Ouvrir Menu
TV5MONDE+
Profitez de votre espace

Pas encore inscrit ?

Créez vos alertes selon vos préférences, partagez voc contenus favoris, et accédez à vos recommandations personnalisées

  • Ce programme n'est malheureusement pas disponible pour votre zone géographique.
    Découvrez d'autres programmes disponibles dans les recommandations ci-dessous.
  • L'invité

    Lady Sir

    Invité : Lady Sir.

    L´actrice réalisatrice Rachida Brakni et Gaëtan Roussel, le chanteur de Louise Attaque, forment le duo « Lady Sir ». Le tandem s´est produit sur la scène des Francofolies de La Rochelle.

    Présentation : Patrick Simonin. Depuis les Francofolies de La Rochelle.

    Transcription

    "C'est comme si c'était hier. Comme si l’endroit…" "Je rêve d'ailleurs avec pour seul bagage tes yeux pour le voyage". Vous êtes beaux tous les deux. Cette citation de Lady Sir. Gaëtan, Rachida tellement content de vous avoir tous les deux là. C’est Lady Sir ici aux Francofolies de La Rochelle, ensemble. C’est un moment merveilleux. Toujours ensemble. Ouais. Rachida, racontez-moi un peu ce qui se passe quand vous êtes sur scène avec Gaëtan. Avec Gaëtan ? Ben ce qui se passe c’est magique, c'est… (...)

