Ouvrir Menu
TV5MONDE+
Profitez de votre espace

Pas encore inscrit ?

Créez vos alertes selon vos préférences, partagez voc contenus favoris, et accédez à vos recommandations personnalisées

  • Ce programme n'est malheureusement pas disponible pour votre zone géographique.
    Découvrez d'autres programmes disponibles dans les recommandations ci-dessous.
  • L'invité

    Kheiron

    Invité : Kheiron.

    Kheiron, l'un des humoristes français les plus populaires, est de retour avec son deuxième film en tant que réalisateur, « Mauvaises herbes », où il joue également aux côtés de Catherine Deneuve et André Dussollier. Une comédie sociale qui s'inspire de son propre parcours depuis son exil d'Iran et montre qu'à travers l'éducation et la transmission tous les miracles sont possibles.

    Présentation : Patrick Simonin.

    Transcription

    Bonjour Kheiron. Bonjour. On est tellement content de vous recevoir. Ça s'appelle "Mauvaises herbes". Vous êtes une bonne herbe, vous, la bonne herbe des gens qui ont du talent et qui distribuent de l'humanité parce que ce film est un film très particulier. Merci. Merci. C'est vrai qu'il est particulier à mes yeux déjà parce qu'il parle de choses que j'ai vécues. Il est aussi particulier parce qu'il mélange le rire et l'émotion, et aussi dans sa forme avec deux films parallèles qui se mélangent, (...)

    Bonjour Kheiron. Bonjour. On est tellement content de vous recevoir. Ça s'appelle "Mauvaises herbes". Vous êtes une bonne herbe, vous, la bonne herbe des gens qui ont du talent et qui distribuent de l'humanité parce que ce film est un film très particulier. Merci. Merci. C'est vrai qu'il est particulier à mes yeux déjà parce qu'il parle de choses que j'ai vécues. Il est aussi particulier parce qu'il mélange le rire et l'émotion, et aussi dans sa forme avec deux films parallèles qui se mélangent, on ne sait pas où ils vont. Merci de le dire. On y trouve deux monstres sacrés du cinéma, rien que pour vous, Catherine Deneuve et André Dussollier. Très content, très heureux de les avoir. Très heureux qu'ils aient joué le jeu, qu'ils aient porté mon texte et qu'ils soient venus faire partie de l'aventure. Très heureux. Evidemment, vous êtes à la réalisation et aussi à l'intérieur de ce film, un personnage fantastique, et six gamins. Géniaux. Six gamins étonnants. Géniaux. C'est leur première apparition à l'écran. Je pense que ce n'est pas la dernière. Je ne pense pas me tromper. Ils sont super. Ils sont naturels. Ils sont appliqués. Ils sont assidus. Ils sont frais. Ils sont représentatifs de l'époque, et en même temps, ils ont créé des personnages. Je suis très fier d'eux. Vous citez Victor Hugo. La phrase ? Il n'y a pas de mauvaises herbes comme il n'y a pas de mauvais hommes, il n'y a que de mauvais cultivateurs. C'était mon point de départ pour ce film. J'ai voulu illustrer cette citation. Pour moi, Victor Hugo a tout dit. C'est intéressant et même indispensable de comprendre pourquoi on est devenu une mauvaise herbe. On ne l'est pas à la naissance. Si quelqu'un n'a pas eu, autour de lui, le bon soleil et la bonne eau, c'est très compliqué de pousser dans les bonnes conditions. Vous savez d'où vous venez, Kheiron. Regardez, Mauvaises herbes. C'est un projet avec des enfants en difficulté,  et toi, tu dois les garder jusqu'à ce que je trouve un remplaçant. OK, je vais essayer. Non, tu n'essayes pas, tu fais en sorte. Bonjour. D'habitude les gens répondent. On va voir comment il s'en sort. Il a de la ressource. Moi, je vais vous apprendre les vrais trucs qui vont vous servir dans la vraie vie. Brossez-vous les dents. Les esclaves, à l'époque, c'était en fonction de leurs dents qu'on décidait s'ils restaient en vie ou si on les tuait, surtout toi. On ne sait jamais. Ils vous ont déjà eus une fois, ça peut se reproduire. On est ici pour travailler quelque chose d'essentiel, la communication. On sait communiquer, merci. Eh vas-y, baisse les yeux. Ne me regarde même pas. Baisse les yeux ! Ils sont complètement incroyables. Votre personnage aussi est incroyable. Il ne vient pas d'ici, il vient d'ailleurs. Il a vécu des traumatismes qu'on ne peut pas imaginer, comme plein d'immigrés qu'on croise dans la rue. On se dit que c'est juste un mec avec un sac, et le mec, dans son pays d'origine, on ne sait pas par quoi il est passé. C'est un débrouillard. C'est un arnaqueur. Il comprend vite qui sont les gens à qui il a affaire. Il est vif et il est malin. Il comprend les signes humains. Du coup, c'est l'interlocuteur parfait pour les enfants qui sont en marge. C'est un éducateur en marge. C'est un tchatcheur. C'est un mec de banlieue, parallèle, vous disiez, deux films dans un. On va évidemment le découvrir au fur et à mesure. Il y aura, à un moment donné, une convergence, quelque chose qui va provoquer l'émotion. On va tout comprendre, d'où il vient et ce qu'il est. Il y a ces deux personnages incarnés par Dussolier et Deneuve. Et surtout Deneuve ! Etonnante ! Oui, je suis très fière. Je ne l'ai jamais vue comme ça. Voilà, ce que vous venez de dire, à la fin de chaque avant- première, j'ai fait 55 villes avec des débats à chaque fois, et à la fin, il y a toujours une petite bande de petits vieux trop mignons qui me disent : "On la suit depuis une centaine de films. On a vu toute sa filmographie. On ne l'a jamais vu comme ça. Merci. C'est un compliment incroyable. Elle est prête à tout, Catherine. On l'a un peu écornée avec son équipe, avec son accord, avec la plus grande bienveillance du monde. On est passé de Catherine à Monique. C'est un autre personnage. Elle lui a donné vie. C'est une femme qui a vécu des choses compliquées, qui est dans l'empathie et dans l'amour. Parfois, pour bien aimer quelqu'un, il faut faire du mal à d'autres pour qu'il s'en tire. Elle est avec moi. Elle me suit dans mes arnaques. Elle n'a pas envie du tout de le faire, mais elle le fait parce que sinon, je vais me faire attraper. Grâce à elle, je passe entre les mailles du filet. Elle fait un duo avec Dussolier étonnant. Sacré couple. Ils sont mignons tous les deux. Il y a du non-dit. Leur participation au film, c'est un peu une comédie romantique. On n'a pas vu une comédie romantique avec des gens de cet âge-là, avec du non-dit, avec des silences, avec des jeux de regards. C'est très touchant. C'est très mignon l'amour à cet âge-là. On voit des images de ce film. Ça a été une aventure humaine, pour vous Kheiron, parce qu'il y a beaucoup d'humanité qui se dégage de cette histoire.  Ben oui, le cinéma, si ce n'est pas une aventure humaine, qu'est-ce que c'est ? Entre le moment où j'ai écrit la première ligne et le jour où on est tous ensemble dans la salle avec la distribution, les acteurs, les partenaires et qu'on a les chiffres, il y a un an et demi qui passe. Pendant un an, je suis confronté à 200 personnes avec qui je travaille. Ce n'est pas un spectacle solo. Un film, il faut être beaucoup pour le faire et pour bien le faire. Je rends hommage à tous mes partenaires. Evidemment, c'est une aventure humaine, bien sûr.

