Ouvrir Menu
TV5MONDE+
Profitez de votre espace

Pas encore inscrit ?

Créez vos alertes selon vos préférences, partagez voc contenus favoris, et accédez à vos recommandations personnalisées

  • Ce programme n'est malheureusement pas disponible pour votre zone géographique.
    Découvrez d'autres programmes disponibles dans les recommandations ci-dessous.
  • L'invité

    MC Solaar

    Invité : MC Solaar, rappeur français.

    Après 10 ans d'absence, MC Solaar est de retour avec un nouvel album "Géopoétique".

    Présentation : Patrick Simonin.


    Transcription

    Qu’est-ce qu’on est contents de vous revoir ! MC Solaar est de retour. 10 ans après le dernier album, c’est un très grand événement l’album s’appelle Géopoétique. Bonjour MC Soolar.

    Bonjour.

    Merci de nous accorder l’une des rares émissions pour ce grand retour à la musique. Quel bonheur de rechanter, d’être là !

    Oui, c’est un grand bonheur, parce que quand on s’arrête, on se dit qu’on va approfondir d’autres choses, vivre comme on appelle ça, une espèce (...)

    Qu’est-ce qu’on est contents de vous revoir ! MC Solaar est de retour. 10 ans après le dernier album, c’est un très grand événement l’album s’appelle Géopoétique. Bonjour MC Soolar.

    Bonjour.

    Merci de nous accorder l’une des rares émissions pour ce grand retour à la musique. Quel bonheur de rechanter, d’être là !

    Oui, c’est un grand bonheur, parce que quand on s’arrête, on se dit qu’on va approfondir d’autres choses, vivre comme on appelle ça, une espèce de vie normale, se fondre avec la vie des gens entre guillemets, puisqu’on sort de notre rythme musical, donc c’est pas mal. Et quand on revient à la musique, on sent que c’est un vrai manque, que ce sont des choses d’équipe, que ce n’est pas du travail, mais des échanges et de la rigolade. Et c’est à moi que ça fait plaisir en premier.

    La nouvelle chanson, on va écouter un extrait, c’est Sonotone, elle dit : j’étais une sommité, la qualité. J’ai bien travaillé, j’étais respecté. C’est vous ça ?

    Oui, c’était moi, et puis c’est beaucoup de gens, c’est les regrets. Quelquefois, on avance dans une vie et puis il y a plein de choses qu’on n’a pas faites, donc je parle de moi, mais c’est quelque chose un peu universel. Quelquefois quand on est dans un couloir, on fait toujours la même chose et puis des années après on regrette. Ça ne m’est pas arrivé, c’est une prospective pour dans je ne sais pas combien d’années, mais c’est un garde-fou.

    Porter un sonotone, ce n’est pas pour demain quand même ?

    Pas encore ! Non, mais j’aurais pu dire comment ? On ne sait pas, mais bon, c’est l’objet qui va symboliser le troisième âge ou le quatrième âge.

    Allez, Sonotone : le grand retour de MC Solaar.

    "Ma scoliose et ce salaud de lumbago, j’étais une sommité, la qualité. J’ai bien travaillé, j’étais respecté. De juvénile, à préretraite, je n’ai pas profité, ma vie j’ai raté. Maintenant quoi ? Tu veux que je fasse du jogging ?

    Rattraper les années avec du bodybuilding ? Mettre de l’antirides à la graisse porcine ? Passe clean avec peeling et lifting, ça sonne faux, je veux le feu, la forme. Déformer le monde monotone et morne. Comme chaque printemps me pousse vers l’automne, vers le sonotone, je perds le sonotone, je perds le sonotone… "

    "Je suis prêt à appeler les forces des ténèbres, dévertébrer le verbe de toutes mes lèvres, pour devenir celui qui gambadait dans l’herbe. " Extraordinaire poésie comme ça, MC Solaar.

    Oui, c’était quelque chose qui n’est pas palpable, et puis c’est la suite du rêve quoi. On est dans Faust, un pacte avec le diable pour trouver l’élixir de jouvence, revivre les meilleurs moments du passé. C’est ce que je disais tout à l’heure, c’est une sorte de garde-fou. Faites attention à vivre des moments heureux, carpe diem, cueillez le jour, n’oubliez pas de faire les petites choses que vous avez envie de faire, sinon on a des remords, plus des regrets.

    Pas de remords quand même ! Parce que quand on pense à ce parcours, Claude, incroyable ! Il y a eu le Sénégal et puis après Maisons-Alfort, puis le triomphe, tous ces disques, tous ces succès qui ont marqué les débuts du rap.

