Ouvrir Menu
TV5MONDE+
Profitez de votre espace

Pas encore inscrit ?

Créez vos alertes selon vos préférences, partagez voc contenus favoris, et accédez à vos recommandations personnalisées

  • Ce programme n'est malheureusement pas disponible pour votre zone géographique.
    Découvrez d'autres programmes disponibles dans les recommandations ci-dessous.
  • L'invité

    S. Streker, L. El Arabi, S. Houbani

    Invités : Stephen Streker, Lina El Arabi, Sebastien Houbani.

    Les deux comédiens français, qui ont décroché le Valois des meilleurs acteurs au dernier Festival du film francophone d'Angoulême, sont à l'affiche de "Noces", réalisé par le Belge Stephen Streker.

    Présentation : Patrick Simonin.

    Transcription

    Lina El Arabi, Sébastien Houbani, le duo star de Noces, réalisé par Stéphane Streker, qui est entouré donc de ses comédiens. Bonjour Stéphane Streker. C'est un film un peu phénomène, on va dire, Noces. C'est un film qui cartonne partout, qui sort donc en France et que le public attend.

    Mais en fait on a eu beaucoup de chance parce qu’avec Lina et Sébastien, on a pu beaucoup voyager parce que depuis que le film est né simultanément à Toronto et à Angoulême, Angoulême où les 2 acteur (...)

    Lina El Arabi, Sébastien Houbani, le duo star de Noces, réalisé par Stéphane Streker, qui est entouré donc de ses comédiens. Bonjour Stéphane Streker. C'est un film un peu phénomène, on va dire, Noces. C'est un film qui cartonne partout, qui sort donc en France et que le public attend.

    Mais en fait on a eu beaucoup de chance parce qu’avec Lina et Sébastien, on a pu beaucoup voyager parce que depuis que le film est né simultanément à Toronto et à Angoulême, Angoulême où les 2 acteurs ont été primés, à Toronto où il a été beaucoup vu. Depuis lors on a beaucoup voyagé.

    Lina El Arabi c'est touchant comme ça que ce film maintenant appartienne au public.

    C'est touchant et en même temps c'est normal pour un film. On l'a porté moi et Stéphane, ça fait des années qu'il le porte parce qu’il a écrit ce magnifique scénario, parce que à la base c'était déjà un très, très beau scénario, qui est devenu un très, très beau film. Et du coup Stéphane c'est son bébé qu'il porte depuis des années et nous c'est devenu le nôtre après. Et là on est contents qu'il s'envole.

    C'est Noces. Regardez.

    Prend exemple sur ta grande-sœur pour ça aussi, tu as toujours pris exemple sur Lina, pour tout.

    Mais c'est injuste quand même.

    Évidemment que c'est juste, on est des femmes. Qu'est-ce que tu crois ?

    Elle ne veut pas se marier avec quelqu'un qu'elle n'a pas choisi.

    C'est un peu l'histoire de ce film qui est incroyable, ce personnage de Zahira qui va peut-être devoir subir un mariage forcé parce que sa famille pourtant le demande, mais il y a de l'amour quand même.

    Entre tous les membres de cette famille il y a de l'amour évidemment, et entre le frère et la sœur il y a plus que de l'amour, ils s'aiment tous les 2 à la folie et puis il y a une complicité. Amir c'est le confident de sa sœur, donc il y a énormément d'amour, mais c'est en ça que le film est beau.

    Amir c'est un personnage troublant, en fait il est écartelé entre l'amour qu'il porte à sa sœur et puis les traditions et puis son père aussi, puisque son père est malade dans le film. Et en fait, l'émancipation de sa sœur crée aussi le désarroi chez le père et l'enfonce un peu plus dans la maladie aussi. Mais oui, je pense qu'ils s'aiment énormément du fait déjà qu'ils ont été dans les mêmes écoles, ils n'ont pas beaucoup d'écart d'âge.

    C'est ça le drame, Lina, c'est que derrière tout ça il y a cet amour, on le disait, mais en même temps il y a une force irrépressible qui peut conduire à la tragédie.

    Une force.

    Oui, la force de la tradition, la force peut-être de subir ce mariage forcé.

    Je dirais une force qui l'emporte sur tout et qui défie toute raison. On peut penser que la force la plus importante c'est l'amour, mais malheureusement il y a même certains événements récents qui nous ont montrés que certains êtres humains peuvent porter des actes extrêmement graves dont la motivation est au-delà de toute raison.

    Mais il y a la liberté, le désir de liberté, Lina. Ce personnage-là a ça.

    Et c'est en ça qu'elle est une vraie héroïne, et c'est pour ça tout à l'heure qu'n parlait de tragédie grecque parce que derrière il y a le passage d'Antigone dans le film. Et Zahira justement elle est écartelée entre son amour pour sa famille et c'est aussi ce besoin de liberté qui est en elle. Mais je ne pense pas qu'il y ait de réponse facile à ce genre d'ultimatum.

    On va regarder encore des images de ce film. Ça a été émouvant à tourner, on sent qu'il se passe quelque chose, Sébastien Houbani, quand on tourne un film comme ça aussi fort.

