Ouvrir Menu
TV5MONDE+
Profitez de votre espace

Pas encore inscrit ?

Créez vos alertes selon vos préférences, partagez voc contenus favoris, et accédez à vos recommandations personnalisées

  • Ce programme n'est malheureusement pas disponible pour votre zone géographique.
    Découvrez d'autres programmes disponibles dans les recommandations ci-dessous.
  • L'invité

    L'INVITE TV5MONDE-11/11/16

    Entretien avec un invité au coeur de l'actualité politique, économique, culturelle...

    Présentation : Patrick Simonin.

    Transcription

    Luxuriance de ses orchestrations, génie du rythme, c'est l'un des plus grands musiciens du XXe siècle. Bonjour Lalo SCHIFRIN.

    Bonjour.

    On est extrêmement honoré de vous avoir sur ce plateau alors que la cinémathèque vous rend hommage, alors que le Festival Cinéma et Musique de La Baule vous accueille, alors que vous recevez une médaille des Arts et Lettres, une de plus, de la France qui vous honore parce que vous aimez la France.

    Ah oui absolument. J'ai (...)

    Luxuriance de ses orchestrations, génie du rythme, c'est l'un des plus grands musiciens du XXe siècle. Bonjour Lalo SCHIFRIN.

    Bonjour.

    On est extrêmement honoré de vous avoir sur ce plateau alors que la cinémathèque vous rend hommage, alors que le Festival Cinéma et Musique de La Baule vous accueille, alors que vous recevez une médaille des Arts et Lettres, une de plus, de la France qui vous honore parce que vous aimez la France.

    Ah oui absolument. J'ai fait mes études ici, au Conservatoire, il y a 60 ans. Et encore, je suis très touché parce que c'est incroyable. Moi, je ne peux pas le croire que la France me fait cet hommage parce que j'adore la France, et c'est pour ça que je ne peux pas le croire. La France, la culture de la France c'est tellement… moi j'ai connu et j'ai étudié l'histoire de la France, j'aime la littérature française. Quand j'étais un enfant, le premier livre que j'ai aimé c'était "Les Trois Mousquetaires", enfin…

    C'est ça ?

    L'histoire, la culture, m'ont influencé tellement que je ne sais pas si je mérite…

    Je voudrais, Lalo SCHIFRIN, qu'on écoute une musique mythique parmi tant d'autres. Quand on entend ça Lalo SCHIFRIN…

    Oui mais…

    On se dit c'est Mission impossible bien sûr.

    Oui mais…

    Vous avez composé une musique qui a conquis le monde.

    Oui, (inaudible) je crois que plus valable que le mien.

    C'est vrai ?

    Ah oui.

    Mais comment vous avez créé cet air là : Mission impossible ? Vous avez dit : "Je voulais qu'une musique donne envie aux gens d'aller tout de suite devant leur poste de télévision. "

    Le producteur de la série Mission impossible m'a demandé d'écrire pour le générique, m'a demandé d'écrire une musique qui attire tout de suite, les gens sont dans la cuisine, en train de boire comme Coca Cola ou quelque chose comme ça. Dans la salle, il y a la télévision et commence à jouer le thème, et "oooh Mission impossible, laisser tomber tout ce… on va à la salle". Et c'est ça que j'ai écrit.

    Tenez, je vous montre une pochette de disque, parmi tant d'autres, mythique.

    Oui.

    Et là évidemment, on voit Steve McQueen.

    Oui.

    C'est le clip de Cincinnati.

    Oui.

    Alors là, c'est aussi le triomphe avec la voix de Ray CHARLES.

    Oui.

    Comment ça se passe, ça ? Quels souvenirs ?

    Vraiment, Ray CHARLES il était très difficile. Avant d'enregistrer, il voulait parler personnellement avec le compositeur. Alors j'arrive, et il ne peut croire que j'ai écrit cette musique, parce que ça swing, et qu'avec mon accent ce n'est pas possible. Alors comme il était aveugle, il commençait à… moi je me rendais compte qu'il était un peu… peut-être, il ne va pas chanter ça parce que… alors j'ai du repenser, il était un peu douteux, et j'ai dit : "Ray, vous vous rappelez qu'on s'est connu et c'était un club de jazz ? Avec Daisy. " Aaah oui, alors il a fait… c'est ça les soirs".

