Ouvrir Menu
TV5MONDE+
Profitez de votre espace

Pas encore inscrit ?

Créez vos alertes selon vos préférences, partagez voc contenus favoris, et accédez à vos recommandations personnalisées

  • Ce programme n'est malheureusement pas disponible pour votre zone géographique.
    Découvrez d'autres programmes disponibles dans les recommandations ci-dessous.
  • L'invité

    L'INVITE TV5MONDE-01/01/17

    Invité : Philippe Geluck

    Le papa belge du chat le plus célèbre du monde, qui expose "L'Art et Le Chat" au Musée en Herbe, à Paris, commence l'année sur TV5MONDE, entre rire et culture...

    Présentation : Patrick Simonin.

    Transcription

    Bonjour Philippe GELUCK.

    Bonjour Patrick SIMONIN.

    Incroyable. Le Chat et l’Art. Vous faites des révélations finalement totalement inattendues dans ce livre Philippe GELUCK. Après une belle exposition, c’est qu’en fait, les grands artistes n’ont rien inventé, le Chat était là.

    Non alors, il n’était pas là avant eux, parce que tout de même je rends hommage, dans cet album, à des grands anciens. Il y a VERMEER, il y a PICASSO, etc. Mais on se rend compte qu (...)

    Bonjour Philippe GELUCK.

    Bonjour Patrick SIMONIN.

    Incroyable. Le Chat et l’Art. Vous faites des révélations finalement totalement inattendues dans ce livre Philippe GELUCK. Après une belle exposition, c’est qu’en fait, les grands artistes n’ont rien inventé, le Chat était là.

    Non alors, il n’était pas là avant eux, parce que tout de même je rends hommage, dans cet album, à des grands anciens. Il y a VERMEER, il y a PICASSO, etc. Mais on se rend compte que le Chat était peut-être déjà là et qu’ils ont fait comme disaient les surréalistes, du plagiat par anticipation.

    Oui. Ce qui est incroyable c’est que même VERMEER finalement, la lumière de VERMEER, on dirait du GELUCK.

    Oui. Alors, j’ai découvert un truc formidable c’est que VERMEER qui a peint cette lumière comme personne d’autre ne connaissait pas l’électricité. Or, moi j’ai mis des ampoules derrière le rideau, dans mon tableau, et la lumière est aussi belle. Mais évidemment ça marche sur 220 volts.

    C’est mieux avec l’électricité, malheureusement VERMEER n’avait pas cette chance donc c’est moins bien.

    Mais non, le pauvre il s’est fait chier à faire des trucs pendant des… il a peint pendant des mois et des mois. Moi il suffit que je branche la prise et le résultat est identique.

    Alors, on découvre le tableau qu’on croyait connaître, Mona Lisa par, voilà, Léonard DE VINCI. Mais en fait, ce n’est pas le vrai tableau.

    Non alors, attendez.

    Vous nous faites des révélations incroyables Philippe. Il faut être clair, vous dites c’est Mono Liso dit le Jocond.

    Oui. Mono Liso dit le Jocond, c’est lui. Regardez ça…

    Mono Liso, oui.

    Il est exactement comme sa copine ou sa cousine Mona Lisa, c’est qu’il nous regarde. Vous êtes devant mon tableau, vous vous déplacez de gauche à droite et il vous suit du regard.

    C’est extraordinaire.

    En fait c’est truc de… voilà, c’est un vieux truc de peintre.

    Et donc il ne rit jamais non plus ?

    Si, il rit intérieurement.

    Oui, c’est ça.

    Parce que la Joconde, en fait elle était peut-être morte de rire. On ne s’est jamais posé la question de : « à quoi pensait la Joconde ? » Mais cela dit, si, puisqu’on parle de la Joconde, vous savez que l’exposition « Musée en Herbe » est prolongée jusqu’au 02 janvier et que nous exposons actuellement la deuxième Joconde qui est prêtée par le Musée de Quimper. Non, mais ce n’est pas des conneries parce que… attendez, vous me regardez…

    Ah, il y a plusieurs Joconde ?

    Non, c’est une vérité historique, il y a plusieurs copies de la Joconde. Il y en a une qui est sublime, qui était au Musée de Quimper, qui nous la prête pour la fin de l’exposition jusqu’au 02 janvier. Et en fait, cette Joconde-là sort de l’atelier de Léonard DE VINCI, a été faite par ses élèves, et elle était considérée comme la deuxième plus ressemblante.

