Ouvrir Menu
TV5MONDE+
Profitez de votre espace

Pas encore inscrit ?

Créez vos alertes selon vos préférences, partagez voc contenus favoris, et accédez à vos recommandations personnalisées

  • Ce programme n'est malheureusement pas disponible pour votre zone géographique.
    Découvrez d'autres programmes disponibles dans les recommandations ci-dessous.
  • L'invité

    Alexandra Lamy, Nathalie Marchak

    Invitées : Alexandra Lamy, Nathalie Marchak, respectivement comédienne et réalisatrice françaises.

    Alexandra Lamy est à l'affiche de "Par instinct", le film de la réalisatrice Nathalie Marchak. Un drame sur la rencontre de deux femmes que tout oppose.

    Présentation : Patrick Simonin.

    Transcription

    Nathalie MARCHAK, Alexandra LAMY, "Par instinct", c'est un film fort, c'est un film qui nous amène en tournage au Maroc, c'est une histoire d'amour quelque part, d'amour maternel, Alexandra LAMY, vous avez été tellement heureuse d'interpréter ce personnage.

    Ravie d'interpréter ce personnage, ravie de découvrir cette comédienne que vous allez découvrir, Sonja WANDA qui joue dans le film et qui est extraordinaire, et ravie surtout d'enfin avoir fait ce film avec Nathalie parce que c' (...)

    Nathalie MARCHAK, Alexandra LAMY, "Par instinct", c'est un film fort, c'est un film qui nous amène en tournage au Maroc, c'est une histoire d'amour quelque part, d'amour maternel, Alexandra LAMY, vous avez été tellement heureuse d'interpréter ce personnage.

    Ravie d'interpréter ce personnage, ravie de découvrir cette comédienne que vous allez découvrir, Sonja WANDA qui joue dans le film et qui est extraordinaire, et ravie surtout d'enfin avoir fait ce film avec Nathalie parce que c'est un projet qu'elle a fait depuis 8 ans, qui a été très long à mettre en route, donc premier jour de tournage extrêmement émue, donc pour tout ça, pour toutes ces raisons-là, pour l'histoire, pour cette rencontre avec Sonia, pour être dirigée par Nathalie.

    Ouais.

    Voilà, magnifique.

    Nathalie on disait, c'est un personnage, elle est l'huissier, elle est avocate. Elle va aller au Maroc et puis rien ne va se passer comme prévu, mais finalement elle va va croiser le destin d'un petit bébé,.

    Oui, alors elle a très envie d'un bébé, elle part pour un voyage d'affaires de 48 heures et puis, elle croise une jeune nigériane qui elle, lui met son bébé dans les bras et qui disparaît, et donc elle sait, elle est à l'avocate, elle connaît extrêmement bien la loi, elle sait que ce n'est absolument pas possible de ramener ce bébé.

    Elle va enfreindre la loi quelque part.

    En tout cas elle va se poser la question de l'enfreindre parce qu'elle est complètement dévorée par son instinct et par son envie de garder bébé par l'émotion qu'elle ressent, surtout, à tenir ce bébé dans les bras, elle qui ressent un vide de ne pas en avoir un.

    C'est l'amour plus fort que tout, "Par instinct", regardez la bande annonce.

    Je ne pars que 2 jours, après je ralenti.

    On va vous mettre dans une chambre et vous garder la nuit en observation.

    Si, c'est votre bébé. It's not my baby.

    Je ne sais pas pourquoi j'ai fait ça, mais je n'ai pas réfléchi.

    Tu ne peux pas le ramener en France le bébé, ça tu le sais, ça.

    I know where she lives.

    il faut le rendre à sa mère.

    She's the one who stole my baby.

    No, it's not. She gave her to me.

    Tu n'as pas envie de rentrer ?

    Si bien sûr que j'ai envie de rentrer avec ce vide. Je suis française.

