Ouvrir Menu
TV5MONDE+
Profitez de votre espace

Pas encore inscrit ?

Créez vos alertes selon vos préférences, partagez voc contenus favoris, et accédez à vos recommandations personnalisées

  • Ce programme n'est malheureusement pas disponible pour votre zone géographique.
    Découvrez d'autres programmes disponibles dans les recommandations ci-dessous.
  • L'invité

    Fantine Harduin, Alda Greoli, Henri de Gerlache

    Invités : Fantine Harduin, Alda Greoli, Henri de Gerlache.

    La Belgique en force au Festival de Cannes ! La jeune comédienne belge de 12 ans, Fantine Harduin, est étonnante aux côtés de Isabelle Huppert dans « Happy End » de Michael Haneke, en compétition pour la Palme d'or. Le réalisateur Henri de Gerlache, lui, a présenté son film « La Belge Histoire du Festival de Cannes ». Une présence des artistes belges soutenue par Alda Greoli, ministre belge de la Culture et vice-présidente de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

    Présentation : Patrick Simonin ; depuis le 70e Festival de Cannes.


    Transcription

    Bonjour Fantine. Je pense qu'il va falloir aller vous asseoir sur le beau fauteuil, comme toutes les stars. Ça, c'est la classe. C’est moi qui fais la première interview?

    La première interview à Cannes.

    Être la star du film de Michael HANEKE.

    Non, pas la star.

    Si.

    Non. Je joue dans le film, mais je ne suis pas la star du film.

    Quand même, avec Jean-Louis TRINTIGNANT, c'est extraordinaire de jouer avec quelqu'un c (...)

    Bonjour Fantine. Je pense qu'il va falloir aller vous asseoir sur le beau fauteuil, comme toutes les stars. Ça, c'est la classe. C’est moi qui fais la première interview?

    La première interview à Cannes.

    Être la star du film de Michael HANEKE.

    Non, pas la star.

    Si.

    Non. Je joue dans le film, mais je ne suis pas la star du film.

    Quand même, avec Jean-Louis TRINTIGNANT, c'est extraordinaire de jouer avec quelqu'un comme ça. Non ?

    Oui, c'est extraordinaire et hyper intéressant. En plus, c'est quelqu'un de très gentil et j'ai adoré tourner avec lui.

    ► "Happy End" (2017)

    Comment ça s’est passé de se retrouver dans un film de Michael HANEKE.

    Au départ, on a juste fait le casting, et mon papa, il n’y croyait pas trop. J'ai fait plusieurs castings, et puis, après, ils m’ont dit que j'étais prise. Alors, vraiment, j’étais super contente parce que c'est un très, très grand réalisateur, et j'avais en même temps un peu peur parce que je sais que c'est quelqu’un de très pointilleux, mais ça s'est super bien passé. Tout le monde était super gentil. Alors, j’en retiens un très bon tournage.

    Tu viens de Belgique?

    Oui.

    Tu représentes la Belgique à Cannes alors.

    Oui.

    Ça fait quoi ?

    C’est marrant, parce que je pense que je suis une des seules Belges, il y a aussi Laura VERLINDEN qui est dans "Happy End" qui est aussi de Belgique. Ça fait bizarre, c'est marrant. Du coup, il y a souvent des presses belges qui veulent m’interviewer.

    Et les parents, ils sont fiers ?

    Oui, très fiers.

    Ils seront là ce soir pour te voir monter les marches ?

    Mon papa sera là, mais ma maman reste avec mon petit frère Tristan.

    Elle a envie de continuer, de faire du cinéma Fantine ?

    J’aimerais bien en faire mon métier, oui. Après, ce n’est pas le métier le plus facile, mais j’aimerais vraiment bien que ce soit mon métier.

    C’est tout ce qu’on te souhaite.

    Merci.

    À l’affiche donc de ce film "Happy End", Michael HANEKE en compétition au 70e Festival de Cannes. Fantine.

    J’ai rendez-vous avec TV5 pour une interview importante.

    Le marché du film ici, c’est le stand Wallonie Bruxelles et Madame la Ministre, bonjour.

    Bonjour. Bienvenu en Belgique à Cannes.

    Mais, ça veut dire que le 70e Festival de Cannes est encore aux couleurs de la Belgique, j'ai l’impression.

