Ouvrir Menu
TV5MONDE+
Profitez de votre espace

Pas encore inscrit ?

Créez vos alertes selon vos préférences, partagez voc contenus favoris, et accédez à vos recommandations personnalisées

  • Ce programme n'est malheureusement pas disponible pour votre zone géographique.
    Découvrez d'autres programmes disponibles dans les recommandations ci-dessous.
  • L'invité

    Cécile de France, François Damiens

    Invités : Cécile de France, François Damiens.

    L'actrice et l'acteur belges sont à l'affiche de "Otez-moi d'un doute" présenté à la Quinzaine des réalisateurs.

    Présentation : Patrick Simonin ; depuis le 70e Festival de Cannes.


    Transcription

    Et bien, ce n'est pas évident, de se retrouver devant, braqué devant les caméras…

    (rires)

    Moi c'est la première fois que je fais Cane devant mon bateau…

    Il est où? Là bas, c'est le…

    C'est celui à droite le gros là bas…

    C'est le petit là?

    Non le gros là bas.

    Ah ouais.

    Le tout gros.

    Et (rires), huitième étage. Big boss

    Et alors Cécile ça fait quoi de jouer ave (...)

    Et bien, ce n'est pas évident, de se retrouver devant, braqué devant les caméras…

    (rires)

    Moi c'est la première fois que je fais Cane devant mon bateau…

    Il est où? Là bas, c'est le…

    C'est celui à droite le gros là bas…

    C'est le petit là?

    Non le gros là bas.

    Ah ouais.

    Le tout gros.

    Et (rires), huitième étage. Big boss

    Et alors Cécile ça fait quoi de jouer avec une star comme ça, aussi importante?

    Je crois que tu t'es trompé d'interlocuteur, vous voyez.

    Attend, elle fout un peu les boules Cécile, vu qu'elle tourne en Afrique du Sud avec JLo tout ça…

    Ah bon!

    Et puis toi même, mais moi je ne suis pas acteur, tu vois…

    Oui.

    Moi je suis arrivé par mégarde dans le…

    Et bien, si. Tu es acteur François, il faut que tu l'admette.

    C'est vrai hein! Mais là, il y a des scènes d'amour quand même Cécile dans ce film. "Otez-moi d'un doute" c'est de Dantes…

    Ah oui…

    Quand même c'était… C'est merveilleux de jouer une scène d'amour avec François Damien…

    Ah oui, complètement, dans la sensualité la plus…

    C'est le petit cadeau

    La plus Torride.

    (Rires)

    Petit cadeau du ciel.

    Voilà

    C'est vrai!

    Non, non mais c'est génial parce que c'est un homme et une femme qui sont dans une impasse incroyable puisqu'il y a ce tabou ultime qui est l'inceste fraternelle. Puisqu'ils sont probablement frère et sœur, malheureusement…

    Oui.

    Donc dans l'odyssée de mon personnage c'est un petit peu…

    Dans l'inceste fraternel. Dans l'odyssée de mon personnage, j'aurais du mal à parler après hein.

    (Rires)

    Je te laisse continuer…

    Et bien donc, je m'arrête dès que…

    Non c'est trop mignon…

    Ça s'appelle : "Otez-moi d'un doute". On va regarder un bout de la bande d'annonce tiens, poff ça y est. Hop, voilà !

    Oui c'est du montage.

    (inaudible)

    "Pour désamorcer, on sonde toute la plage en ligne, comme ça, à 45°. Il faut être hyper-précis, pour ne pas risquer, bien évidemment, d'appuyer sur le plateau. Et dès qu'on tape dans le dur, on fige, on contrôle et on désamorce.

    Ah oui ! mais si vous deviez à 50 ou 60 degrés, par exemple ?

    Ah ce n'est pas la même chose, regardez…"

    En fait, vous êtes, vous êtes peut-être frère et sœur et en même temps peut-être amoureux. C'est embêtant quand même.

    Oui, là c'est vraiment le secret qui est omniprésent quoi…

    Il y a un doute quoi comme le dit le titre.

    Le non-dit, bien en fait…

    Voilà

    Chacun des personnages en sait beaucoup sur l'autre, mais n'ose pas le verbaliser par pudeur et en même temps, ils sont tous dans la volonté de protéger l'autre de la vérité, de…

    Et qu'est-ce qu'il fait François ? Est-ce que vous avez…

    Non, je pense à un combat du risque. (inaudiblee) Il me dit ce…

    Ah oui

    Oui, non lui dit que c'est plus vendeur, donc…

    Ça fait monter l'audience…

    Moi je (pourrais)

    Ah oui, c'est ça Oui. Parce qu'on le voit bien à l'écran, c'est important.

    Non c'est parce que, pour être vraiment honnête, j'ai une infection à mon piercing, donc…

    (Rires)

    Je… c'est quand ça frotte ça fait ça, ça brille…

    (Rires)

    Et quand je ne met pas d'iso-bétadine parce que…

    Des tâches…

    Oui, ça fait des marques…

    C'est facile de jouer avec un olibrius pareil.

    Et bien ça fait du bien voilà d'avoir…

    On va inverser le truc quand même. Jouer avec Cécile, François, c'est un rêve non?

    Et bien, en fait ce n'est pas jouer, il suffit d'être naturel. Le seul truc qu'il faut faire, c'est connaître son texte…

    Oui.

