Ouvrir Menu
TV5MONDE+
Profitez de votre espace

Pas encore inscrit ?

Créez vos alertes selon vos préférences, partagez voc contenus favoris, et accédez à vos recommandations personnalisées

  • Ce programme n'est malheureusement pas disponible pour votre zone géographique.
    Découvrez d'autres programmes disponibles dans les recommandations ci-dessous.
  • L'invité

    L'INVITE TV5MONDE 2016/2017

    Invité : Zep, dessinateur suisse.

    Le créateur de "Titeuf" fait son retour avec un album inattendu, poétique et plein d'espoir : "Un bruit étrange et beau".

    Présentation : Patrick Simonin.

    Transcription

    Bonjour Zep.

    Bonjour.

    Mais quelle nouvelle ! Le papa de Titeuf qui rentre au couvent, dites-moi c'est étonnant cette nouvelle bande dessinée.

    J'ai enlevé ma bure pour venir vous voir quand même.

    Oui, "C'est un bruit étrange et beau", publié Rue de Sèvres et c'est incroyable parce que c'est tout à fait autre chose que ce qu'on a l'habitude de voir.

    Oui, ben c'est aussi l'intérêt de ce métier, c'est de pouvoir passer d'une histo (...)

    Bonjour Zep.

    Bonjour.

    Mais quelle nouvelle ! Le papa de Titeuf qui rentre au couvent, dites-moi c'est étonnant cette nouvelle bande dessinée.

    J'ai enlevé ma bure pour venir vous voir quand même.

    Oui, "C'est un bruit étrange et beau", publié Rue de Sèvres et c'est incroyable parce que c'est tout à fait autre chose que ce qu'on a l'habitude de voir.

    Oui, ben c'est aussi l'intérêt de ce métier, c'est de pouvoir passer d'une histoire à une autre, d'un univers à un autre, d'un personnage à un autre, et là parallèlement à mon travail plutôt humoristique que je fais depuis maintenant 2 ans sur le blog Le Monde. fr, j'avais envie de raconter une histoire plus grave au fond, autour du silence, autour de comment est-ce qu'on vit quand on a disparu du monde et qu'on y revient après 25 ans.

    Oui, c'est donc pendant 25 ans, un homme qui est chartreux, donc qui vit dans un couvent voilà, et il va y avoir une nouvelle qui va venir, j'allais presque dire frapper à sa porte du monde extérieur.

    Oui, qui vient le sortir violemment de son couvent parce que lui avait prévu de rester toute sa vie dans ce monastère. Il faut savoir que l'ordre des Chartreux, c'est un ordre extrêmement radical puisque non seulement c'est le silence, mais c'est la solitude, les moines sont isolés les uns des autres, donc c'est quand même, c'est particulier et on comprend au fil de l'histoire pourquoi il a choisi ce… pourquoi il a fait un choix aussi brutal parce que je ne crois pas qu'on devient un moine chartreux juste parce qu'on croit en Dieu, enfin il faut quand même certaines raisons, souvent inconscientes d'ailleurs, parce que ce sont des gens très jeunes qui font ces choix-là, et on comprend que lui a une suite d'événements dans sa vie qui l'ont ont poussé à fuir et à aller se…

    À mourir presque.

    À mourir, voilà. Il le dit, je suis mort à cette vie.

    Je suis mort en prison.

    Alors, lui il n'estime pas que c'est la prison, lui il estime que notre monde est une prison et pour lui être là-bas c'est un espace de liberté, et c'est vrai qu'il y a quelque chose d'extrêmement libérateur parce que c'est une vie où il est, on lui épargne beaucoup de choses, c'est-à-dire qu'il n'a pas de problème de subsistance, de logistique, il ne doit pas répondre à des mails, il ne doit pas… nous on est sollicité sans arrêt, on doit avoir un avis sur tout, on doit répondre à une foule de choses au fil des jours, lui, sa vie, elle est pre-écrite depuis 1000 ans, en fait les Chartreux, l'ordre des Chartreux il vit de la même manière depuis toujours.

    Il ne se pose pas de question et à un moment, j'allais dire le monde de l'extérieur et y compris venant avec son passé frappe à la porte.

    Voilà, lui, il a abandonné ce passé normalement. Il a tout quitté, il a changé de nom d'ailleurs. Quand il devient chartreux, il prend une autre identité. Il n'a plus de contact avec sa famille puisque sa famille maintenant c'est la famille des Chartreux, et on vient le chercher pour une histoire d'héritage. Alors lui, sa première réaction c'est de dire ça ne me concerne pas parce que…

    L'argent, il s'en fiche finalement…

    Voilà, il a fait vœu de pauvreté…

    C'est un gros héritage.

    Mais il a fait aussi vœu d'obéissance et le père supérieur lui dit "Oui, d'accord toi, tu as fait vœu de pauvreté, mais nous on a quand même besoin d'argent pour les restaurations du monastère, donc ce serait bien que tu y ailles". Donc, il l'envoie chercher cet héritage à Paris et au fil du voyage, il va avoir toute sa vie passée qui revient. Donc, il va devoir… parce que ce n'est plus le même homme évidemment, il y a 25 ans qui se sont passés, il a perdu l'habitude de parler, il a perdu l'habitude simplement de rencontrer des gens, la première personne à qui il parle, c'est une machine, c'est aimable d'ailleurs.

