Ouvrir Menu
TV5MONDE+
Profitez de votre espace

Pas encore inscrit ?

Créez vos alertes selon vos préférences, partagez voc contenus favoris, et accédez à vos recommandations personnalisées

  • Ce programme n'est malheureusement pas disponible pour votre zone géographique.
    Découvrez d'autres programmes disponibles dans les recommandations ci-dessous.
  • L'invité

    Anne Fulda

    Invitée : Anne Fulda, journaliste française.

    Grand reporter pour le quotidien "Le Figaro", Anne Fulda a consacré un livre au président Emmanuel Macron : "Un jeune homme si parfait".

    Présentation : Patrick Simonin.


    Transcription

    Bonjour Anne FULDA.

    Bonjour.

    Journaliste, grand reporter, responsable des Portraits du Figaro, vous publiez un livre, et c’est parmi les meilleures ventes aujourd'hui : "Emmanuel MACRON, un jeune homme si parfait". Pourquoi vous dites qu'Emmanuel MACRON n’est peut-être pas si parfait que ça ?

    Non, je ne dis pas qu'il n’est pas si parfait, je dis qu'il ne correspond pas à l'image lisse probablement, qu'on a pu donner de lui dans un premier temps. C'est-à- (...)

    Bonjour Anne FULDA.

    Bonjour.

    Journaliste, grand reporter, responsable des Portraits du Figaro, vous publiez un livre, et c’est parmi les meilleures ventes aujourd'hui : "Emmanuel MACRON, un jeune homme si parfait". Pourquoi vous dites qu'Emmanuel MACRON n’est peut-être pas si parfait que ça ?

    Non, je ne dis pas qu'il n’est pas si parfait, je dis qu'il ne correspond pas à l'image lisse probablement, qu'on a pu donner de lui dans un premier temps. C'est-à-dire que derrière le jeune homme à qui tout réussit, devant qui s'est développée, comme ça, une espèce de voie royale vers la réussite et l'accession à l'Élysée, il y a eu des tourments, il y a une vie extrêmement romanesque en fait.

    C'est ça qui est dingue.

    Alors, ça part de sa grand-mère, évidemment de la rencontre avec sa femme, mais aussi de la manière dont il a conquis le pouvoir. C'est-à-dire, cette manière… Lui, qui s’est présenté comme, un peu anti-système, hors du système, mais en fait, c'est vraiment un enfant du système, et ceux qui l'ont aidé sont des piliers de ce qu’on appelle le système français.

    Oui, et en même temps, c’est un personnage, vous dites "romanesque", quelque part.

    Complètement.

    Donc, il grandit dans le nord, et "Manette", cette grand-mère dont il parle tout le temps, vous en parlez beaucoup dans ce livre, avec lequel il va faire carrément son éducation.

    Alors Manette, c'est la grand-mère, la grand-mère maternelle, a un rôle absolument fondamental dans la vie d'Emmanuel MACRON. D'ailleurs, Brigitte MACRON, aujourd’hui dit : "S'il y a bien une personne à qui il doit cette réussite exceptionnelle, en dehors de lui-même, c'est sa grand-mère". Donc, cette grand-mère qui était professeur, directrice de collège, et qui lui a inculqué, appris l'amour de la littérature, de la musique, mais aussi l'exigence du travail. Ce n’était pas une mamie gâteau, c'était quelqu'un qui avait un sacré caractère visiblement. Et ce qui est fou, c'est qu'il y a eu entre eux, un amour exclusif, singulier, qui a duré jusqu’à ce qu'elle meurt, c'est-à-dire, à l'époque, Emmanuel MACRON était secrétaire général adjoint de l'Élysée.

    Alors, vous dites d’ailleurs, quand il apprend la mort de sa grand-mère, il le dit à François HOLLANDE, François HOLLANDE a une réaction froide, et de là va dater la rupture avec François HOLLANDE.

    En fait, oui, c'est-à-dire qu'il dit à l’époque, à l’un de ses amis : "C’est fini avec François HOLLANDE". Et cet ami lui demande : "Mais pourquoi ?", et il lui rétorque : "Quand je lui ai annoncé la mort de ma grand-mère, dont il sait l'importance qu’elle avait pour moi, il a eu une réaction extrêmement banale". En fait, à ce moment-là, il y a une barrière psychologique qui tombe en fait. Ce n’est pas, il ne décide pas… Bon, j'y vais. Mais, il y a quelque chose qui se casse en fait.

    Oui, alors évidemment il y a Brigitte MACRON. C’est un couple différent, il le dit lui-même. Évidemment il y a une différence d'âge, mais au-delà ?

    Oui, je trouve que la singularité, évidemment, elle est dans cette différence d’âge que tout le monde a souligné, mais je trouve que la singularité la plus intéressante c’est le fait que c'est l'unique, c’est la seule. C'est-à-dire qu'il connaît Brigitte MACRON, il fait sa connaissance, on l'a vu, quand il a 16 ans. Il a eu, avant, une petite histoire d'amour avec une jeune fille de son âge, mais à partir de 16 ans, Brigitte c'est la seule. Et c'est celle, ce qui est absolument frappant et étonnant, c'est qu'elle va l’accompagner dans son parcours scolaire, elle l’aide par exemple à passer le concours général ; dans son parcours professionnel, dans son parcours politique et évidemment dans son parcours amoureux. Donc, c'est une palette extrêmement large et ce qui explique la force des liens qu'il y a entre eux, qui s’expliquent aussi par le fait qu'ils sont sentis comme un peu en marge.

