Ouvrir Menu
TV5MONDE+
Profitez de votre espace

Pas encore inscrit ?

Créez vos alertes selon vos préférences, partagez voc contenus favoris, et accédez à vos recommandations personnalisées

  • Ce programme n'est malheureusement pas disponible pour votre zone géographique.
    Découvrez d'autres programmes disponibles dans les recommandations ci-dessous.
  • L'invité

    Alice Belaïdi

    Invitée : Alice Belaïdi.

    Molière de la révélation féminine, la comédienne Alice Belaïdi est à l'affiche de « Si j'étais un homme », comédie qui bouscule les clichés sur les relations hommes/femmes.

    Présentation : Patrick Simonin.


    Transcription

    Bonjour Alice Belaïdi.

    Bonjour.

    Molière de la révélation féminine, on vous a vue dans l'ascension, et maintenant voici " Si j'étais un homme" aux côtés d'Audrey Dana donner qui réalise ce film. Alors on va parler évidemment de l'incroyable histoire de cette comédie irrésistible. Alice.

    Je dois pitcher le film, c'est ça ?

    Oui, j'aimerais bien que ce soit vous qui me racontiez ça.

    Alors, c'est l'histoire de Jeanne, jouée par Aud (...)

    Bonjour Alice Belaïdi.

    Bonjour.

    Molière de la révélation féminine, on vous a vue dans l'ascension, et maintenant voici " Si j'étais un homme" aux côtés d'Audrey Dana donner qui réalise ce film. Alors on va parler évidemment de l'incroyable histoire de cette comédie irrésistible. Alice.

    Je dois pitcher le film, c'est ça ?

    Oui, j'aimerais bien que ce soit vous qui me racontiez ça.

    Alors, c'est l'histoire de Jeanne, jouée par Audrey Dana, c'est une fille un peu fragile et qui est un peu en galère avec les mecs, en tout cas, qui leur en veut un petit peu parce que sa vie, elle n'est pas au top et un soir d'orage, en tout cas, un matin d'orage, elle va se réveiller avec un sexe d'homme entre les jambes.

    Ah oui. Comme on dit sur les affiches, avec un petit quelque chose en plus.

    Oui, voilà. Ou un truc en moins. Enfin, ça dépend comment on le voit mais en tout cas, elle se réveille avec un truc en plus entre les jambes, et elle va devoir faire avec, elle, fragile dans son monde d'homme, dans lequel elle évolue. Donc, voilà, c'est une comédie, on utilise le rire pour justement dédramatiser plein de choses, le féminin, le masculin, le pont qui est entre nous justement.

    Oui, pour faire exploser les tabous.

    Oui, et les clichés avec lesquels on s'amuse à jouer. Donc, voilà c'est de la comédie réjouissante dans laquelle j'ai eu la chance de jouer.

    On va parler de votre personnage dans quelques instants. Allez, "Si j'étais un homme", regardez.

    Laissez-moi. Voilà, alors, en fait, c'est apparu hier matin et en plus maintenant, ça fait mal ! Et vous ne me rassurez pas du tout là.

    Ne paniquons pas. Tout va bien, très bien même.

    Je ne sais pas ce qui m'arrive mais je veux que ça s'en aille.

    Ça donne vraiment envie d'aller voir ce film. Qu'est-ce qu'il fait du bien, alors on voit Christian Clavier, il est gynéco. Alors, rien l'étonne visiblement, à part un verre d'eau sur la figure pour s'en remettre.

    Ah quand même, il essaie de tenir son rang de médecin, c'est-à-dire qu'il essaie de la rassurer et il essaie vraiment, même si c'est pas facile.

    Il explique qu'on peut vivre avec ce qu'il appelle un (pinpin) en fait. Voilà, il dit moi-même, je vis depuis toujours, avec un (pinpin).

    Il essaie de lui expliquer la chose, il essaie de la rassurer. Il essaie de lui donner des clés pour pouvoir vivre avec ça, continuer à avancer avec ça, continuer à être mère, continuer à aller bosser.

    Il lui dit : "vous allez faire comme si c'était un doudou". (Vous etes joué un doudou finalement).

    Oui, enfin voilà parce qu'au départ, c'était très difficile pour elle que d'aller aux toilettes parce qu'elle n'ose pas le toucher, elle n'ose même pas le regarder et c'est compliqué. Elle se réveille un matin c'est un peu un conte, c'est magique ce qui se passe, c'est-à-dire qu’il y avait eu un processus avant. Vraiment, elle se réveille le matin avec ça, elle est effrayée au départ donc elle a besoin justement de ce point de vue de médecin qui l'a accouchée, qui la connaît et je trouve que Christian est vraiment super dans le film.

    Et alors Audrey Dana, elle est incroyable. Alors, vous êtes vous la bonne voisine, la bonne copine qui va être dans la confidence de tout ça. mais il va se passer un drôle de truc entre vous

    Oui, il va se passer plein de choses entre nous, c'est-à-dire que le personnage que j'interprète, elle, aurait adoré que ça lui arrive, sauf que Jeanne qui se retrouve avec (pinpin) entre les jambes, elle, elle fait partie des rares personnes qui n'avait même jamais imaginé ce que ça peut faire que d'en avoir une. Alors que Marcelle, personnage que je joue, elle se dit qu'elle aurait plutôt bien aimé essayer.