    Parce qu'il y a (inaudible)…

    (Rires)

    C'est comme les 2 ou 3 fois qu'elle fait "hop hop hop hop hop", j'aurait dû un peu le répéter encore 2, 3 fois tout seul. Non mais… Non mais…

    Il faut mettre une oreillette alors, François…

    Ben, j'ai des amis qui font ça…

    Oui c'est ça. Mais entre Belges, vous vous entendez particulièrement bien. Non?

    Ah oui…

    Ah oui, mais il ne faut pas ramener tout à la belgitude hein, je veux dire…

    Ah oui.

    Mais quand même…

    On pourrait français, ça ne change rien pour moi. c'est juste que… dès qu'on blague, enfin on rigole, ça marche à la seconde quoi.

    Oui, parce qu'on rit beaucoup…

    Après ça…

    Oui…

    Cécile, on rit et c'est un film qui rend heureux qui est plein de bonheur, qui est plein de…

    Oui, il y a même, je trouve que justement, le personnage interprété par Esteban. Non ce n'est pas drôle.

    Non, si si.

    Le duo qu'il fait avec toi.

    Jean Michel oui.

    C'est vraiment Pierre Richard et Depardieu dans La chèvre quoi, il y a vraiment des gags, c'est très, très, très jubilatoire.

    Oui vraiment un bon film.

    Oui

    C'est vrai hein.

    Vraiment un bon film…

    Oui, oui.

    Bien non parce que tout à l'heure, c'est vrai… la première fois qu'on a regardé.

    Mais attend, mais…

    La salle a hurlé de rire.

    On a eu un accueil incroyable…

    Ouais.

    Je crois que je n'ai jamais vécu un accueil aussi chaleureux, et…

    Et on pourra même monter le prix des places de cinéma.

    (rires)

    Tu trouves quoi, pour ce film oui hein oui

    Vous allez faire plus cher?

    Oui, ben à 1 euro peut-être…

    (rires)

    Excuses moi, loin de moi l'idée de t'importuner…

    Ça le vaudrait, c'est vrai qu'il vaut cher.

    Moi je trouve que oui… il a un potentiel on va dire.

    Il y en a qui dans la salle, ont versé une petite larme quand même…

    Ah oui, même moi…

    Vrai²ment?

    Oui…

    il y a des gens qui n'ont pas compris…

    Moi aussi j'ai pleuré.

    Je crois qu'ils n'ont pas compris. Non mais c'est vrai que c'est oui…

    Mais bien sûr les rapports père-fils, père-fille aussi c'est des… ça nous parle à tous quoi, c'est évident, donc…

    Ouais c'est à dire, la tendresse que l'on peut donner finalement, c'est ce que c'est le …

    Oui il y a beaucoup de tendresse dans le film.

    Lien de parenté, le lien ADN même, est-ce que c'est autre chose au fond?

    Oui c'est ça, est-ce que… la question de l'héritage éducationnel ou est-ce que…

    Génétique.

    Voilà le père, est-ce que c'est celui qui vous a mis au monde ou enfin celui qui vous a… qui vous a donné ses gènes, ou celui qui vous a élevé…

    Oui, oui c'est ça.

    Donc, c'est des questions…

    Oui, ah bon ? Non.

    Et la question c'est que…

    C'est pour ça que c'est un beau sujet de film…

    Oui, oui

    Et c'est de nouveau un film, enfin je trouve en ça, il est réussi c'est que il y a de nouveau pas moralisateur, pas nouveau parti. On voit tellement de trucs, on le dit à la fin du film, il faut penser comme ça. Et ici c'est, enfin je trouve la dernière phrase du film est, voilà elle est… on est venu un peu remuer le truc et puis chut, on est reparti.

    Oui, ça ne donne pas de leçons, quoi. Et c'est aussi un moment avec des quiproquos, des rebondissements, du suspense…

    Ça arrive.

    Et donc on est embarqué dans une vrai…

    Vont-ils pouvoir s'aimer ?

    Voilà.

    C'est ça la grande…

    T'as tout compris.

    Et on ne le sait qu'a la fin, à la fin on a la réponse. Mais pour ça il faut aller voir le film.

    Ça a vraiment un sens…

    C'est ça, oui…

    Enfin quelqu'un qui a compris…

    Ah (dis)…

    Excuse-moi Jean Michel, ce n'est pas agressif hein, ne prend pas.

    (Rires)

    Il y a 2 comédies dans un film, puisqu'il y a la comédie romantique, donc avec l'amour impossible entre un homme et une femme, et le rapport père-fils, le fait qu'ils apprennent à s'apprivoiser, qui nouent des liens très forts…

    Ah c'est très beau.

    Du coup c'est très riche, très complexe, avec des personnages, avec des métaphores même.

    Oui, une grande comédie populaire qui a fait tellement de bien, sur la Croisette…

    Oui.

    Si on veut dire à ceux qui nous écoutent, là, on va leur dire d'aller voir le film. Qu'est-ce qu'on leur dit là ?

    (inaudible)

    On leur dira quoi?

    Et bien ils en auront pour leur argent.

    On en aura pour leur argent?

    J'ai l'impression que franchement ça pourrait être remboursé par la mutuelle…

    Oui voilà.

    Ça fait un petit peu réfléchir et…

    Pour une bonne santé mentale…

    Exacte.

    Physique, parce que rires est bon pour la santé.

    Quel son là, quel son…

    Et pleurer aussi.

    (Rires)

    T'as tout compris, t'as tout compris, c'est vraiment ça.

    Merci à tous les deux.

    Ça c'est de l'impro…

    C'était bien, hein.

    Les gens vont regarder ça et vont se dire…

    Merci beaucoup, hein.

    Voir plusmoins
    00:08:29
    Tous publics
    Tous publics