Ouvrir Menu
TV5MONDE+
Profitez de votre espace

Pas encore inscrit ?

Créez vos alertes selon vos préférences, partagez voc contenus favoris, et accédez à vos recommandations personnalisées

  • Ce programme n'est malheureusement pas disponible pour votre zone géographique.
    Découvrez d'autres programmes disponibles dans les recommandations ci-dessous.
  • L'invité

    Jean-Christophe Rufin

    Invité : Jean-Christophe Rufin, écrivain français, membre de l'Académie française ; à l'occasion de la sortie de son roman "Le Tour du monde du roi Zibeline".

    Présentation : Patrick Simonin.

    Transcription

    Bonjour Jean-Christophe Rufin.

    Bonjour

    Écrivain, médecin, aventurier, diplomate, prix Goncourt, vous êtes l'homme de toutes les passions et vous voici de retour avec un roman chez Gallimard, c'est le tour du monde du roi Zibeline, c'est un roman initiatique, un roman d'aventures, une passion pour un personnage qui a vraiment existé, qui dites-vous "vous hante depuis 20 ans".

    Il me hante, c'est-à-dire que je l'ai en effet rencontré en Pologne parce que c'est (...)

    Bonjour Jean-Christophe Rufin.

    Bonjour

    Écrivain, médecin, aventurier, diplomate, prix Goncourt, vous êtes l'homme de toutes les passions et vous voici de retour avec un roman chez Gallimard, c'est le tour du monde du roi Zibeline, c'est un roman initiatique, un roman d'aventures, une passion pour un personnage qui a vraiment existé, qui dites-vous "vous hante depuis 20 ans".

    Il me hante, c'est-à-dire que je l'ai en effet rencontré en Pologne parce que c'est un personnage originaire d'Europe centrale et élevé en français, il a écrit ses mémoires d'ailleurs en français, mais il est plus connu, sa mémoire a été perpétuée en Pologne et dans les pays de l'est. Donc je l'ai rencontré là-bas, si j'ose dire, et depuis, j'ai souvent pensé à écrire sa vie, à lui donner une vie, si je puis dire.

    On est alors qu'au 18e siècle, c'est un petit noble élevé par un précepteur français, et qui va connaître une vie incroyable!

    Oui, je pense c'est une des vies les plus étonnantes qui soient dans cette époque, mais il a fait en effet le tour du monde, il a fait le tour du monde un peu contre son gré, parce qu'au début, il est allé juste combattre en Pologne, ce n'est pas très loin contre les Russes, les Russes l'ont déporté en Sibérie, là, il s'est évadé en prenant un bateau avec 80 personnes.

    Un bateau, il a (inaudible), c'est une épopée!

    Et alors, c'est surtout là qu'il a rencontré la femme de sa vie qui va avec lui raconter cette histoire. Cette une histoire à deux voix, et ça j'insiste beaucoup, c'est ce qui m'a plu dans la manière que j'avais envie de raconter cette histoire comme ça, avec sa voix à lui, mais pas seulement, aussi la voix de cette femme qui l'accompagne dans tous ses voyages et qui va partager avec lui ses aventures.

    C'est une aventure picaresque, c'est une histoire d'amour. Derrière ça, il y a la passion!

    Il y a la passion, il y a la découverte, il y a le 18e siècle avec ses ambiguïtés. C'est à la fois le siècle de l'esclavage, de la traite etc, mais c'est aussi le siècle des lumières, le siècle de la libération, le siècle où Diderot envisage des relations avec les peuples qu'on découvre dans ces îles, un peu partout, à Tahiti et ailleurs, autrement, avec un respect certainement beaucoup plus grand qu'il n'existera par la suite. C'est une espèce de période peut-être de grâce dans notre histoire.

    Alors le livre commence, il est reçu par Benjamin Franklin, fondateur des Etats-Unis qui lui dit: "Mais mais qu'est-ce que vous faites? Qui êtes-vous?" Et il répond: "Je suis roi!"

    Voilà, il est vieux, Benjamin Franklin, il rentrait aux Etats-Unis, il pense qu'on va lui faire un triomphe, mais finalement il est un peu laissé dans son coin, il s'ennuie, il reçoit des solliciteurs, puis il voit ce couple qui arrive d'Europe et qui vient le voir, et en effet il dit: "Qu'est-ce que vous faites, Monsieur?", alors il lui dit: "Je suis roi".

    "Je suis roi mais je ne veux pas le rester!" dit-il.

    "Je ne veux pas le rester" parce qu'il vient en fait demander l'appui des Américains, et ça c'est tout à fait historique! En fait, c'est auprès de Washington qu'il est venu d'ailleurs. On a les archives de ces rencontres d'Auguste avec George Washington, mais il a rencontré aussi Benjamin Franklin à Paris, et il vient demander aux Etats-Unis de l'aider à faire en sorte que Madagascar se défende contre les Français, alors qu'il en est devenu le roi, en tous cas d'une partie de l'île, probablement pas de la totalité de l'île, pour que cette île soit indépendante et se dote d'une constitution libre sur le modèle de la Constitution américaine au 18e siècle.

    Incroyable conte philosophique, on a dit c'est un peu le conte des Milles et une nuit d'un côté, un conte philosophique de l'autre, c'est ça ce roman!