    Oui, évidemment on ne tournait pas une comédie donc on avait besoin d'être concentrés. Mais on a eu la chance d'avoir un réalisateur qui nous a investi à son projet, il ne nous a pas juste dirigé. Le film il nous l'a aussi un petit peu donné. J'ai rarement rencontré un réal qui a ce geste de communion et qui a fait que tout le monde était très concentré. D'ailleurs, je me souviens d'un événement très marquant, c'est que Stéphane, avant de commencer le tournage, il a convoqué tout le monde, du régisseur à l'acteur principal, tout le monde et il a dit : "Si vous êtes là c'est parce que je vous ai choisi", et je crois qu'on le doit à Stéphane, cette cohésion qui a fait qu'on était tous très concentrés. Mais ce n'était pas toujours évident parce que il y a des scènes qui sont dures, que ça soit Lina le jour où elle a tourné, surtout qu'en plus c'était dans les premiers jours où elle a tourné l'avortement.

    C'est à peu près pareil, c'est-à-dire qu'on a la chance que Stéphane nous fasse confiance en fait. Et moi j'en suis le meilleur exemple étant donné qu'il a osé, et j'insiste vraiment là-dessus parce qu'aujourd'hui c'est rare les réalisateurs qui osent faire ça, prendre comme actrice principale ou comme acteur principal quelqu'un qui n'est pas connu. Lui il a osé le faire, il a osé me donner cette chance-là. Et moi j'ai eu la chance de tomber sur un film aussi beau pour mon premier film parce que c'est vraiment la première fois que je tournais et c'est avec Stéphane Streker, ce qui n'est quand même pas rien pour commencer. Et du coup Stéphane, malgré le fait que je n'avais rien fait avant, il me faisait confiance et pas une seule seconde j'ai senti le doute dans ses yeux. Et ça c'est tellement important pour un comédien, je pense que Sébastien est d'accord avec moi, c'est que quand vous sentez dans les yeux de votre réalisateur qu'il a confiance en vous et que comme dit Sébastien, il vous a choisi, c'est vous, ça franchement c'est assez extraordinaire et franchement la moitié du travail est faite.

    Au final ce qu'a dit Lina c'est valable 2 fois parce que certes Lina n'avait jamais rien fait, moi j'avais un petit peu tourné avant, mais moi c'est la première fois que j'ai un aussi gros rôle avec autant d'enjeux et donc il a quand même eu…

    Les corones…

    D'avoir pris 2 inconnus, mais je crois que c'était aussi ce que tu voulais par rapport au fait que les gens puissent s'identifier à nos personnages.

    Tous les 2, donc prix à Angoulême : meilleure actrice et meilleur acteur. Le Festival du film francophone d'Angoulême. Stéphane c'est je disais…

    Je suis très ému parce que je me rends compte finalement que c'est la première fois qu'on fait une interview à 3, ce n'est jamais arrivé. Et en fait une chose qu'ils ne savent pas parce que c'est pour des questions de pudeur évidemment, mais pendant le tournage quand ils n'étaient pas là, ce que disait toujours c'était "le miracle du film c'est les acteurs", c'est vraiment ce que je pense, c'est vraiment ce qui a présidé au tournage, en fait c'était vraiment que j'ai pu m'appuyer, parce que c'est tellement important vu l'histoire. Je disais toujours : "Le film sera à l'égal de la qualité principale des 2 acteurs principaux". Lina un peu plus parce qu'elle est vraiment dans toutes les scènes, Sébastien aussi.

    Je ne suis qu'à moitié d'accord parce que tu nous as quand même beaucoup encouragés, tu nous disais toujours : "c'est bien, c'est bien" et malgré que ce soit un réalisateur aussi exigeant, ce n'est pas un tyran, c'est aussi quelqu'un…

    Ça se voit d'ailleurs.

    Dans l'amour et qui nous encourage vachement…

    Un passionné de foot à la RTBF ne peut pas être un tyran.

    Non, ce n'est pas le même métier.

    Moi je crois qu'il y a un truc en fait. A partir du moment où vous aimez vos acteurs sincèrement, ce qui est mon cas, tout est un peu plus facile. Je pense que c'est quand même un peu logique quand même que des êtres humains s'abandonnent plus, s'expriment, plus vont plus loin dans les émotions quand ils sont dans une situation, où ils se sentent aimés, ça me semble quand même assez évident.

    C'est beau, merci à tous les trois. Peut-être le mot de la fin pour Lina. Un personnage comme ça on ne le quitte pas facilement, en tous les cas le public est très ému.

    Non, pas du tout. Et je pense même qu'un rôle comme ça, déjà quand on en a un c'est énorme, et je pense qu'on en a u n par vie. Donc moi j'en suis hyper contente, et d'ailleurs je prends juste deux secondes parce que Stéphane du coup a très gentiment, et je suis sûre avec beaucoup de sincérité, a dit que son film c'était surtout par rapport à ses acteurs, moi j'insiste vraiment sur le fait que le scénario c'est lui qui l'a écrit et que on n'a pas retouché une seule ligne du scénario et que le scénario était déjà très, très bon.

    Et le film est là, et il est formidable. Merci beaucoup à tous les 3. Ça s'appelle Noces de Stéphane Streker. Merci Lina, merci Sébastien.

    Voir plusmoins
    00:08:10
    Tous publics
    Tous publics