Ouvrir Menu
TV5MONDE+
Profitez de votre espace

Pas encore inscrit ?

Créez vos alertes selon vos préférences, partagez voc contenus favoris, et accédez à vos recommandations personnalisées

  • Ce programme n'est malheureusement pas disponible pour votre zone géographique.
    Découvrez d'autres programmes disponibles dans les recommandations ci-dessous.
  • L'invité

    Mathieu Jaton

    Invité : Mathieu Jaton, directeur du Montreux Jazz Festival.

    Mathieu Jaton est notre invité à l'occasion de l'ouverture du 53e Montreux Jazz Festival, en partenariat avec TV5MONDE.

    Présentation : Patrick Simonin. Depuis le 53e Montreux Jazz Festival.

    Transcription

    On se jette à l'eau véritablement au cinquante-troisième Montreux Jazz Festival. Ici il fait une chaleur de dingue. Ouah, ouh la la, c'est dur les rochers là. Alors, vous faites quoi là, vous vous baignez ? Vous êtes vacanciers?

    Non. On joue ici ce soir.

    Ça s'appelle comment ? Ça s'appelle (Sagasound System). C'est super. Et vous allez vous baignez avant alors ? Oui. Se rafraîchir un peu les idées.

     Y'a besoin. Y'a besoin. Alors si vous êtes pas sur scèn (...)

    On se jette à l'eau véritablement au cinquante-troisième Montreux Jazz Festival. Ici il fait une chaleur de dingue. Ouah, ouh la la, c'est dur les rochers là. Alors, vous faites quoi là, vous vous baignez ? Vous êtes vacanciers?

    Non. On joue ici ce soir.

    Ça s'appelle comment ? Ça s'appelle (Sagasound System). C'est super. Et vous allez vous baignez avant alors ? Oui. Se rafraîchir un peu les idées.

     Y'a besoin. Y'a besoin. Alors si vous êtes pas sur scène, vous êtes dans le lac ? Oui. On préférerait être dans le lac.

    Vous allez voir des concerts ? On est bénévoles ici, en fait.

    Ah, vous êtes bénévoles. Donc, c'est vous qui permettez à ce festival d'être ce qu'il est. Aussi. On vous dit merci. Vous pouvez vous rejeter à l'eau. Super, on y va. Mathieu Jaton, cinquante-troisième Montreux Jazz Festival. Là, c'est le pot de départ. On entend les bouteilles qui pètent là… Le champagne qui pète déjà…

    Et là, un peu les chocottes, non ou pas, Mathieu ?

    Non, l'excitation, le plaisir, que du bonheur. Ça fait 11 mois qu'on travaille sur ce festival, comme tous les festivals chaque année. Et quand j'arrive à ce moment là, que tout le monde arrive, que des journalistes sont là, c'est toujours un immense plaisir.

    Oui, alors attends, il y a Sting, il y a Quincy. Et puis surtout Elton John dans un stade incroyablement plein. Janet Jackson ! Et Janet Jackson. Un mot sur Elton quand même, parce que là il construit enfin…ce stade. Combien de mois il a fallu ?

    Quelques mois. On a eu peu de temps, en fait. Parce qu'on a eu l'information…c'était en février qu'on devait changer tout le setup. Donc on a eu quelques mois pour mettre ça en place. Ce qui était un petit peu compliqué parce qu'on était dans un lieu qu'on ne connaissait pas du tout, qui n'est pas prévu pour faire des shows de cette envergure là. Là, j'ai vraiment eu l'excitation ces jours quand je suis monté au stade et on voit toutes les infrastructures montées. C'est une première pour nous. La première fois qu'on fait un open air comme ça, de cette envergure là et en plus avec Elton John pour un Farewell Tour. C'est extraordinaire.

    Incroyable. Alors, maintenant cette année, tiens, on va aller se balader un peu…des concerts gratuits. Parce qu'alors là…puis des lieux nouveaux, enfin il y a plein de trucs là.