    Parce que le 18ème siècle a inventé justement, ou en tout cas énormément aimé, le conte philosophique. C'est les "Lettres persanes" de Montesquieu, c'est les contes de Voltaire, c'est les Milles et une nuit. Et j'ai voulu un peu retrouver cet esprit, c'est pour ça qu'il y a ces deux voix qui racontent, et puis Franklin qui est un peu dans la position du sultan qui écoute Shéhérazade, il a mal partout, il est vieux, mais il y a du feu dans la cheminée, il y a une tasse de thé qui fume, et tant qu'on lui raconte une histoire, il est heureux et il oublie ses douleurs, voilà, c'est ça qui fait tout le charme de ce siècle étonnant.

    Et alors, il y a ce personnage féminin, quand je dis incroyablement fascinant, parce que c'est un livre finalement où la femme est très importante?

    Oui, parce que d'abord Benjowski Auguste a toujours été accompagné dans toutes ces aventures d'une femme. Il a partagé cette vie, pourtant vraiment d'aventure et de danger, avec des femmes; et grâce à cette femme, Aphanasie, cette jeune russe qui était la fille du gouverneur en Sibérie, là où il a été déporté, c'est grâce à elle qu'il a pu s'évader, c'est avec elle qu'il s'est évadé. Et ensuite, elle partagera sa vie. Et surtout, elle me permet en tant que romancier, si vous voulez, de varier les voix, varier les positions par rapport à cette histoire. Ce n'est pas seulement un type qui fait la guerre, non, il y a quelque chose de plus profond à travers elle qui transparaît.

    Et vous prenez, vous, les deux voix, la voix masculine et la voix féminine?

    Oui, parce que je crois qu'on en nous les deux sexes, si je puis dire, en tout cas dans la sensibilité; et c'est justement, pour un romancier, très important d'être capable de se mettre à la place de l'autre. Je sais qu'aujourd'hui, ça se fait moins parce que, aujourd'hui, on aime bien raconter sa vie, moi, j'aime raconter la vie des autres, de tous les autres.

    Un grand roman d'aventure, d'émotion, qui passe aussi par Paris, et on y découvre ce Paris des lumières, ce Paris extravagant de l'époque.

    Oui, ce Paris qu'ils vont connaître deux fois parce qu'ils le connaissent quand ils arrivent après s'être évadés, en passant par la Chine, etc, ils découvrent Paris. A ce moment-là, Paris est encore naïve, c'est-à-dire que les Parisiens sont avides de découvertes, et ils les reçoivent avec cette curiosité qu'on réserve, à ce moment-là, aux explorateurs, à Bougainville, aux autres: "Qu'est-ce que vous avez vu? qui avez-vous rencontré?" Puis, quand ils reviennent 10 ans plus tard, c'est déjà le Paris pré-révolutionnaire, c'est déjà le Paris de la crise, et c'est surtout le Paris de la puissance, c'est-à-dire qu'on ne s'intéresse plus aux autres peuples pour les découvrir, mais pour les conquérir, et les choses auront beaucoup changé.

    C'est un peu la fin d'un monde, un autre monde qui commence. Et puis aussi finalement, qui nous parle à nous aujourd'hui de ce monde-là, des rapports Nord-Sud, du rapport des peuples entre eux.

    Et des rendez-vous manqués de l'histoire, parce que d'une certaine manière, ce 18e siècle était riche d'autres histoires possibles. Et finalement, le 19e siècle qui va suivre, qui sera le siècle un peu de la hiérarchie des civilisations de la hiérarchie des races, du positivisme, va écraser tout ça et transformer tout ça en conquêtes, en colonisations, en choses, ce qu'on a connu, c'est-à-dire, cette violence. Le 18e siècle est beaucoup plus ambigu, et un personnage comme celui-là, dessine une autre voie possible. D'ailleurs, les Malgaches ne s'y sont pas trompés puisqu'il y a des rues qui portent son nom à Tananarive et dans d'autres villes de l'île. Ils ont bien reconnu en lui, quelqu'un qui n'était pas un conquérant, mais quelqu'un qui venait se battre avec eux et pour eux.

    Oui, "le Tour du monde du roi Zibeline", Jean-Christophe Rufin, est un livre formidable. Vous avez accompagné un autre tour du monde, en 80 jours cette fois, c'est publié aux éditions des Saints Pères, c'est Jules Verne, un manuscrit, incroyable manuscrit.

    Deux manuscrits, d'ailleurs.

    Et ça, c'est fascinant, ce livre-là, encore aujourd'hui, donne envie, fait rêver.

    Oui, moi j'ai juste fait la préface, mais pour le présenter et pour montrer son actualité et l'actualité du manuscrit, parce que le fait de se référer au manuscrit de Jules Verne, Jules Verne écrivait évidemment à la plume, c'est une manière d'insérer cette oeuvre dans son époque, parce qu'aujourd'hui, faire le tour du monde en 80 jours, en soi, ce n'est pas extraordinaire.

    C'est même long, hein.

    Mais si vous comparez les deux tours du monde, Benjowski Auguste, il a fait le tour du monde avec sa femme, ils ont mis 3 ans pour faire le tour du monde. Mettre 80 jours, c'était déjà entrer dans la modernité, et c'était déjà, finalement, répandre et installer sur le monde une espèce de toile, de chemins de fer, de lignes de bateaux, etc, c'est déjà le monde moderne, avec aussi quand même sa face noire, car évidemment cette Angleterre sur l'empire de laquelle le soleil ne se couche jamais, est une grande puissance impérialiste et colonialiste de son époque.

    Merci beaucoup, Jean-Christophe Rufin d'avoir été avec nous!

    Merci à vous.

    Voir plusmoins
    00:08:26
    Tous publics
    Tous publics