Ouvrir Menu
TV5MONDE+
Profitez de votre espace

Pas encore inscrit ?

Créez vos alertes selon vos préférences, partagez voc contenus favoris, et accédez à vos recommandations personnalisées

  • Ce programme n'est malheureusement pas disponible pour votre zone géographique.
    Découvrez d'autres programmes disponibles dans les recommandations ci-dessous.
  • L'invité

    L'INVITE TV5MONDE-29/01/17

    Invités : Alain Souchon, Pierre Souchon.

    Le chanteur français s'engage avec son fils Pierre dans la lutte contre la maladie d'Alzheimer. Avec de nombreux artistes, ils donnent un concert lundi 30 janvier à l'Olympia : "2 générations chantent pour la 3e".

    Présentation : Patrick Simonin.


    Transcription

    Bonjour Pierre et Alain Souchon, père et fils. La deuxième génération qui chante pour la troisième, c'est à nouveau le grand rendez-vous, le spectacle événement pour lutter contre cette maladie d'Alzheimer. C'est important de rassembler tous les copains, chanteurs, chanteuses ?

    C'est-à-dire que tous les ans, Pierre organise ce concert qui a lieu soit à l'Olympia, soit à l'Opéra Comique. Et à chaque fois qu'il fait son casting, il demande tous les gens, personne ne dit non. Il dit : (...)

    Bonjour Pierre et Alain Souchon, père et fils. La deuxième génération qui chante pour la troisième, c'est à nouveau le grand rendez-vous, le spectacle événement pour lutter contre cette maladie d'Alzheimer. C'est important de rassembler tous les copains, chanteurs, chanteuses ?

    C'est-à-dire que tous les ans, Pierre organise ce concert qui a lieu soit à l'Olympia, soit à l'Opéra Comique. Et à chaque fois qu'il fait son casting, il demande tous les gens, personne ne dit non. Il dit : "Ce serait bien qu'il y ait machin ou machin", et hop les gens viennent. Mais il y a un noyau central, c'est Vincent Delerm, Sandrine Kiberlain.

    Toi et Laurent Voulzy.

    Voilà, et Nolwenn.

    Et Nolwenn bien sûr.

    Ça, c'est le noyau.

    Et Jeanne Cherhal qu'on ajoute cette année.

    Et il invite des gens.

    Cette année s'ajoutent en effet Jeanne Cherhal, Julien Clerc qui vient pour la première fois aussi, et il y a aussi Ours et Gaël Faure.

    C'est un grand rendez-vous, Pierre, parce qu'il faut lutter contre cette maladie d'Alzheimer et tous les bénéfices vont servir à ça.

    Tous les bénéfices qui me donnent envie de… J'ai de la chance d'organiser ce spectacle et ce qui fait que ça se pérennise, c'est qu'il y a vraiment quelque chose de palpable et on voit la progression des dons. On était, au tout début de l'aventure, vers 120 000 euros de dons, et puis on a dépassé 450 000, donc il y a quelque chose qui progresse et qui est réel.

    Oui, comme par exemple ça, extrait d'un des concerts. Le prochain sera dans le 30 janvier, Salle Pleyel. Les voici tous, le 12ème gala contre Alzheimer. C'est extraordinaire, des duos, des rencontres, des trios, les artistes qui sont là et qui s'aiment finalement.

    Oui, on s'aime bien.

    Et ce qui se passe sur scène déteint dans le public, et comme il est question de fêter un peu la mémoire qui s'en va - voilà, la mémoire - c'était sympa d'inviter des artistes qui ont dans leur répertoire des chansons qui font partie de la mémoire collective, des madeleines de Proust, les chansons d'Alain Souchon, les chansons de Laurent Voulzy ou de Julien Clerc. Et puis voilà, c'est de fêter les souvenirs et puis il y a des duos, il y a des trios, il y a des chansons aussi qu'on découvre et des artistes qui ont des connivences entre eux. Voilà, je pense à Julien Clerc et Carla Bruni qui ont souvent collaboré ensemble, donc ce qui se passe sur scène va déteindre.

    Je pense qu'il y a une connivence aussi entre Laurent Voulzy et Alain Souchon, quelque part.

    C'est bien observé.

    C'est bien vu.

    Je vais chanter aussi avec Vincent Delerm. C'est un moment qu'on aime beaucoup et puis c'est utile en même temps, donc c'est bien.

    Il y a une chanson par exemple… Vous allez chanter du Gainsbourg, "Chez les ye-ye", c'est-à-dire qu'il y a des reprises comme ça. C'est agréable de chanter les autres.

    Bien sûr. Oui.

    Oui, l'année dernière, le groupe Brigitte avait repris "Chez les ye-ye" et c'est ça qui est sympa, c'est que chaque artiste nous fait part de son propre répertoire, et puis en même temps décide de chanter une chanson qui lui évoque des souvenirs, et donc qui sont des souvenirs pour nous aussi.

    C'est celle-là, écoutez. Et il y a de l'ambiance parce que tout ça est très joyeux, Alain.

