Ouvrir Menu
TV5MONDE+
Profitez de votre espace

Pas encore inscrit ?

Créez vos alertes selon vos préférences, partagez voc contenus favoris, et accédez à vos recommandations personnalisées

  • Ce programme n'est malheureusement pas disponible pour votre zone géographique.
    Découvrez d'autres programmes disponibles dans les recommandations ci-dessous.
  • L'invité

    Michèle Cotta

    Invitée : Michèle Cotta, journaliste et écrivaine française.

    Michèle Cotta est l´une des observatrices les plus aguerries de la vie politique française. Elle publie "Quelle histoire ! Carnets secrets 2016-2017".

    Présentation : Patrick Simonin.

    Transcription

    Bonjour Michèle COTTA.

    Bonjour.

    Grande patronne de presse et de télévision,

    et surtout, grande journaliste depuis si longtemps.

    Vous observez, j'allais dire, vous scrutez la vie politique française.

    Vous publiez un nouveau livre, c'est votre journal de cette vie politique,

    ça s'appelle "Quelle histoire", c'est publié chez Robert Laffont.

    Mais quelle histoire que cette élection présidentielle, que la (...)

    Bonjour Michèle COTTA.

    Bonjour.

    Grande patronne de presse et de télévision,

    et surtout, grande journaliste depuis si longtemps.

    Vous observez, j'allais dire, vous scrutez la vie politique française.

    Vous publiez un nouveau livre, c'est votre journal de cette vie politique,

    ça s'appelle "Quelle histoire", c'est publié chez Robert Laffont.

    Mais quelle histoire que cette élection présidentielle, que la victoire d'Emmanuel MACRON.

    Vous prenez ce mot de François BAYROU,

    alors que François FILLON est en train de chuter, il vous dit, c'est stupéfiant.

    Oui, tout est stupéfiant dans l'histoire.

    Rien ne s'est jamais passé comme prévu bien sûr,

    mais rien ne s'est jamais, non plus, passé comme avant.

    Avant, vous vous rappelez, pour être élu à la présidence de la république,

    il fallait ce qu'on appelait les gros bataillons.

    Emmanuel MACRON est arrivé sans rien 9 mois plus tôt.

    Il fallait se présenter plusieurs fois comme l'ont fait Jacques CHIRAC…

    Il fallait même avoir un certain âge.

    Voilà. Et là, d'un coup, tout est bousculé,

    la personne qu'on attend à droite à l'issue des primaires, est pratiquement assurée.

    Tous les journalistes le disent, elle est pratiquement assurée

    ça était François FILLON, de gagner sans problème.

    D'ailleurs, je vous interrompe Michèle.

    Vous dites "le 27 novembre, Fillon est tellement fort

    qu'il est au centre de la vie politique après sa victoire.

    Tout à fait, et donc, c'est parce que je pense quand même

    que l'analyse nécessaire est la bonne,

    c'est ce qu'a fait MACRON en regardant les politiques avec son plus jeune âge,

    et en se disant, voilà les partis traditionnels, c'est terminé.

    Et d'ailleurs, la preuve c'est que les primaires finalement ont été,

    et à droite et à gauche, des élections qui ont plutôt déséquilibré chacun des camps.

    Alors bien sûr, quand François FILLON a été élu, on pouvait ne pas s'attendre à ce que…

    Parce que depuis, il y a eu l'affaire Pénélope.

    Oui, il y a eu l'affaire Pénélope, il y a eu les emplois fictifs, etc.

    Mais cette chute déjà du leader qui avait été choisi par la droite est stupéfiante.

    Le fait qu'un jour un président dise,

    je ne me présente pas, je ne peux plus me présenter.

    C'est François HOLLANDE.

    Et qu'il y ait une primaire à gauche qui détermine le plus petit commun dénominateur,

    je veux dire Benoît HAMON n'avait a priori aucune chance

    d'être le représentant du parti socialiste.

    Et au fond, on s'est aperçu que la stratégie de MACRON qui était il y en a assez,

    tout ce qui vient de la droite est mauvais pour la gauche,

    tout ce qui vient de la gauche est mauvais pour la droite, c'est fini,

    et on s'est aperçu que ça correspondait quand même à un vœux intérieur des français.

    Oui. Ce qui est incroyable c'est que vous dites, au moment,

    François HOLLANDE ne croit pas en Emmanuel MACRON, il n'y croit pas.

    Il n'y croit pas pour tout de suite, c'est-à-dire, il l'aime beaucoup.

    Et d'ailleurs, son directeur de cabinet aussi, Jean-Pierre JOUYET,

    son secrétaire général le disait aussi, y croit énormément,

    mais pas pour tout de suite, voilà.

    Au fond, on a l'impression qu'ils sont en train de couver leur poussin pour les années 2022,

    et jamais François HOLLANDE ne pense qu'effectivement,

    on a quelques chances de se présenter comme ça,

    en déclarant sa candidature moins de 9 mois avant? et pour tout de suite.

    Donc, il y pensait certes, mais pas pour 2017.

    Oui, tout est incroyable.

