Ouvrir Menu
TV5MONDE+
Profitez de votre espace

Pas encore inscrit ?

Créez vos alertes selon vos préférences, partagez voc contenus favoris, et accédez à vos recommandations personnalisées

  • Ce programme n'est malheureusement pas disponible pour votre zone géographique.
    Découvrez d'autres programmes disponibles dans les recommandations ci-dessous.
  • L'invité

    Amanda Sthers, Rossy de Palma

    Invitées : Amanda Sthers, Rossy de Palma.

    L'actrice espagnole Rossi de Palma, icône de Pedro Almodovar, est à l'affiche de "Madame", le film de l'écrivaine et réalisatrice française Amanda Sthers.

    Présentation : Patrick Simonin.

    Transcription

    Amanda STHERS, Rossy DE PALMA, quel bonheur de vous accueillir ! Le film s'appelle "Madame, c’est une comédie sociale" qui se passe à Paris. Incroyable Amanda. D'abord c’est une rencontre avec Rossy qui détermine tout.

    Oui, c’est une très belle rencontre avec Rossy qui avait vu une de mes pièces de théâtre et j’étais tellement émue qu'elle aime mon travail et qu'elle ait envie de faire quelque chose avec moi. Et il a fallu un petit moment pour mûrir cette idée et vraiment tricoter (...)

    Amanda STHERS, Rossy DE PALMA, quel bonheur de vous accueillir ! Le film s'appelle "Madame, c’est une comédie sociale" qui se passe à Paris. Incroyable Amanda. D'abord c’est une rencontre avec Rossy qui détermine tout.

    Oui, c’est une très belle rencontre avec Rossy qui avait vu une de mes pièces de théâtre et j’étais tellement émue qu'elle aime mon travail et qu'elle ait envie de faire quelque chose avec moi. Et il a fallu un petit moment pour mûrir cette idée et vraiment tricoter un personnage pour elle sur mesure.

    Incroyable, Rossy, passer de Pedro ALMODOVAR à Amanda STHERS.

    C'est génial.

    Dit comme ça, ce n’est pas incroyable.

    Un petit mot sur ce personnage, sur Maria, que vous incarnez.

    Maria, c'est une femme tranquille, qui fait bien son travail, qui est dans son humilité. C'est vrai qu’il lui manque un peu l'amour, mais elle est tranquille. C’est sa Madame qui l'embrouille parce qu’elle a 12 personnes à table et tout d’un coup, il arrive une 13e personne qu'on ne comptait pas avec. Et la madame, comme elle est assez superstitieuse, elle oblige, on va dire, parce que vraiment elle oblige sa gouvernante à se déguiser en invitée aristocrate espagnole et s'asseoir. Elle ne boit pas trop, ne parle pas trop, mais…

    Tou est là, vous avez vraiment résumé et on a tout compris du film, ça s'appelle "Madame", d'Amanda STHERS, regardez.

    ► Madame, c'est une comédie sociale

    Et ça, c'est incroyable. Il va s'en passer des choses. Vous avez les comédiens Harvey KEITEL, Toni COLLETTE, un casting d'enfer véritablement. Amanda, c'est un dîner presque, presque parfait..

    Oui. Parfait dans le sens où ce qui se passe de jubilatoire, c’est justement le cafouillage, l'inattendu et de voir cette pauvre femme de ménage déguisée, obligée de jouer un un rôle social et qui met Toni COLLETTE dans l'embarras à l’autre bout de la table parce qu’elle commence à boire un peu trop, elle commence à raconter des blagues salaces.

    Elle dit à la bonne en fait de venir à table dans un dîner très mondain avec des gens très importants parce que simplement, il ne faut pas être 13 à table et il va se passer des choses.

    Déjà, le fils de son mari d'un premier mariage avec qui c'est un peu tendu change le plan de table. Donc, elle pensait qu’elle aurait sa femme de ménage pas très loin sous contrôle, et elle se retrouve à l’autre bout de la table. Donc, déjà ça commence mal. Et à côté d’elle, il y a quelqu’un qui tombe sous son charme littéralement et c’est vraiment le point de départ du film qui est une sorte de vraie comédie romantique puisqu'il y a un quiproquo et cet homme-là tombe amoureux d'elle en pensant qu’elle est une grande d'Espagne, une duchesse espagnole.

    Vous êtes une belle duchesse espagnole Rossy.

    L'aristocratie totale.

    Vous êtes à table, la parfaite invitée qu’il ne fallait pas inviter.

    La pauvre, elle se laisse faire, mais après aussi, il y a un (couching) comme on dit en anglais, elle se retrouve avec une petite histoire d'amour.