    Oui, c'est joyeux. Non, mais je vous dis on est contents de se retrouver et de faire ça et le public le ressent bien qu'on est heureux ensemble. De toute façon, on s'aime bien, les chanteurs, entre nous. Ce n'est pas du tout comme le monde politique ou le monde médiatique, où les gens sont là : "ouais, ouais, il a fait plus d'audience que moi, ou je ne sais pas quoi". Nous, ce n'est pas du tout comme ça, il y a une ambiance très fraternelle chez les chanteurs. Moi je m'entends très bien avec tous les chanteurs et c'est au contraire très agréable, il y a une fraternité entre nous.

    Oui, les Vincent Delerm, les Julien Clerc. Vous en avez fait des duos avec Julien !

    Oui, on est très amis, très copains, on se téléphone avec Maxime Le Forestier, avec Vincent, avec Sandrine. On est une bande d'amis.

    Oui. Il y a une chanson qui dit : "Quitte le sol, les souvenirs s'envolent, bouts de vie que la vie nous vole". Ça, Pierre, c'est évidemment "Vole", c'est une chanson sur cette maladie d'Alzheimer.

    C'est gentil d'en parler. J'ai écrit cette chanson pour les 10 ans du concert avec Pierre-Dominique Burgaud, qui est un auteur très talentueux et qui a réussi à traiter ce sujet un peu grave avec de la légèreté et une finesse. L'idée était d'aider les chercheurs, donc cette chanson est téléchargeable au prix d'un pain au chocolat, en gros, et tout va pour les chercheurs. Et elle s'appelle "Vole".

    Oui, c'est magnifique parce qu'évidemment on pense tous à des visages de gens qui ont été touchés par cette maladie. 900 000 personnes touchées par cette maladie.

    Oui, et alors c'est une maladie terrible parce que… Les maladies, c'est physique, c'est le cancer, c'est une blessure terrible, c'est le corps. Là, c'est l'humanité elle-même, puisqu'un être humain est quelqu'un qui pense et qui se souvient. Et là il, ne se souvient plus et il ne pense plus et il quitte son humanité. Donc c'est une maladie horrible. Souvent, un enfant va voir sa maman qu'il adore, et la maman ne reconnaît pas son fils. Elle est même assez méchante, elle peut frapper, c'est terrible. C'est une maladie horrible.

    Oui, et Pierre, ça a été la grand-mère peut-être qui a inspiré aussi ça ? J'ai vu ça, je l'ai lu, c'était une femme extraordinaire de vie qui a été touchée, donc la maman d'Alain.

    Qui a écrit des romans, qui a été une romancière, qui a fait du théâtre et qui connaissait des tirades par cœur très tard, elle faisait même du rap. Je me rappelle qu'à la fin elle faisait des cours de théâtre avec des copines, elle faisait des morceaux de rap à 90 ans. Et voilà, elle a été emportée par la maladie. Et moi, à ce moment-là, on m'a demandé lors d'une émission de mettre aux enchères un objet de mon choix et je me suis orienté vers cette cause. Et puis, du coup, ils ont été intéressés que quelqu'un, "en-dessous de 90 ans", s'intéresse à la cause. Du coup, ils m'ont appelé pour organiser ce concert et voilà, maintenant ça date.

    On pense à ces visages, à tous ceux qui nous écoutent et qui peut-être ont dans leurs proches, finalement, quelqu'un qui est touché, Alain.

    Oui, bien sûr.

    Ça touche. C'est la vie, c'est quoi ?

    Je vous dis, c'est l'humanité de quelqu'un, c'est-à-dire qu'à partir du moment où il ne reconnaît plus ses proches et tout, c'est effrayant pour les proches parce qu'il y a les gens qui sont malades, qui eux-mêmes sont dans leur monde et tout, mais pour tous les gens autour, tous les enfants, les conjoints et tout, c'est une souffrance horrible. Donc c'est une maladie qui touche 900 000 personnes, mais multiplié par 5 parce que tous les gens autour souffrent, peut-être plus même que la personne.

    Oui, et des fois il n'y a plus de mots. Je pense à cette chanson : "Derrière les mots", l'un des grands succès avec Laurent, sur scène. Et d'ailleurs, il y a un album live qui est célèbre, cette incroyable tournée, l'incroyable succès de cette rencontre sur scène entre Laurent Voulzy et Alain Souchon. Derrière les mots, il y a la vie finalement, Alain.

    Oui, bien sûr.

    C'est la vie les mots ?

    Non, mais c'est une façon de raconter la vie.

    La deuxième génération, 2 générations qui chante pour la troisième, c'est le 30 et ça va être un événement à Pleyel pour évidemment aider tous ceux qui souffrent de cette maladie d'Alzheimer et les artistes sont là, mobilisés. Merci beaucoup.

    Et tous les chercheurs. Il faut penser à eux qui cherchent à bloquer la dégénérescence du cerveau. Ils travaillent ces gens-là, c'est pour ça qu'ils ont besoin d'argent et tout, parce qu'ils travaillent sans arrêt. Ils ne trouvent pas, ils n'ont pas encore trouvé, c'est dur, mais ils vont trouver.

    Merci beaucoup à tous les 2. Merci beaucoup.

    Au revoir.

    Voir plusmoins
    00:08:13
    Tous publics
    Tous publics