    Alors, il y a MELENCHON qui s'imagine à un moment qu'il va peut-être prendre l’Élysée.

    Mais d'ailleurs, à un moment donné, tout le monde s'est demandé

    si il n'y allait pas avoir un deuxième tour, MELENCHON, Marine LE PEN,

    ce qui aurait été quand même une élection un peu compliquée.

    Mais surtout, ce qui a tout changé quand même,

    c'est qu'en France, longtemps, il y a eu le bloc gauche contre la droite

    avec un tout petit centre,

    et puis ce qui a changé, c'est que tout ça a explosé en quatre partis,

    deux à gauche, un au centre, un à droite.

    Ce qui fait qu'effectivement, tous les pronostics ont été déjoués,

    et que chacun des quatre est arrivé autour de 20%.

    Oui. Ce qui est incroyable, c'est aussi Marine LE PEN, vous en parliez,

    alors que les populistes triomphent à peu près partout en Europe,

    elle arrive tout de même au second tour, et puis c'est l'échec.

    Oui. Elle arrive quand même au second tour, il faut quand même se rappeler.

    Pour le coup, c'est elle qui a été mise en échec

    par le fameux débat présidentiel avec Emmanuel MACRON.

    Mais autrement, ses troupes restent, et ils sont bien quelque part ses troupes,

    et on s'en aperçoit dans les élections locales,

    sauf récemment encore, où effectivement le front National a disparu.

    Donc, il faut voir si c'est la chute de la maison LE PEN, si vous voulez,

    avec une naissance d'une autre extrême droite avec après tout PHILIPPOT, etc.

    ou si Marine LE PEN arrivera à retrouver de l'ascendant sur ses troupes,

    mais ce qui n'est pas dit à l'heure qu'il est, ce qui n'est pas sûr à l'heure qu'il l'est.

    Oui. Ce qu'il y a quand même c'est que finalement ces partis traditionnels,

    dont vous dites d'ailleurs que Emmanuel Macron avait vu la fin,

    aujourd'hui ne sont plus rien.

    On vend le siège social du parti socialiste comme des Républicains,

    et on voit aujourd'hui donc Laurent WAUQUIEZ,

    d'ailleurs qui est l'homme dont vous parlez dans la première ligne de ce livre,

    qui va organiser des primaires de la droite,

    et que vous dites qui était déjà à l'extrême droite des républicains,

    c'est l'expression que vous employez Michèle COTTA.

    Oui. Il faut classer les choses.

    Il n'est pas l'extrême droite de l'éventail français,

    mais il est à la droite effectivement des Républicains.

    On voit que maintenant,

    alors que Xavier BERTRAND vient de quitter spectaculairement

    par la raison de l'élection de WAUQUIEZ qu'il désigne avant.

    On voit qu'Alain JUPPE est quand même en dehors maintenant du coup

    qui reste une stratégie plus centriste et plus européenne,

    mais qui ne rejoindra pas WAUQUIEZ.

    Il ne quittera peut-être pas le parti, mais il ne rejoindra pas viscéralement WAUQUIEZ.

    Donc tout ça est quand même plein d'abord de rapports personnels des uns avec les autres.

    Au fond, c'est ce que je raconte.

    Il y a quand même beaucoup d'anecdotes où on voit très bien comment Alain JUPPE est sûr,

    à un moment donné, de gagner.

    Comment tout ça vole en éclat.

    On n'a jamais vu autant de têtes tombées en même temps.

    On décompte SARKOZY, JUPPE tombant en même temps par rapport à FILLON,

    FILLON tombant par lui-même après, HOLLANDE tombant,

    VALLS tombant lui-même, ça était un coup de balai incroyable.

    Alors, vous dites d'ailleurs, vous en avez vu des campagnes Michèle COTTA,

    mais jamais comme celle-là, vraiment, sincèrement.

    Jamais des comme ça. Alors, j'ai été sincère dans ce livre,

    c'est-à-dire, j'écrivais au jour le jour,

    et j'ai tenu à ce que ça reste au jour le jour, avec toutes les erreurs quand même.

    La seule chose que j'avais vraiment prévu,

    c'est que François HOLLANDE ne pourrait plus se représenter,

    qu"il ne voudrait se représenter,

    j'étais sûr qu'il ne pouvait pas accepter la primaire,

    alors que tout le monde disait, mais non, il est très optimiste, il pense qu'il va y arriver.

    Moi, ça m'apparaît toujours clair qu'il ne se présenterait pas.

    En revanche, je n'ai pensé que quelqu'un qui (inaudible) pas de politique,

    qui n'avait pas de parti, n'était pas élu, serait capable de rassembler tout ça.

    Merci beaucoup Michèle COTTA.

    C'est passionnant, ça s'appelle Quelle histoire ! grand point d'exclamation,

    Carnets secrets 2016-2017, publié chez Robert Laffont,

    votre carnet d'une élection pas comme les autres.

    C'est un plaisir de vous accueillir.

    Merci beaucoup.

    Michèle Cotta était notre invité.

    Voir plusmoins
    00:08:00
    Tous publics
    Tous publics