    Elle est attendrissante. La maîtresse de maison lui dit : ",Mais vous avez peut-être fait du pied sous la table, vous avez fait quelque chose. " On s'étonne qu’elle puisse avoir du succès, mais oui.

    Il y a un moment assez jubilatoire qu'on ne voit pas dans les extraits, je le dévoile. Elle a vraiment, c’est quelqu’un qui a un bon cœur et qui fait son travail parce qu'on sent que spontanément elle aide les gens, elle aime les gens et elle voit un petit garçon qui est à table et qui est en fait un concertiste qui est invité à table, un petit garçon parfait, mais il a du mal à couper sa viande, alors, elle se lève, elle a un hyper grand décolleté, elle se penche pour couper la viande du petit. D’un coup, tout le monde la regarde avec le décolleté qui bouge en train de couper la viande, ils la regardent interloqués, mais pour elle c'est naturel. Elle ne peut pas s'empêcher d’aller aider les gens.

    Elle est un peu l’intruse dans ce milieu social. C’est un choc des cultures. C'est un choc social. C’est touchant parce qu’il y a une forme de solitude de tous les personnages dans ce film.

    C'est vrai. Peut-être que Madame c'est celle qui se sent la plus seule de tous, finalement même s'il (inaudible), elle veut tout avoir tout sous son contrôle. Finalement, on voit qu'elle est dans sa détresse de vie, dans sa solitude, oui.

    Oui, c’est une belle comédie, ça se passe à Paris. Et voilà, on pense à Woody ALLEN. C'est une comédie dramatique et en même temps on rit, on est attendris. C'est touchant.

    J'avais envie qu’on rie, mais que ce soit un rire qui fasse réfléchir aussi. Donc c’est une vraie satire sociale avec cette illustration des nouvelles castes qui se sont réinstallées. On était dans une société pleine d’espoir avec une espèce d’illusion de redistribution sociale qui ne fonctionne pas. Et on se retrouve et c’est aussi pour ça, on se parlait avant de prendre l’antenne de la beauté des décors. Moi, je voulais des décors qui soient intemporels, qu'on ait l’impression que ça a pu être une pièce de Marivaux, qui a pu se passer à l’époque et que ça puisse se passer encore dans 10 ans parce que malheureusement, il y a toujours cette hiérarchie sociale qui est presque une nouvelle forme de racisme de ne plus parler à des gens qui ne sont pas dans notre monde social et de scléroser les gens, de les limiter à ce qu'ils gagnent ou à ce qu'ils représentent.

    On lui demanderait de jouer la comédie. On lui dit : "Ne parlez pas, ne faites rien!"

    Et surtout on méprise. Reste dans ton (inaudible). Tu ne peux pas aller plus loin, tu ne sers qu’à ça.

    Ne pas se mélanger quoi en fait.

    Et surtout ne dites pas vous êtes la femme de ménage alors que ça aurait été si simple si depuis le départ elle avait dit : "Installez-vous avec nous, vous faites partie de la famille, vous connaissez mes enfants depuis qu’ils sont petits, c’est sympathique", mais de ce mensonge, parce qu'elle est embarrassée de ce mensonge de départ, va naître tous les problèmes qui viennent par la suite. Puisqu’on peut tous se poser la question : si notre femme de ménage tombait amoureuse d'un de nos copains et d’un coup, venait dîner à nos tables, comment ça se passerait parce qu'au-delà de la classe sociale, il y a aussi ce rapport à l’intime, c'est quelqu’un qui nous connaît dans une intimité.

    Elle lave le linge à la famille, Rossy ?

    J'adore cette photo, ce moment où elle se retrouve avec une autre femme de ménage…

    Elle se retrouve avec une autre femme de chambre dans un ascenseur et d'un coup, elle veut lui dire, lui faire un signe, je fais partie du même monde que toi, mais c'est fini, elle a basculé ailleurs.

    Vous l'aimez ce personnage Rossy. Vous l'avez aimé, vous aimez l'incarner, on le sent.

    Beaucoup, franchement, c'était un plaisir. C’est étonnant parce que même maintenant, je voyais la bande-annonce, on se réjouit tout le temps, ça ne fatigue pas. On n’est pas triste tout de suite. Même moi, qui ait doublé le film en français et en espagnol, même dans la salle de doublage, chose qui ne m'arrive jamais, j’étais encore émue, j'oubliais que c'était moi, je ne voyais que Maria. C’est assez surprenant et c'est pour bien dire quelle ampleur a ce personnage, quelle humanité. C'est bien écrit.

    Oui, c'est un grand film international. Merci beaucoup Amanda STHERS, Rossy DE PALMA. C’est une grande joie, "Madame", il faut courir voir ce film avec un casting de roi, merci à toutes les deux.

    Merci.

    Voir plusmoins
    00:08:16
    Tous publics
    Tous publics