Ouvrir Menu
TV5MONDE+
Profitez de votre espace

Pas encore inscrit ?

Créez vos alertes selon vos préférences, partagez voc contenus favoris, et accédez à vos recommandations personnalisées

  • Ce programme n'est malheureusement pas disponible pour votre zone géographique.
    Découvrez d'autres programmes disponibles dans les recommandations ci-dessous.
  • L'invité

    Hubert Lenoir

    Invité : Hubert Lenoir, auteur-compositeur-interprète québécois.

    Hubert Lenoir a littéralement explosé au Québec avec son premier album « Darlène », adapté de son roman devenu culte. En France, il s'est produit au Bataclan et a fait la couverture des « Inrockuptibles ». Il est sur la scène des Francos.

    Présentation : Patrick Simonin. Depuis les Francos de Montréal.

    Transcription

    Bonjour, Hubert. Bonjour. Tu vas tuer Darlene. C'est vrai ? Un meurtre ? 

    Non, ce n'est pas… J'ai essayé de tourner ça d'une façon poétique, mais c'est juste la fin qui a tourné, en fait. Il n'y a rien de plus banal que ça. Je trouvais ça trop…

    "Darlene",cC'est le titre de l'album.

    Exact. Et je trouvais ça trop banal de juste dire : "C'est la fin de la tournée, venez me voir." "Je fais trois soirs." Non… Je vais faire… Je vais rendre ça que même plus épi (...)

    Bonjour, Hubert. Bonjour. Tu vas tuer Darlene. C'est vrai ? Un meurtre ? 

    Non, ce n'est pas… J'ai essayé de tourner ça d'une façon poétique, mais c'est juste la fin qui a tourné, en fait. Il n'y a rien de plus banal que ça. Je trouvais ça trop…

    "Darlene",cC'est le titre de l'album.

    Exact. Et je trouvais ça trop banal de juste dire : "C'est la fin de la tournée, venez me voir." "Je fais trois soirs." Non… Je vais faire… Je vais rendre ça que même plus épique. Je n'aurais peut-être pas dû parce que j'ai l'impression qu'il n'y a plein de gens qui ont fait des drames avec.

    Tout le monde s'est dit : "Qu'est-ce qu'il se passe ?" "Qu'est-ce qu'il va faire ? Il arrête de faire de la musique !" Non. Parce que tu a dit carrément "je vais tuer Darlene avant que Darlene…" Me tue. …me tue.

    On peut se faire tuer par son propre disque ?  Oui.

    C'est vrai ? Parce que j'avais l'impression que Darlene me prenait tout mon temps. Je ne sais pas si tu sais, mais le temps est la monnaie d'échange la plus rare au monde. C'est la monnaie d'échange que personne ne peut acheter ; que même Elon Musk ne peut pas se payer. Je me suis dit : "Elle est en train de me prendre tout ce que je vis, mon temps." Donc, il faut que j'arrête. Puis, j'ai arrêté. Mais il me reste des tournées encore. Dans le sens où je fais des festivals cet été, puis je fais des festivals surtout en Europe. 

    Où le succès est en train de monter. Exact.

    Moi, je vais être cruel, Hubert. Je vais regarder "Fille de personne II", quelques instants.

    Darlene est de retour. Attention, regardez. Je suis venu te dire que tu peux changer J'ai vu un avenir de femme libérée Tu portais le cuir et la tête rasée Il y a eu une conférence de presse ici, aux Francos de Montréal, tu as dit : "Je veux être Prince." Ça veut dire quoi, en fait ?

    Je faisais référence à… Non, mais c'est juste que je veux être… Ce que je dis, c'est que… J'ai dit ça sur le coup de l'émotion. Mais c'est juste que des fois, on essaie de se faire croire qu'on ne veut pas… On veut genre repousser les étiquettes qu'on donne. Quand j'y pense, c'est vrai que je veux être comme Prince. Parce que Prince est le plus grand artiste de tous les temps. Je parlais avec des gens dans la rue l'autre fois, des gars : "Yo, Hubert, on t'aime, on trouve sick."

    "Mais "Fille de personne, c'est quand même trop commercial." "Il faut que vous compreniez que moi, je veux être Prince." Comme ça, c'est clair. Il faut que je fasse des chansons pop si je veux être Prince. 

    Et être soit. Hubert, quel bonheur, c'était il y a un an, la première rencontre ensemble, ici aux Francos de Montréal. Et on parlait de la normalité, qu'est-ce que c'est, s'habiller, mettre des robes, s'habiller en femme si on a envie, ce n'est pas une obligation. En fait, on a simplement la possibilité de le faire. C'est au fond un message de liberté toujours qui est là dans ta musique ? Oui. J'ai réalisé que ce que j'essayais le plus possible, c'est… Ce que j'aimerais le plus possible, c'est faire ce que la musique m'a fait à une certaine époque, puis continue de me faire, c'est de me donner du courage. Point final. C'est ce que la meilleure musique fait, je trouve : donner du courage de vivre, d'avancer dans sa journée, mais d'avancer dans la quête de qui on est, dans la quête de la vie en général, la quête de l'amour, donner de l'espoir ; que dans cette vie misérable, il y a de la lumière qui passe.

    Au fond, il y a un message très fort, qui parle.

     J'espère. J'espère que c'est plus que… C'est plus que juste des robes. Je sais que c'est plus que des robes, que deux robes que j'ai mises dans ma vie. Ou montrer ses fesses sur scène. On dirait… C'était une fois. Mais c'est correct que ça soit "tagué". C'est quand même extraordinaire, l'amour du public. Tu disais qu'après des concerts, tu rencontres des fans. Et pratiquement, tu fonds en larmes. Il y a un truc ? Ça m'est arrivé d'avoir quelques émotions de larmes C'était trop émouvant ce qu'ils disaient. Mais la preuve, je ne le fais pas souvent d'aller voir les gens, parce que ça serait trop d'émotions. Les fois où je l'ai fait, c'était assez intense. Jamais dans ma vie, j'aurais pu penser à avoir autant d'impact sur quelqu'un. Après ça, tu as un sentiment de… Un peu de responsabilité, si on veut. Je n'aime pas dire ça, ça fait un peu… Je ne veux pas les laisser tomber, après. Oui, parce qu'on a besoin pour vivre aussi, de quelqu'un qui vient, qui fait, qui dit des choses qui nous touche beaucoup. En France, le succès a été là pendant cette année, il y a une reconnaissance, il y a quelque chose d'incroyable qui se passe, Hubert. En France, c'est vraiment… Encore une fois, ça a été une autre surprise. Je vous rappelle que quand les Inrocks ont demandé à être sur la couverture, des trucs comme ça, c'est juste complètement irréel. C'était… Après, c'est comme une surprise… Avec une surprise, il y en a une autre qui vient. Puis, de plus en plus… La dernière chose que tu sais, c'est que tu joues au Bataclan… C'est magnifique.  C'est magnifique, oui. Merci, Hubert. Ça fait plaisir.

    Qu'est-ce qu'on peut dire au public ? On pourrait lui dire que tu seras libre, toujours ? Quoiqu'il arrive, quoi qu'on dise ?  Juste… continuez… Merci à ceux qui comprennent ce que je fais, puis qui s'intéressent. Merci aux nombreuses personnes, plus nombreuses que je pensais, qui aiment ce que je fais.

    Restez wow, puis je vais sortir des nouvelles choses bientôt. Merci. Merci, Hubert.

    Voir plusmoins
    00:08:12
    Tous publics
    Tous publics