    "C'est comme si c'était hier. Comme si l’endroit…" "Je rêve d'ailleurs avec pour seul bagage tes yeux pour le voyage". Vous êtes beaux tous les deux. Cette citation de Lady Sir. Gaëtan, Rachida tellement content de vous avoir tous les deux là. C’est Lady Sir ici aux Francofolies de La Rochelle, ensemble. C’est un moment merveilleux. Toujours ensemble. Ouais. Rachida, racontez-moi un peu ce qui se passe quand vous êtes sur scène avec Gaëtan. Avec Gaëtan ? Ben ce qui se passe c’est magique, c'est… Et puis, c'est tellement évident et naturel pour moi et je le sens et je le ressens très fort. C'est ça. C’est une fusion, Gaëtan ? Oui. C'est un mélange de points de repère pour ne pas être perdu et de bouleversement de curseur en même temps. C'est ça qui est agréable. Je trouve moi dans les concerts de Lady Sir, des moments de rendez-vous, comme si on proposait à un moment donné une écriture, presque, sur une chanson ou deux et à d'autres moments, comme livrés à nous-mêmes, mais pas isolés du tout. Ensemble, tout le temps. Donc voilà. Et on apprend. On n'a fait que quelques dates. On prend beaucoup de plaisir beaucoup, beaucoup, beaucoup, beaucoup. "Je rêve d'ailleurs", c’est l'une des chansons donc de cet album événement. Vous allez chanter tout à l'heure ici. "Je rêve d'ailleurs". Finalement, c'est ça ? C'est la musique qui amène à cet ailleurs-là ? Bien sûr, c'est une invitation au voyage. C'est l'envie de passer d'un univers à l'autre, de passer d'un décor à un autre, d'une ambiance à une autre. C'est voilà, Gaëtan utilise souvent ce mot et je trouve très joli. C'est le mouvement. C'est… voilà, être constamment en mouvement. Gaëtan, c'est le mélange des langues; c’est le mélange des cultures, c'est ça ? Oui, le mélange des langues, essayer à l'unisson de proposer qu'une seule voix alors que nous chantons en anglais, en français tout le temps à deux voix. Donc ça, c'était une idée qu'on avait sur disque et qu'on essaye de retranscrire et d'incarner en live. C'est accompagné de deux musiciens, essayer de ne pas être dans quelque chose qui est entre guillemets folklorique, mais plutôt essayer de traverser ces trois langues avec une quatrième langue qui serait la musique et qui serait basée sur des sensibilités qu'on a en commun avec Rachida, plutôt de la pop. Voilà. Et puis, essayer de dégager des images, Rachida (faisait des) mouvements puis voilà, essayer d'être dans quelque chose d'un petit peu autour de la promenade ou quelque chose un petit peu cinématographique, vient de là de toute façon, notre groupe. Il vient du fait que Rachida a réalisé son premier film et qu’on s’est retrouvé là. Et ça avec évidemment une chanson et qu'on retrouve… Vous entendez d’ailleurs ? Oui. On entend le… Bah voilà ! C’est le départ. C’est le voyage. On entend les bateaux là. Mais ouais. L’appel des bateaux, ici à La Rochelle. Exactement. "L'appel au voyage" et "Je rêve d'ailleurs", c’est Lady Sir. Merci d'être avec nous ici. "Je rêve d’ailleurs, d’ailleurs féeriques. Je rêve d’ailleurs, d’ailleurs atmosphériques. (langue étrangère)" Lady Sir. Image vraiment incroyable et le disque se termine avec une chanson qui s'appelle "Tout va mieux partout". C’est presque une provocation ça, Gaëtan. Oui, dans ces cas-là, il faut dire la suite de la phrase : "on ne regarde que le flou". Oui, c’est ça. Vaut mieux voir le flou. Ça pondère. C’est super bête. Vous pouvez choisir. Mais bon, on peut aussi essayer de regarder ce qui nous permet d'avancer, on revient au mouvement. Il y a de l'élan. Il y a moyen, les rencontres, être entouré, avancer, les moyens. C’est ces mots-là finalement, ce qui fait la force de ce groupe dont parlait Gaëtan, Lady Sir. C’est ça, Rachida, cet espèce de… et comme enfin, un optimisme. Il y a un truc qui est fort dans cette musique, qui rassemble. Oui et puis ben ouais, et puis parce que déjà, c'est quelque chose qui nous constitue. C'est aussi notre rapport au monde tout simplement, notre rapport à la musique. Et puis à ce qu'on est, intrinsèquement l'un et l'autre. Donc nous, enfin voilà, on a envie de regarder devant et d'avancer, voilà, d’être en marche et de regarder cet horizon qui se profile. Ça s’est passé comment cette rencontre ? Parce qu'évidemment, il y a cette chanson, générique du film de Rachida. Mais au-delà de ça, il y a une fusion véritablement tous les deux. La première fois moi que j’ai vu Gaëtan en fait, c’était sur scène, sur sa tournée solo au Zénith. Et c'est la première fois que je l'ai rencontré à… en fait voilà, que je connaissais Gaëtan évidemment et il a toujours fait partie de mon univers musical. Mais c'est la première fois que je le regardais dans les yeux et que j'étais à quelques centimètres de lui et qu'on s'est salué pour la première fois. Ouais. C’est ça, Gaëtan. Finalement, c’est aussi l’aventure, évidemment Louise Attaque. Et puis les aventures solo. Et puis maintenant Lady Sir. C'est une recherche permanente cette… Les rencontres, toutes. L'exploration. Oui et les rencontres, vraiment. Moi je tiens à cette idée-là parce que je pense que c'est le déclencheur de tout et là, c'est une rencontre avec Rachida et une envie d'essayer d'exprimer quelque chose ensemble, d'essayer d'être à la fois singulier dans nos personnalités et d'être ensemble et essayer de devenir un groupe et essayer de dégager quelque chose. Et Rachida va avec elle cette idée d'avoir envie de mélanger ces trois langues dont on parlait tout à l'heure. Donc voilà on est parti de deux, trois points d'impulsion, notre rencontre, son film, cette idée-là pour écrire et pour être accompagnée. Et puis à quatre mains réellement ensemble. Plus que quatre mains. Quatre mains, mais plus que ça. Les premiers textes sont venus de Rachida puis on a eu l'aide d'autres personnes comme Eric Cantona qui nous a offert ce magnifique texte universel, "Le temps passe". Donc voilà, donc c'est une histoire de presque de famille, j'ai envie de dire. Qu’est-ce qu’on ressent Rachida ? À quoi, pas très longtemps d'être sur scène ici aux Francofolies de La Rochelle ? Plein de choses déjà, de l'excitation. Je suis tellement heureuse. Mais de toute façon, là on se retrouve tous les week-ends pour les concerts et toute la semaine, je suis impatiente, je trépigne d'impatience à l'idée de retrouver Gaëtan le week-end. Et puis, quand le concert se termine, je suis excitée et il me faut beaucoup de temps pour redescendre. Et ça me nourrit pour la semaine qui suit et qui laisse place à l'excitation du prochain concert. Donc, je suis tellement heureuse d'être là. J’ai l’impression d’être une petite fille qui… De toute façon, je trouve ça miraculeux d'avoir un groupe déjà. Ben ouais et… C’est génial. Voilà. C'est un rendez-vous quoi. C’est un rendez-vous que j'attends impatiemment et de retrouver mon acolyte, mon recto, mon verso, mon voilà, mon pendant. C’est une belle déclaration Gaëtan. Oui. Je suis tout gêné, mais je suis exactement pareil. Je n’attends que ça. C'est des vrais bons moments. Et puis, on partage avec Rachida, l'envie d'essayer de proposer des choses, d'essayer de proposer des histoires ou tout du moins notre sensibilité. Là, c'est sous forme de disque, sous forme de voix, sous forme de notes et de mots et les incarner. Voilà. Dans notre intérêt respectif, à chaque fois on a essayé d'aller incarner à un moment donné ce qu'on essayait de raconter et c'est là où on se retrouve et on prend énormément de plaisir à incarner le disque, à l'avoir étoffé, à avoir été pioché ici ou là pour que Lady Sir soit un petit peu plus étoffé pour la scène. Et ça, c'est un vrai plaisir parce qu'à chaque fois on a essayé d'intégrer des titres en se disant, "mais qu'est-ce qui pourrait être Lady Sir ?", voilà. Pas juste rajouter du temps, mais rajouter du contenu. Merci à tous les deux. Merci à vous. Nous, on est tellement impatient. À ce soir hein ! On va aller vous voir sur scène et tous ceux qui nous écoutent, qui auront la possibilité de le faire, courez voir Lady Sir. Merci Gaëtan, Rachida. Merci beaucoup. Merci. 

    Voir plusmoins
    00:08:26
    Tous publics
    Tous publics