    Elle lui dit que c'est génial, tu vas voir, on va avoir plein d'emmerdements moi hein.

    Ouais, en tout cas, elle a l'impression que pour réussir aujourd'hui, pour être chef d'entreprise, pour être réalisateur, pour être… ce qui est le cas aujourd'hui, quand on sait qu'il y a simplement 2% de femmes qui ont des postes à haute responsabilité dans le monde, 3% de réalisatrices dans le monde, voilà le personnage de Marcelle, elle, elle se dit qu'il en faut une pour exister, pour réussir, et que ben finalement, c'est pas mal.

    Elle se dit que d'avoir juste un (pinpin) en plus, ça fait pas tout non plus peut-être.

    Non, en fait, on se rend compte aussi. De toute façon, on tire les traits et Marcelle qui est très extrémiste de sa cause va se rendre compte qu'elle n'a pas forcément raison.

    On va voir des images de ce film parce que c'est une comédie en soi, vous vous êtes complètement éclatée Alice, racontez-moi le tournage.

    C'était la deuxième fois qu'on tournait avec Audrey,on avait fait sous l'égide des filles ensemble. On était un petit peu frustré de ne pas avoir joué en actrice toutes les deux. Elle m'avait mis évidemment en scène, mais on n'avait pas eu cet échange d'actrices toutes les deux. Et ça nous manquait, on avait envie de faire autre chose, on ne savait pas si on avait envie d'aller au théâtre et puis quand elle a eu l'idée de ce pitch, elle a eu l'idée de ce personnage de Marcle qu'elle a écrit pour moi et donc ça s'est fait très simplement et en fait ça se fait toujours très simplement avec Audrey, on a un rapport d'amis qui fait qu'on se comprend, on se connaît et que sur le plateau, c'était simple et elle me fait grandement confiance et je crois qu'elle m'aime beaucoup, elle aime beaucoup l'actrice que je suis et du coup moi, j'arrivais là. C'était vraiment les meilleures conditions possible pour moi pour m'éclater et pour me lâcher.

    Regardez, regardez, regardez sur l'écran.

    Tout ira bien.

    Vous êtes sur parce que vous avez bien l'air très inquiet.

    Pas du tout.

    J'arrive, j'arrive.

    Il faut vivre avec, il ne faut pas se la coincer en mettant le pantalon quand on n'a pas l'habitude.

    Oui, après on a eu plein de garçons, on a pu demander, 100% des garçons à qui on a demandé, personne ne se l'ai jamais coincé dans la braguette mais …

    Parce qu'elle a interrogé plein de mecs.

    Elle a interrogé plus de 100 mecs ouais ouais, qui se sont voilà livrés, confiés à elle, vraiment, ce qu'ils auraient peut-être pas osé dire à leur nana, à leur pote. Ils ont osé lui dire à elle en toute confidentialité et elle a pu se servir de ça et après voilà, elle s'est aussi servi comme je le disais de clichés, d'imaginaire, même nous de femmes, elle marche bizarrement mais c'est un peu comme dans Certains l'aiment chaud quand il met une jupe et des talons, il marche bizarrement. Voilà, à l'inverse, quand on se retrouve avec un (pinpin)…

    Être homme ou femme, il n'y a pas beaucoup de différence, finalement ça peut basculer de rien.

    En tout cas le fait homme/femme, je sais pas, mais féminin/masculin, les lignes sont d'autant plus aujourd'hui, on sait pas où elle se situe. Donc, c'était intéressant de traiter ce sujet-là.

    C'est une forme d'appel à la tolérance aussi quelque part Alice, de dire la compréhension quoi entre les sexes.

    Ouais et se réconcilier aussi peut-être un petit peu, vraiment une aide à la réconciliation entre vous, nous et aussi entre le féminin, le masculin qu'on à l'intérieur de nous, c'est-à-dire d'assumer d'être une femme virile ou d'être un homme féminin, et de ne plus devoir à se justifier ou voilà c'est un prétexte, ce (pinpin) qui débarque dans sa vie comme ça, pour traiter de sujet un petit peu plus profond, mais c'est vrai qu'elle avait envie vraiment de le faire sur le ton de la comédie parce que c'est ce qu'elle sait faire, c'est ce qu'elle avait envie de faire et je crois qu'elle a raison de le faire comme ça.

    On se demande s'il y aura un nouvel orage pour qu'elle redevienne une femme, peut-être, le (pinpin) va s'en aller.

    Ouais, ça sort le 22 avril. Donc, vous irez voir le film, vous verrez.

    Merci. Voilà le 22 février, me dit-on.

    Le 22 février. Ouais, j'ai un mois de retard ou combien, deux mois d'avance. C'est ça?

    C'est ça exactement.

    Oui. Avril, ça fait loin, c'est le 22 février.

    Il faut aller voir ce film. Super.

    On était ravis Alice.

    Je suis déjà en plein printemps, voilà je suis désolée.

    C'est le printemps Pinpin est revenu.

    C'est Si j'etais un homme d'Audrey Dana avec Alice Belaïdi, Éric Elmosnino , Christian Clavier, plein de comédiens, merci beaucoup, Alice.

    Merci à vous.

    Voir plusmoins
    00:08:04
    Tous publics
    Tous publics