent. Et bien, il est bien le disque de la rentrée, il est super, je crois. C'est vrai ? Oui, moi, il me plaît beaucoup. C'est produit par Gaëtan Roussel, tu vois, le chanteur de Louise Attaque. C'est… Très beau son et puis… Non, c'est bien. Il me plaît beaucoup, et je suis en tournée au mois d'octobre. Ça part dans des aventures musicales nouvelles, toujours. Il faut toujours se remettre en question ? Moi, je trouve ça bien de ne pas lasser les gens, enfin, en tout cas, de se surprendre soi-même et de surprendre les gens autour. C'est vrai qu'il y a des gens qui font toujours un peu la même chose et c'est super, et il y a des gens qui font des choses très différentes, qui sont un peu éclectiques. J'ai été voir l'expo de David Hockney, par exemple, je ne sais pas si vous avez vu ça, à Beaubourg : c'est incroyable. Chaque salle, il a un style différent : alors, à une époque c'est Bacon, à une époque c'est Dubuffet, à une époque c'est du Pop art, c'est tout. Et il traverse comme ça tout le vingtième siècle avec une élégance et un amusement, c'est délicieux, quoi, c'est bien. Moi, je pense que j'ai grandi en admirant Bowie, qui était un mec qui changeait tout le temps, donc… Et c'est vrai que j'aime les cinéastes, aussi… Je ne sais pas, Kubrick, il ne fait jamais le même film. J'aime bien ça. J'aime bien, quand je vais voir un film ou un disque, de ne pas savoir à quoi m'attendre. Il y a plein de cinéastes qui offrent ça, quoi. Je me tourne vers Stéfi parce que, quand on s'expose devant une caméra, on donne tout. On donne ce qu'on a là. C'est juste. Et on sent votre générosité, on sent votre envie de donner tant. Ça vient d'où, ça, ce désir d'aller vers les autres ? Alors ça, c'est une question de nature, je pense. Je ne saurais pas vous répondre. Non, parce que je pense que ça vient de mes parents aussi, qui sont comme ça, de mon entourage, qui sont dans… Enfin, je pense à ma maman, qui est quelqu'un qui est très… qui donne beaucoup - même peut être un peu trop -, qui s'oublie. Oui, je pense que c'est ça. Je ne saurais pas… Vous m'avez posé une colle ! Oui, moi je dis ça, parce qu'on vous sent cette générosité. Merci beaucoup. C'est vrai ! Raphaël ? Et moi, pas généreux du tout ? Si, énormément ! Mais si, bien sûr, oui oui. Non, mais, c'est vrai que c'est des métiers où c'est très… Alors, par contre, il faut mettre le micro ! Pardon, excusez-moi, je ne suis pas très généreux avec le micro ! Non, oui oui, c'est… C'est une phrase que je ne finirai jamais. Je ne serai pas généreux sur ce coup-là. Mais ce n'est pas grave ! Vous faites un beau duo, là. Moi je vous verrais bien au cinéma tous les deux. C'est vrai ? Et bien, pourquoi pas, on ne sait pas ce que l'avenir nous réserve. Moi, je n'ai pas une grande carrière d'acteur. Avec Lelouch, quand même ! Ma carrière d'acteur est derrière moi, je pense. C'est vrai ? Oui. Il a joué avec Claude Lelouch ! Non, mais moi je commence tout juste, donc… et moi c'est pareil, tu vois. Donc… On va… Et commencer avec Lelouch, c'est fort ! Oui, c'était bien, c'était super. Finir avec Lelouch, c'est bien aussi. Non ? Merci beaucoup à tous les deux. Merci. Merci beaucoup. Merci. Raphaël et Stéfi, membres du jury ici.

    Voir plusmoins
    00:08:23
    Tous publics
    Tous publics