    Elle va se battre, se battre littéralement, Alexandra.

    Moi c'est ça qui m'a beaucoup touchée, bon d'abord parce que tout le scénario par lui-même parce que donc j'ai dû prendre Nathalie qui a un talent extraordinaire, qui écrit très, très bien et c'est rare d'avoir de très, très bons scénario, donc déjà, on est embarquée par cette histoire-là, ce personnage aussi qui me touche beaucoup parce que c'est un personnage d'ailleurs que j'ai moins l'habitude de travailler, que j'ai moins fait. Cette femme avocate qui semble même sans affect, qui est plutôt une… en plus on le sent, une avocate d'affaires, qui est plutôt dure, ambitieuse, qui est dans les lois.

    Ambitieuse, une vie bien rangée, la réussite.

    Et qui d'un coup, qui se retrouve effectivement avec cette femme qui lui donne ce bébé qu'elle ne veut pas, et elle se retrouve avec ce bébé, instinctivement, oui parce que dans un instinctif, pour moi il y a quelque chose de très… c'est à l'instant avec le sentiment et l'émotion qu'on a là tout de suite.

    Et du coup sans réfléchir, sans se dire. Bien non, je suis avocate, je suis dans les lois, je ne peux pas prendre cet enfants, non, là, parce que d'un coup il y a ce bébé, ça la rend complètement humaine et évidemment, elle va tout faire pour se battre pour ce bébé-là et aussi pour cette femme-là parce qu'il y a quelque chose très maternel aussi avec le personnage joué par Sonja. Tout d'un coup, elle devient elle aussi très maternelle avec cette femme donc elle va aider, effectivement toutes les 2 vont aussi se battre pour sauver ce bébé.

    Oui, parce que derrière, il y a un drame, derrière ce bébé qui est né. Il est né d'un drame, il est né, on va le dire, d'un viol et donc derrière ça, il y a l'envie de sauver à la fois la maman et l'enfant, c'est ça qui est extraordinaire,.

    Oui, ça soulève des questions disons difficile pour ces 2 femmes parce qu'il y en a une aussi qui matériellement ne peut pas garder le bébé parce que c'est vrai que c'est vraiment un thriller qui nous plonge dans le trafic d'êtres humains et donc cette jeune femme nigérienne, elle, est embringuée dans un trafic, dans des réseaux de prostitution, et elle sait qu'elle ne peut pas garder le bébé et donc il y a, à la fois effectivement, le drame de sa naissance, mais aussi le fait qu'elle n'est pas matériellement en mesure de le garder. Donc le dilemme, tout ça, c'est, c'est vrai, des éléments de scénario et d'histoire qui font que le dilemme est d'autant plus fort entre elles 2, que toutes les 2 à un moment donné, sont confrontées à l'urgence et au danger, elles doivent prendre une décision très rapide puisque le film se passe sur 4 jours et donc elles ont 4 jours pour prendre une décision qui va changer leur vie.

    Oui, parce qu'elle n'est pas non plus en mesure de lui donner l'amour, étant donné les conditions évidemment dans lesquelles cet enfant est nés et, elle a tellement envie d'enfant, cette avocate que vous interprétez, Alexandra.

    C'est pour ça que j'ai une image, moi que j'aime beaucoup dans le film et qu'on a vue dans la bande annonce, où il y a dans cette chambre d'hôpital, on est toutes les 2 sur notre lit d'hôpital avec ce bébé au milieu. On lui tourne le dos avec effectivement ce désir de cette femme-là qui a tellement rêvé d'en avoir un et de l'autre qui n'en veut pas, j'adore cette image-là.

    Et le bébé qui fait un trait d'union entre les 2 femmes, enfin moi j'ai vraiment pensé cette image comme ça.

    Exactement.