    Incroyable.

    Et donc au moment où la Joconde a été volée à Paris au début du siècle, le conservateur du Louvre a appelé son confrère de Quimper pour dire : « Passe-moi la tienne comme ça je l’accrocherai à la place de la mienne qui a disparu et on ne verra pas la différence. » Et la presse a révélé le vol et finalement la Joconde de Quimper n’était jamais venue à Paris, elle est actuellement au « Musée en Herbe ».

    Alors, le Chat il a une drôle de réflexion. D’ailleurs il dit le tableau n’est pas mal, mais enfin, si elle pouvait parler ce serait mieux quand même.

    Eh bien, elle est muette, et c’est le problème de toute la peinture pendant une grande partie de l’histoire de l’art.

    Alors que le Chat il parle lui, il parle, c’est… Voilà !

    Au moins. Alors il masque un peu le décor, c’est vrai, mais il parle.

    Oui, ce qui est un progrès dans l’art. Incroyable.

    Écoutez, depuis… Alors c’est drôle ce que vous dites parce qu’à l’époque du Moyen âge, il y avait dans certaines enluminures, ce qu’on appelait les phylactères. C’était les textes qui sortaient de la bouche des Saints qui étaient représentés. Et en bande dessinée, la bulle s’appelle le phylactère.

    Voilà, vous avez inventé le parlant.

    Un peu. La peinture est passée du muet au parlant avec moi. Je suis le Charlot des…

    Alors, il y a par exemple un artiste qui s’appelle BOUDIN. Le Chat aime beaucoup BOUDIN…

    J’aime BOUDIN.

    Surtout quand il danse avec une dame, il dit vous me faites penser à un tableau de BOUDIN.

    Oui. BOUDIN est un grand peintre français qui a peint des marines absolument sublimes et le Chat… Alors la fille n’a pas l’air terrible et il dit : « vous me rappelez un tableau de BOUDIN », et elle lui dit « Vil flatteur ».

    C’est ça.

    C’est un hommage à ce grand peintre, grand peintre français Eugène BOUDIN.

    Alors il y a une invention aussi parce qu’on y parle de mode aussi, il y a le slip VASARELY porté par le Chat.

    Oui.

    Très bien porté d’ailleurs.

    (inaudible) merci l’artiste parce que quand même VASARELY avec ses espèces de trompe-l’œil un peu gonflant.

    Oui, alors ce n’est pas celle-là.

    Non, non.

    On va essayer de trouver le slip.

    On la verra tout à l’heure. Mais donc je me suis amusé à travers toutes ces grandes œuvres de l’histoire de l’art et ici c’est MONET qui avait peint la Cathédrale de Rouen à plusieurs heures du jour, de l’aube au crépuscule, et le Chat s’est dit : « mais pourquoi se faire chier à peindre autant de tableaux », et j’ai mis une horloge dans le tableau, et elle tourne vraiment. Donc le Chat est peint à toutes les heures du jour et de la nuit.

    C’est incroyable.

    Et même si vous le regardez la nuit, il ne sera pas gris, il gardera ses belles couleurs. Contrairement aux proverbes.

    C’est merveilleux, vous êtes… Vraiment une invention merveilleuse en permanence. Alors on va avoir encore d’autres…

    Oui.

    … voilà d’autres exemples. Alors, MONDRIAN avait voulu faire de la BD toute sa vie, il n’a jamais trouvé la bonne histoire à raconter.

    Non, si vous regardez, toutes ces cases sont vides, il a le principe. Il a les cases comme en bande dessinée, mais il ne trouve pas le scénario, et il est triste. Alors il met des taches de couleurs pour passer le temps.

    Très bien, parce que là vous nous… vous faites progresser l’art finalement GELUCK.

    Non, mais sérieusement, parce que je sens que vous avez envie de…

    Non, mais là par exemple j’ai une compression là, vous voyez la compression de César.

    Oui.

    C’est la compression, les gens vivent ça tous les jours dans le métro.