    En fait, on colorie toujours un petit peu ce festival. Regardez d'ailleurs, la Belgique, histoire du Festival de Cannes. Cette année-ci, c'est très remarquable, puisqu'on met à l’honneur toute une série de coproduction. Donc, j'ai eu la chance de rencontrer mon homologue irlandaise, d’avoir des réunions de travail avec le Mexique, ce matin, avec le Québec. Eh oui, la francophonie, c'est au-delà des frontières de la France.

    Oui. Et on va fêter 50 ans finalement de contribution d’aide au cinéma francophone par la Belgique. Venez, Madame la Ministre, on va se balader parce que là, on est au marché du film.

    Allons-y. Venez.

    Il y a beaucoup de choses intéressantes.

    On sait toujours, tiens, les frères DARDENNE ne sont pas à Cannes cette année. Eh bien, si, parce que, avec leur société de production, ils coproduisent le film qui est "Loveless" et qui est vraiment un film bien remarqué à Cannes cette année, et les frères DARDENNE sont donc là. Donc, quand on croit que la Belgique n’est pas là, elle est toujours là.

    Alors, on est véritablement ici, avec cette volonté finalement d'affirmer cette identité profonde. C'est ça, finalement, le combat, c'est un combat culturel ?

    Non, ce n’est pas un combat culturel, c’est une contribution culturelle, et j’aime bien la différence. Pourquoi ? Parce qu'il ne s’agit pas d'aller combattre comme si on était replié sur nous. On aide, on ouvre, on a la chance d’avoir un pays ouvert sur les autres. Il est trop petit pour être fermé sur lui-même. Donc, c'est vraiment une contribution tout à fait positive.

    Ça fait 25 ans exactement, il y avait un film, c'est arrivé près de vous, qui était présenté ici, avec Benoit POELVOORDE qui explose. Ça veut dire que ça fait 25 ans que ça dure finalement ce succès-là.

    Alors, c’est une histoire extraordinaire, et c’est une histoire qui a engendré des enfants, des jeunes, une créativité, on en parlait tous les 2 tout à l’heure, en aparté, Bouli LANNERS. Voilà un génie, excusez-moi, mais j'ai vraiment un faible pour son cinéma. C'est un enfant de ce qui a permis l’arrivée de POELVOORDE ou des frères DARDENNE. Donc, oui, non seulement, et on n’est pas dans la continuité, on est dans l’enrichissement et donc, ça c’est vraiment une belle aventure.

    Mais, comme chaque année, il y a une grande soirée belge sur une plage à Cannes.

    Oui.

    Allez, on y va. Merci Madame le Ministre.

    Merci à vous.

    La Belge, histoire du Festival de Cannes. On est ici à la fête du cinéma belge pendant le Festival de Cannes. Henri DE GERLACHE, comment on pourrait finalement signifier ce que représente le cinéma belge aujourd'hui ?

    Alors, je pense qu’il est très divers. On connait peut-être bien le cinéma des frères DARDENNE qui est un cinéma très social, etc. , mais il y a aussi des tas d'autres cinéastes. C’est un cinéma très divers et je pense que les cinéastes et les artistes belges ont cette caractéristique de faire un cinéma très libre, je crois, en dehors de tout carcan, en dehors de toute règle ou de système. Ils font les films qu’ils ont envie de faire.

    Qu’est-ce qui se passe dans le cinéma belge ? Parce que c’est une longue histoire maintenant.

    C’est une très longue histoire. Je pense qu'il y a eu un déclencheur un petit peu avec "C'est arrivé près de chez vous", en 92 et la Caméra d'or de Jaco VAN DORMAEL, "Toto le héros", qui a fait qu'on regarde à partir de ce moment-là peut-être le cinéma belge d’une autre manière et qu'aujourd'hui, quand les Belges arrivent à Cannes, je pense que les sélectionneurs, etc. se disent : tiens, on va peut-être garder ça un peu plus attentivement.

    Oui, c'est merveilleux. Là, on a plein d'artistes, plein de comédiens. On les voit, ils sont là dans cette soirée. Il y en a partout. Il faut les rencontrer.

    Le cinéma belge, avec Cannes, il a une histoire qui est assez…

    … particulière, oui.

    … assez particulière, oui. C’est demain que la journée anniversaire se passe, où on fait plein de choses. C’est pour ça que je vais me coucher tôt. Et demain, le 23 mai, ça fera précisément 18 ans que les frères DARDENNE ont reçu leur Palme d’or, et moi, mon prix d'interprétation. Donc, je fête ma majorité cannoise demain.

    Merci.

    Voir plusmoins
    00:08:00
    Tous publics
    Tous publics