    C'est-à-dire qu'on la 2 femmes se tournent le dos, qui viennent d'univers totalement opposés, et le bébé est un trait d'union puisque c'est le bébé à un moment donné qui va aussi leur permettre de parler, de se connaître, ces 2 femmes qui sont opposés en tout, qui viennent d'univers diamétralement opposés.

    Oui et puis elle, évidemment cette avocate, elle est attendue à Paris par son mari qui ne comprend pas finalement ce qui se passe chez cette femme.

    Il ne sait pas.

    Oui.

    Exactement.

    Il sent qu'elle ne veut plus rentrer ou presque, enfin qu'elle ne rentre pas.

    Il sent qu'il y a quelque chose, c'est ça que j'aime beaucoup où justement, je trouve que Nathalie n'est pas du tombée dans les pièges, c'est-à-dire qu'elle a… son mari, d'ailleurs, je remercie encore Bruno TODESCHINI d'avoir fait ce rôle-là parce que ce n'est pas le rôle principal et c'est toujours beau qu'un acteur accepte…

    Un grand acteur.

    Un grand acteur accepte de faire un petit rôle, une belle participation, il y a une vraie histoire d'amour avec son mari, j'adore aussi dans ce film-là où il n'y a pas d'histoire d'amour ailleurs. Elle aime son mari, juste là, elle se retrouve comme disait Nathalie pendant ces 4 jours-là à sauver ce bébé et son mari lui fait confiance comme elle aussi, elle a confiance en son mari, et elle sait qu'elle n'a pas besoin de lui dire, alors on ne va pas trop raconter le film, mais voilà, ils ont confiance mutuellement tous les 2 et je trouve ça assez beau dans cette histoire d'amour-là parce que c'est installé dès le départ. Il n'y a pas de problème et il peut avoir confiance en sa femme, il ne sait pas exactement ce qui se passe, mais il sent que voilà, il y a quelque chose…

    Ce n'est pas un film où le mari a besoin d'agir en héros pour sauver sa femme, on a une femme forte, 2 femmes fortes qui à un moment donné vont se gérer toutes seules cette situation.

    Oui, mais parce que derrière ça, il y a l'irrationnel, c'est qu'à un moment donné, on n'agit plus rationnellement, c'est l'affect, c'est ça. C'est la passion, on se dit au fond, on va enfreindre la loi, mais il y a quelque chose de plus fort que tout.

    Oui, c'est pour ça que je trouve que le titre "Par instinct" est extraordinaire parce que c'est vraiment ça, c'est encore une fois cette femme qui normalement, voilà est dans les lois, mais non parce qu'il y a l'amour de ce bébé, il y a ce bébé-là. Sans réfléchir on va faire des choses là maintenant parce qu'il y a cet amour extrêmement fort, instinct maternel, mais qui est donné aux femmes mais aussi aux hommes. Enfin quand je dis instinct maternel à ce moment-là parce qu'elle n'a pas d'enfants en plus, elle n'arrive pas à en avoir un. Mais tout de suite, ce bébé-là, comme disait très justement Nathalie, ce trait d'union entre elles 2, cet amour de ce bébé va tout faire, elles vont tout faire pour se battre.

    Oui.

    On était dans quelque chose aussi qui forçait tout le monde à être vigilant et les scènes étaient comme ça très chargées, très intenses tout le temps.

    Et du coup aussi dans l'instant, parce que justement, on a…

    Elle était imprévisible, Sonja, quand même, ce n'était pas une actrice qui va répéter les scènes, etc.

    C'est ça qui est génial.

    C'était pouf… voilà comme quand on tourne avec des acteurs amateurs, parfois.

    Merci.

    Merci à vous.

    De nous faire partager l'émotion de ces personnages. Alexandra LAMY et Nathalie MARCHAK, merci infiniment.

    Merci à vous.

    C'est "Par instinct" sur les écrans, très beau film, merci d'avoir été avec nous.

    Merci beaucoup.

    Merci.

    Voir plusmoins
    00:08:02
    Tous publics
    Tous publics