    C'est ça qui a tout déclenché.

    Il ne voulait pas croire.

    Je voudrais vous faire entendre encore une musique tellement mythique, parmi tant d'autres. Écoutez ça.

    Ah oui, Bullit.

    C'est extraordinaire.

    Merci.

    Là, vous aviez les images en tête ou pas du tout ?

    Proposant des compositions en Argentine avant de venir en France, Juan Carlos PAZ, c'est lui qui m'a dit : "il faut aller l'ambassade française pour…" parce qu'il savait qu'il avait le baccalauréat, et il faut faire tout les démarches, mais (Inaudible) et Juan Carlos PAZ, ben les deux, ils m'ont dit la même chose, il faut écrire la musique loin du piano. Il faut l'avoir dans la tête, c'est peut-être une question naturelle. On appelle talent je ne sais pas, je vois le générique la première fois et j'ai moi dans ma tête, j'ai déjà… j'écoute exactement dans la mesure que je veux aller composer, mais avant la compo, c'était la première fois que j'ai vu le film, j'ai vu les images. Comment est-ce que je peux… oui j'ai enfin écrit la musique loin du piano, mais composer la musique loin du piano, ça m'arrivait.

    Oui, et et lorsque vous voyez ensuite le film, Bullit, avec votre musique, qu'est-ce que vous ressentez ?

    Je vous dis, j'avais déjà dans la tête l'écrit. Je ne ressentais rien, et une fois écrit… j'ai dirigé, j'ai pris la direction d'un orchestre en Argentine. Et je crois que j'étais très clair. Les indications, mais quand j'ai vu Pierre BOULEZ, comme chef d'orchestre, la clarté qu'il avait, j'ai essayé de l'imiter. Je n'ai pas le temps de penser que ce qui va arriver, ça va être populaire ? Il faut jouer le deuxième alto. Vous avez joué les notes trompées, vous autres, il faut parler do Diez (inaudible). Il n'a pas le temps de, vous comprenez, il n'a pas le temps. C'est maintenant vous êtes en train de faire des questions, je dois concentrer à vos questions pour vous répondre clairement, et je ne parle pas (inaudible) je suis Lalo SCHIFRIN, que je vais avoir des prix, des médailles.

    Oui.

    Il faut que je me concentre à vous, ça c'est ma vie, et je crois qu'il n'y a pas des secrets, seules les raisons pour laquelle je fais tout ce que je fais.

    C'est merveilleux, vous n'abandonnez jamais le jazz, moi je voudrais vous montrer ça, c'est Jimmy SMITH. Et ça.

    Pourquoi je l'appelle The Cat ?

    Oui, pourquoi vous l'appelez Le Cat ?

    Le félin, je l'utilisais… il avait besoin de… monsieur Clément m'a demandé que les choses un peu que Jane fonda, que danse un peu, et j'ai oublié ça. C'est pour ça que je l'appelle The Cat, le chat, le félin, vous voyez ? C'est les chats, félins.

    Écoutez le Le Cat. Hommage aussi à Jimmy SMITH, formidable musicien. Incroyable musicien. Merci Lalo, on pourrait continuer encore des heures. Comme je dis, vous êtes en train de toujours inventer une musique là. C'est ça votre joie.

    Oui.

    C'est, c'est…

    Absolument.

    C'est comme un bonheur d'enfant.

    Sa musique (inaudible).

    C'est vrai ?

    Ah oui. C'est une chose, dans ma famille, l'amour, mes enfants, ma femme ou eux aussi. C'est très important, mais à côté de ça, parallèle, c'est la musique.

    Merci beaucoup Lalo SCHIFRIN.

    Merci à vous.

    Un immense honneur dont vous avoir répondu, pour vous rendre hommage, vous dire combien vous avez donné de bonheur, et vous en donnez toujours. Merci beaucoup Lalo SCHIFRIN

    Merci à vous.

    Voir plusmoins
    00:08:26
    Tous publics
    Tous publics