    Oui, ça, c’est vraiment positif parce qu’on partait d’un mouvement qui venait des États-Unis. On a la chance de prendre un stylo, de rapper, et on a chacun notre histoire. Alors moi c’est Sénégal, Tchad, Égypte, banlieue parisienne et puis arrive un micro et un stylo où on peut raconter nos vies avec des groupes d’amis, et puis ça devient notre activité principale. Alors ce n’est pas une success-story…

    Oui, on le voit d’ailleurs à Bouge de là, Mc Solaar.

    Oui…

    Déjà bien musclé à l’époque !

    C’est parce que j’étais maigre ! On dirait que je suis en train de raconter, mon parcours même dans cet album, il y a des choses qui reviennent, il y a l’évolution. On dirait que je suis en train de continuer à raconter l’histoire en la vivant, l’histoire de ma vie comme comme si je participais à ma propre enquête.

    Zonmé des zombies, par exemple ?

    Ça, c’est le monde extérieur qui est dur, comme s’il y avait des zombies. Et c’est un morceau qu’on a fait avec Bambi Cruz, un acolyte qui depuis le premier jour est là, qui fait partie de notre Posse 501. Et les zombies symbolisent les problèmes, et alors il faut quitter cette maison des zombies pour être libre.

    Oui, parce que ceux qui veulent toujours ressasser les problèmes, qui veulent tomber dans l’attrape-nigaud. C’est le titre d’une autre chanson.

    Oui, c’est la chanson que j’appellerais Art contemporain, ou Pop Art, et qui donne un conseil aux gens, c’est-à-dire de ne pas suivre automatiquement les mouvements de mode, mais être différent. Oser ne pas être une autre sardine dans une boîte, être anti-mode et quand l’anti-mode sera à la mode, et bien être anti anti-mode c’est une ode à la licence poétique, à la création, à l’être unique. Bon, c’est assez rigolo quand même !

    Oui. Ne pas tomber finalement dans tout et systématiquement. Ce qu’on voudrait qu’on fasse quand on dit qu’on est rapper par exemple, d’être forcément violent, d’avoir forcément des paroles caricaturales.

    Oui, c’est les conseils que je donnerai à quelqu’un qui a entre 14 et n’importe quel âge. C’est-à-dire que s’il y a des figures imposées, qu’il faudrait porter tel genre de casquette, de parler de telle façon des autres, ou des femmes, ou de X ou d’Y, etc. On est dans l’art pompier ou l’art de la reproduction, et moi ce que j’aime c’est, un, la création et les créateurs. Et même pour être heureux, ça va, on écrit avec un style et on s’éclate. Mais c’est bien de trouver des chemins de traverse et de raconter sa propre histoire.

    Qu’est-ce qui se passe ? Je me sens revivre, de vieux papillon je passe à chrysalide, dit la chanson. Encore une fois Sonotone, on va réécouter encore un extrait. C’est un clip formidable qui a été fait là, Sonotone.

    Oui, c’est un clip qu’on a voulu faire comme les clips à l’ancienne. J’ai envie de dire avec plusieurs plans, et puis avec une évolution : j’arrive un peu triste, un peu clinique, et puis il ne faut pas oublier qu’on est dans une société de rigolade et les choses évoluent. Ça c’est le Soul Train qui s’est transformé en Solaar Train, c’est une évolution.

    Regardez.

    "Des nuits brèves, des alibis bidon pour réécrire le rêve. Elle, belle. Citadelle assiégée par une armée rebelle. Moi, en émoi. "

    Si vous aviez envie de faire changer des choses MC, vous feriez changer quoi là ?

    Moi ?

    Oui.

    J’aurais aimé un terme qu’on appelle celui de concorde. Je ne sais pas ce qu’il veut dire, mais on dirait que les gens arrivent, après une discussion, à avoir fait une espèce de moyenne, de trouver un plus petit dénominateur commun pour apaiser les conflits et les choses comme ça. Donc c’est le PPCD ça s’appelait à l’époque. Que les gens aient un dénominateur commun pour aller vers des choses positives. Ça sert aussi à ça…

    Et que ça saute, dit une autre chanson.

    Oui, et que ça saute ! C’est la même chose. Carpe Diem, profites-en, les choses peuvent s’arrêter, donc n’oublie pas de penser aux autres en gros.

    Oui. Merci beaucoup MC Solaar.

    Merci.

    Géopoétique. Restez toujours géopoétiques, surtout restez là. Maintenant, on ne vous lâche plus, on vous tient.

    Ça y est, je me suis remis sur le cheval, j’espère ne pas tomber !

    Merci, MC Solaar.

    Merci.

    Voir plusmoins
    00:08:12
    Tous publics
    Tous publics