    C'est pour acheter un ticket.

    Un distributeur de billet de train et puis il va se trouver assis face à une femme dans le train qui se met à lui parler, ce qui est complètement hors de question pour un chartreux, mais voilà, il se prend dans ce dialogue avec cette femme, qui elle est pleine de certitudes. Alors, elle n'est pas croyante comme lui, mais elle est pleine de certitudes justement et elle est en colère puisque c'est une jeune femme qui vient d'apprendre qu'elle est condamnée, qu'elle a une maladie qui la condamne. Donc, il y a tout un dialogue qui s'établit entre eux et j'avais envie de cette histoire-là, autour du silence, qu'est-ce que ça veut dire de revenir dans le monde, est-ce qu'on a le droit de partir du monde, enfin de décider nous-mêmes qu'on en fait plus partie et c'est une problématique d'artistes aussi parce que, c'est vrai que nous on a des statuts où on est à la fois observateur et en même temps dedans et pas complètement dedans, donc c'est aussi des questions qui viennent à mon âge, me dire de quelle manière je m'implique ou non dans ce monde et aucun des deux personnages ne me convainc complètement, c'est-à-dire j'aime les deux et je suis les deux tour à tour.

    Les deux, c'est qu'il va y avoir un personnage féminin qui va revenir, mais repasser et qui finalement évoque aussi l'amour qu'il s'est refusé à lui-même.

    Oui, parce que c'est une vie. On retranche toute une partie de sa vie quand on devient moine, ça on le sait, mais pour lui, ce n'est pas, ça a été une forme de renoncement, mais il a l'impression d'avoir été vers quelque chose de libérateur. Il est plutôt content de cette vie, même s'il y a des choses qui ne le satisfont pas complètement, mais là de se retrouver face à notre monde, il est obligé de se positionner sur une foule de choses, ce qu'il n'a plus fait depuis 25 ans parce que sa vie, elle est rythmée, il sait à quelle heure il se lève, à quelle heure il mange, à quelle heure il se couche, à quelle heure il a un office, et autrement il passe son temps dans sa cellule tout seul, à réfléchir, à méditer, mais voilà il n'y a pas d'obligation.

    Il est déstabilisé.

    Il va, et on ne racontera pas la fin, devoir se poser des questions encore et encore.

    "Où est le bon chemin ?"

    Voilà, c'est un séisme et ce qui me plaisait aussi c'était de montrer un personnage comme ça, qui pour finir est un personnage qui doute énormément, contrairement à nous qui sommes souvent bourrés de certitudes parce qu'on est dans… justement, notre société nous pousse à tout de suite adhérer à des choses, dire ça c'est bien, ça, ce n'est pas bien, lui c'est un méchant, lui c'est un gentil, je vote pour lui, je vote contre lui, enfin, on est tout le temps face à des décisions assez radicales comme ça, alors que lui le fait d'être dans cet univers complètement protégé, complètement à part, il peut complètement assumer le doute. Lui-même d'ailleurs dans le dialogue avec Mary, elle le tacle un peu en disant "Mais vous vous avez la chance parce que vous avez la foi", et il dit "C'est un choix, la foi c'est…je choisis chaque jour de croire, il y a des jours c'est facile d'autres c'est moins facile", et puis elle dit "Mais vous n'êtes pas sûr" et il dit "Non, si j'étais sûr je serais assuré, là je suis croyant, donc je crois c'est tout".

    Oui, il y a des dialogues c'est pour.. qui nous parle aujourd'hui dans un monde, on parle de religion tous les jours, ces spiritualités finalement, c'est aussi un besoin comme ça, on se dit il faut trouver des réponses dans le monde finalement sous une autre forme de spiritualité.

    On est face à beaucoup de questions par rapport à la spiritualité et à la religion et je trouve que ce sont des sujets importants, qu'on ne peut pas occulter, on ne peut pas dire État laïc, donc on ne parle plus de religion, et ce sont des questions qui nous touchent tous de près ou de loin parce qu'on se positionne par rapport à ça et ce qui est important, pour finir, ce n'est pas de dire voilà, moi je crois à ça, moi je ne crois pas à ça parce qu'on sait qu'au fil de notre vie, on est censé réfléchir, on va changer des choses, ce à qu'on croyait quand on a 20 ans, ce n'est plus la même chose à 40 à 50 à 60. Donc, c'est qui est important c'est que ce dialogue soit vivant, qu'on puisse continuer à se parler avec les gens qui ne croient pas la même chose que nous, parce que, pour finir, c'est ça qui fait l'humanité. Si on s'enferme chacun dans notre dogme, on ne va pas créer un monde génial.

    "C'est un bruit étrange et beau" et c'est un beau livre publié chez Rue de Sèvres.

    Merci !

    Merci beaucoup Zep !

    À bientôt !

    Voir plusmoins
    00:07:50
    Tous publics
    Tous publics