    Oui, différent, parce qu’évidemment vous le dites, c'est-à-dire que quand on annonce aux parents cette liaison, secrètement ils peuvent se dire que ça ne durera pas. Et on se souvient du scandale dans les années 70, vous y faites référence, de couple avec des grandes différences d'âge qui s’est terminé par des drames.

    Oui, alors parce que tout le monde… Enfin, ceux qui l'ont connu ou qui ont lu l'histoire, cette fameuse affaire Gabrielle RUSSIER qui était à l'époque de POMPIDOU. C'est la même histoire, c’est un professeur de français qui a une histoire d’amour avec son élève, qui est divorcé, dont les parents sont libertaires, un peu comme les parents d'Emmanuel MACRON ; mais à l’époque, la différence c'est que les parents avaient porté plainte pour détournement de mineur. Ce que ne font pas les parents d'Emmanuel MACRON. Mais il faut imaginer quand même ça, on est dans une ville de province, sous la France de MITTERRAND, une petite ville que tout le monde cancane, que tout le monde en parle, on regarde de travers…

    On lui dit, on dit aux parents : j’ai su ce qui vous êtes arrivés. Comme si c’était un décès.

    Comme s’ils avaient perdu quelqu’un dans la famille. Donc, obligatoirement, ce n'est pas quelque chose de neutre, et ça les a… Ce regard des autres, cette impression d'être jugé, jaugée sans cesse, voire moquée, ça a soudé, ça a créé entre eux un lien extrêmement fort.

    Alors, vous racontez son voyage initiatique à Paris quand il a 16 ans, qui l'a embelli. En fait, on a l’impression aussi que vous dites qu'il embellit aussi sa propre histoire, il écrit sa propre histoire.

    Oui, il écrit son histoire. C’est vrai que… Alors, d’ailleurs, il y a un parallèle à faire pas mal avec François MITTERRAND, c’est aussi un enfant de province qui monte à Paris, avec en tête comme ça, les héros balzaciens, lui-même l'écrit d’ailleurs. Et c'est vrai qu'il écrit son histoire. Par exemple, il écrit son histoire quand il fait un peu, au début, disparaître ses parents. Enfin, …

    Ils le ressentent d’ailleurs, les parents, très clairement.

    Oui, puisque le père lui-même dit, il est un peu blessé, un peu (inaudible), il dit : "Oui, enfin on comprend, la grand-mère, pour le story-telling, c'est mieux parce que la grand-mère qui… À force de travail est devenue directrice de collège, dont la mère était analphabète, c'est sur que ça se vend mieux, c’est plus une image d'Épinal". Et il en a conscience de ça. C'est assez frappant.

    Et on n'oublie pas qu'un an avant sa naissance, c’est un enfant mort-né que ses parents ont eu.

    Oui, il y a eu une petite fille mort-née, et obligatoirement, comme dans n’importe quelle famille, n'importe quel couple, c'est un drame qui a obligatoirement marqué la famille, beaucoup la mère, enfin le père aussi, mais je pense que pour la mère, c’est quelque chose qui… C’est une souffrance qui est encore présente. Alors, certains psychologues disent qu'il y a obligatoirement chez l'enfant qui suit, le désir de faire oublier l'autre. Alors, le père d'Emmanuel MACRON qui est neurologue, médecin, qui a certaines connaissances sur le sujet rejette cette analyse en disant : "Oui, vous allez me faire ce coup du surinvestissement qu'on a eu sur notre fils". Néanmoins, on peut se poser la question, est-ce qu'il n’a pas voulu tout de suite être le plus parfait, celui qui attire les regards, ce qu’il a été très tôt d'ailleurs.

    Il échoue à l’école normale, mais il a une force de recommencer, c'est un battant. Vous dites aujourd’hui il s'est durci. On voit la couverture de votre livre, ce regard.

    Il a une détermination folle en fait. C'est pour ça qu'on a choisi, à l’époque, cette photo, où on n'avait pas l’habitude de voir cette face-là d'Emmanuel MACRON, qu'on voit apparaître depuis qu'il est à l’Élysée d’ailleurs. On voit bien ce côté, cette extrême détermination. Et ce qui est amusant, c'est qu’il a voulu faire un parallèle entre la détermination qu'il a eue dans sa vie privée, à vouloir faire accepter ce couple qui choquait le bourgeois, et la détermination qu'il a eue à conquérir le pouvoir et désormais à dire : je ferai les réformes nécessaires.

    Brigitte MACRON qui vous dit elle-même : "Le jour où il sera infidèle, c'est qu’il sera amoureux. Ce n’est pas un homme de bagatelle, ça ne l'intéresse pas".

    Oui, oui, c'est… Brigitte MACRON est très, très spontanée. Quand elle ne veut pas répondre, elle ne répond pas en fait. Mais sinon, elle est d’un spontané, on souligne beaucoup l’empathie qu’il a lui. Elle, elle l’a aussi, elle est très moderne.

    Elle n'est pas toujours d'accord, mais quand même, vous dites qu'elle n'est pas d'accord avec lui sur le port de voile à l’université, ce genre de choses.

    Mais elle est assez moderne, très empathique. Lui, met souvent en avant… On a mis en avant pour la campagne son goût de la transgression. Mais entre les deux, la plus transgressive des deux c’est quand même elle. Parce que oser quitter un mari, une famille avec 3 enfants pour un homme beaucoup plus jeune, c'est quand même assez transgressif.

    Merci beaucoup, Anne FULDA, c’est passionnant. C’est un roman du pouvoir qui ne fait que commencer. Votre livre : "Emmanuel MACRON, un jeune homme si parfait" publié chez PLON. Merci d'avoir été notre invitée.

    Merci à vous.

    Voir plusmoins
    00:08:25
    Tous publics
    Tous publics