    Ces images nous montrent un Kheiron intime. Ce n'est pas autobiographique. Non. Mais il y a beaucoup de vous. Vous n'avez pas été éducateur mais vous avez travaillé avec des gosses un peu paumés. Vous l'avez fait dans votre vie. Je me suis trouvé à la place de mon personnage, mais je n'étais pas apte à le faire. J'ai fait de mon mieux, à l'instinct, comme lui.

    Malgré tout ce qu'il y a derrière parce qu'on ne racontera pas le film, il peut y avoir eu des drames. Il y a des drames. Il peut y avoir eu des guerres. Il peut y avoir eu des parcours extrêmement violents, confrontés à l'horreur absolue. C'est la force de l'être humain. Il y a un proverbe que j'aime beaucoup qui est : "Les moments de bonheur, c'est quand le diable prend une pause". Quand le diable fait une pause, ce sont des moments de bonheur. En réalité, toute la vie est négative, tout est dur, mais pour ces petits moments de bonheur qu'on a de temps en temps, elle vaut le coup d'être vécue et ça vaut le coup qu'on se batte parce que c'est une réalité. Au final,  on est tous des petites fourmis insignifiantes dans la globalité de l'histoire de la Terre, alors essayons au moins d'être heureux ensemble. En montrant ce film, on sait que les spectateurs vont être heureux. Cette humanité en vous, on la sent, Kheiron, elle est là, elle transpire à chaque image du film. Cette humanité, vous allez la transmettre pour qu'en sortant du cinéma, on se dise, oui, c'est possible.

    Oui, je suis très heureux des avant-premières. Les retours sont toujours les mêmes. A la fin, les gens sont debout. Ils applaudissent avec les yeux qui pleurent et le sourire. On passe par beaucoup d'émotions. J'aime ce que j'appelle le lave-linge d'émotions où on commence, on est révolté et triste dès les premières images, on ne va pas le dire mais vous confirmez ce que je dis, et ensuite, on rit, on réfléchit, on rit, on est bouleversé, on est triste, on rit. A la fin, on sort sur le sentiment que quand même, la vie est belle. Même si ça ne dure que sur dix mètres, pendant dix mètres, je sais que les gens vont flotter en sortant de la salle. Il y a ceux qui vont prolonger ce moment, y songer chez eux et peut-être agir. Personne n'est obligé. Il y a ceux qui vont retourner à leur vraie vie et qui vont passer à autre chose, mais ils auront vécu un bon moment de divertissement pendant une heure cinquante. Merci beaucoup, Kheiron. Qu'est-ce que ça fait du bien ! Ça s'appelle Mauvaises herbes. Vous allez voir Catherine Deneuve incroyable, vous ne l'avez jamais vue comme ça. Et puis vous ! Merci. Vous, vous, toujours vous ! Tellement heureux de ce que vous faites. Merci. Je m'amuse. J'ai une chance incroyable. Combien de personnes peuvent se lever le matin et se dire qu'aujourd'hui, je vais aimer ma journée. Il n'y a pas une journée que je vis depuis cinq ans que je n'ai pas choisi de vivre. J'ai une chance incroyable. J'essaie, à mon maigre niveau, de m'amuser le plus. C'est le devoir qu'on a, que chacun doit à sa vie. On est le gagnant. On est tous le gagnant d'une foule de spermatozoïdes, et en respect pour tous les autres qui n'ont pas été au bout, on se doit d'essayer d'être heureux, donc je fais de mon mieux pour être heureux. Merci beaucoup. Kheiron était avec nous. C'est un plaisir. Allez voir "Mauvaises herbes". Merci beaucoup. Merci beaucoup.

    Voir plusmoins
    00:08:07
    Tous publics
    Tous publics