    En tout, ça fait 450 concerts sur Montreux. Tiens. Regarde, là… Voilà, ça c'est la merveilleuse affiche de Ignasi Monreal, ce designer génial que j'ai rencontré l'année passée d'ailleurs au festival, qui a fait toute la campagne de Gucci. Je suis tombé amoureux de ce qu'il faisait. Et on s'est vu pendant le festival. On s'est serré la main avec ces Azulejos. Il est venu avec cette idée que je trouvais hyper intéressante, qui change de son design habituel, de faire les Azulejos. Ce mariage entre le côté urbain et le côté très élégant des Azulejos portugais et espagnols. J'ai vraiment adoré ce principe et surtout ce "Play, Pause et Forward" qui pour moi représente :  le "Play", c'est vraiment le Stravinski, c'est les légendes actuelles. C'est vraiment le "Play" et ça représente vraiment le Stravinski. Le "Pause", pour moi c'est le Montreux Jazz Club : ce moment où on s'arrête dans l'intimité, dans la confidentialité de la salle. Et le "Forward" c'est évidemment le Lab, la musique de demain, l'avenir du festival, les jeunes musiciens, les découvertes. Oui, parce qu'il y a les stars. Et puis il y a tout ceux qu'on découvre. Et alors, les scènes, on disait à l'instant, on va en reparler quand même. Des scènes gratuites, des scènes ouvertes comme ça pour tout le monde.

    Il y a plus de 300 concerts gratuits sur tout le site du festival, avec des nouvelles scènes, notamment le Liszto Club - qui a été la fusion du Strobe Klub et du Lisztomania - qui fait deux concerts par soir, plus des DJ jusqu'à cinq heures du matin. Et la nouvelle Terrasse, la première scène sur le lac : la Terrasse ibis MUSIC, avec des artistes comme Charlie Winston, comme Boulevard des airs, qui vont jouer gratuitement pour le public tous les soirs. Et ça, pour moi, c'est hyper important dans l'ADN du festival, dans la construction du festival. D'avoir d'un côté, ces très belles salles avec ses immenses stars et toute la partie gratuite, mais qui n'est pas piquée des vers, puisque c'est une programmation qui est soutenue et qui est dense.

    Fantastique.  Alors, un mot sur la clôture. C'est Quincy. Quincy, c'est un amour, c'est l'amour. C'est l'emblème du Montreux Jazz. Je suis tellement heureux de ce concert pour plusieurs raisons. Parce que quand j'ai vu le line up de cette année avec tous les stars qu'on a la chance d'avoir cette année. Parce qu'on a parlé de certains mais il y a aussi Tom Jones, les Chemical Brothers, il y a Joan Baez qui fait son Farewell Tour, Anita Baker qui fait son Farewell Tour. Et vraiment, je me suis posé la question : mais comment je peux clôturer ce festival ? Et le clôturer avec le plus grand et le meilleur ami de Montreux. Et donc, j'appelle Quincy et je lui dis : est-ce qu'on peut faire un projet spécial cette année, avec un orchestre symphonique…Évidemment lui, il a tout de suite dit oui. Il a dit c'est génial on va faire un super projet. Il y aura Matthieu Chedid, il y aura Ibrahim Maalouf, il y aura  Lauren Jauregui aussi qui est super, il y aura Jacob Collier…Il y aura plein de monde. Tous ces projets montreusiens. Et Quincy, Quincy hein. Ça va partir dans tous les sens, ça va être une jam merveilleuse. Et pour moi, c'est la plus belle clôture que je pouvais espérer pour ce cinquante-troisième festival.

    C'est quoi finalement le truc comme ça qui fait que Montreux Jazz est différent de tous les autres festivals du monde ? Il y a un truc, c'est quoi ? Évidemment, c'est Claude Nobs et puis tout ce qui arrive maintenant, c'est…

    Alors, c'est beaucoup de choses. Évidemment c'est l'histoire, c'est le patrimoine mais aussi c'est tout cet esprit de Montreux, du partage, de cette liberté donnée aux artistes, de cette fusion. On sent, quand on arrive dans le festival, à l'ouverture, cette fusion. Les musiciens qui rentrent, qui sortent. Et moi,c'est ce que j'ai toujours aimé, mais depuis gosse. En fait, quand je venais à Montreux, c'est cette sensation que, à l'impossible nul n'est tenu. Qui va se passer tout le temps un truc, qu'il y a une jam qui va s'improviser d'un côté. Qu'il y a un concert qui va durer plus longtemps, que l'artiste va faire un "encore" et puis il va faire quelque chose de particulier. Et nous,  même si le music business aujourd'hui a beaucoup changé et que les choses sont un petit peu plus formatées, on essaie toujours de créer cette plateforme où la magie peut intervenir à un certain moment. Et moi, c'est ce que j'aime dans ce métier. C'est finalement de casser toutes ces barrières, d'ouvrir le spectre musical, de faire que les artistes de différentes générations, de différents styles musicaux, collaborent ensemble. Et on le voit, en plus, il y a plus de perméabilité. Il y a une plus grande perméabilité maintenant dans les musiques :  le Hip-hop collabore avec le jazz et ça c'est très Montreux pour moi. Et j'aime ça. Et c'est pour ça que j'aime ce festival depuis tant d'années. Tiens, on va se regarder un extrait de Sting parce que ça, quand même ces chansons : "Songs"… Oui. Et puis pour moi Sting c'est la perfection absolue en terme de son. De l'avoir au Stravinski, pour moi, c'est toujours un événement parce qu'il a une qualité de son, il a une qualité de jeu. Ces shows je crois…Je pense que je pourrais le voir 20 fois d'affilée et j'aurai toujours du plaisir. Donc regardons cet extrait parce que ça va nous faire super plaisir.

    (langue étrangère).



    C'est un concert qui a fait l'évènement ici à Montreux : Sting. Et Montreux, c'est une fête, une fête populaire au bord du lac et la foule se donne rendez-vous. On va voir des concerts, on y vient pour le plaisir. C'est l'été. Il fait chaud, il fait beau.

    Il fait très chaud, oui. Il fait très chaud en cette ouverture de festival, on a de la chance. En tout cas, pas à me plaindre de ça. C'est vrai qu'on a une chance incroyable. On est au bord du lac. On a les montagnes à côté de nous. Il y a un set up à Montreux, c'est vrai, qui fait rêver.  Encore ce matin, je me réveillais, j'ouvrais la fenêtre de l'hôtel et je regardais ça, je dis :  mais je comprends en fait finalement pourquoi les artistes quand ils arrivent, ils disent : "Ouah!". Parce que c'est Montreux, cette petite Riviera, quand même, cette petite ville où il y a une proximité assez dingue. Ces grands hôtel…évidemment, il y a un côté Belle Époque à Montreux et ses années 1920. Donc, le festival fait un peu rêver à ça et on se retrouve, en fait, peut-être parachuté dans une autre époque. Et puis, j'aime cette sensation là où on vous voit les vieilles anglaises qui étaient sur les plages montreusiennes. Et je trouve qu'il y a toute une symbolique à Montreux qui est magnifique. Et puis dans la quiétude du lac, des montagnes extraordinaires, soudain surgit le son d'un saxo, le son d'un Quincy, le son de… de "Smoke In The Water"…

    Voilà. Qui dit "ouah", qui donne des frissons et qui dit qu'est ce qu'on est bien d'être là. Merci Mathieu. Merci à toi. C'est toujours un plaisir. Cinquante-troisième Montreux Jazz Festival avec TV5 Monde. On en est très fiers et très heureux. Merci.

    Voir plusmoins
    00:08:12
    Tous publics
    Tous publics