    Absolument, César n’a rien inventé, il a vu des gens dans le métro, il a (inaudible) était comme ça, et puis il a compressé des moteurs, il a tout compressé. Ce que je voulais dire, c’est qu’à travers cet album, je pense que je prends par la main des lecteurs qui ne s’intéressaient pas forcément à l’art et je les emmène avec la vision du Chat sur des grands tableaux. Je pense que l’art parle à tous. Des peintres les plus obtus aux peintres les plus populaires. Chacun veut transmettre quelque chose aux spectateurs, mais le message ne passe pas toujours et le Chat est là comme passeur. Il dit : « regardez-moi, j’ai vu une connerie dans ce tableau-là, ça m’a fait rire et je veux la partager avec vous. » Et les gens et les enfants qui sont venus voir l’exposition au Musée en Herbe ressortent de là en disant : « quand est-ce qu’on retourne au Musée ? » Si je peux avoir ce rôle-là, c’est magnifique.

    C’est merveilleux parce que finalement ces auteurs deviennent familiers grâce au Chat.

    Voilà.

    Ils deviennent simples, amusants.

    Je suis d’accord avec vous. Pour moi, j’ai eu un papa qui m’a éclairé sur la peinture, qui m’a nourri des images des grands peintres. Et je lui en sais gré parce que pour moi, à un moment de mon enfance, la peinture était aussi importante que la bande dessinée. J’aimais autant SOULAGES que Tintin et Milou. Et là maintenant, d’être confronté à ces grands peintres, pour moi c’est quelque chose de naturel. Mais je sens que ce n’est pas naturel pour tout le monde et mon envie de partager mes bonheurs est là, et je le fais avec mes lecteurs.

    Oui, parce que c’est drôle au fond. Quand on pense La chaise de VAN GOGH.

    Oui.

    Alors Marilyn, mais là c’est Mao de WARHOL.

    C’est le Mao de WARHOL.

    Au fond ce sont vraiment des gens qui s’amusent les grands artistes.

    Mais évidemment, évidemment. Vous savez pourquoi l’exposition et l’album plaisent tellement aux enfants. Parce que je crois que les artistes sont des grands enfants. Et qu’un môme qui est devant un tableau abstrait ou devant une œuvre conceptuelle, il ne se pas la question de pourquoi ? Où ça vient dans l’histoire de l’art ? Il reçoit l’émotion du tableau. Et comme le peintre est un môme, il parle facilement aux enfants. Il faut simplement les relier.

    Il y a une fantaisie inimaginable.

    Regarder celui-là, c’est le…

    Ça, c’est le cri du Chat ?

    Alors non, ici c’est le rire du Chat et regardez comme (inaudible) parce que le cri de MUNCH est très angoissé et là le Chat rit, pourquoi ? Parce que dans le fond, vous voyez que le mec du couple a marché dans une merde de chien. Et ça fait rire le Chat.

    Il faut bien regarder de près, vous voyez. Il y a des détails.

    Tout est dans le détail.

    C’est merveilleux. Alors ça, ça a voulu dire que le Chat on l’aime. D’ailleurs, il nous envoie des bons baisers du Chat.

    Oui.

    Voilà, ça c’est quand même un truc incroyable chez Casterman. J’ai tant de choses à vous dire, c’est 1000 cartes postales…

    Non, 100, 100. Non, vous ne pouvez pas tromper le client. Les gens vont m’écrire en me disant vous êtes un menteur.

    Alors, il y en a 100…

    Il y en a 100, c’est énorme.

    C’est quand même énorme, c’est épais, je veux dire que…

    100 cartes postales. Je trouve qu’on n’envoie plus assez de cartes postales.

    Alors, regardez, il faut envoyer… Si vous avez 100 personnes, comme ça, d’un coup comme ça vous avez envie d’écrire, 100 cartes postales à écrire, c’est vite fait.

    Oui, vous le faites une par une. Mais il se trouve qu’on écrit plus assez de cartes postales. Moi quand je suis en voyage, maintenant j’en envoie à mes petits-enfants. Et je trouve que c’est un geste d’amour, c’est un geste d’affection. Alors, on envoie des mails, on peut les scanner et les envoyer par mail, on fait ce qu’on veut. Mais je trouve que dans cet objet postal, il y a une poésie qu’on perd un petit peu et qu’il faudrait remettre au goût du jour.

    Merci GELUCK. Alors, d’autant plus que l’art, vous êtes généreux, parce que l’Art et le Chat, eh bien c’est une édition augmentée avec 36 % de gags en plus.

    Ça a été testée en laboratoire.

    Testée en laboratoire.

    Par les plus grands scientifiques qui ont trouvé qu’il y avait plus d’humour…

    Et sans matière grasse, c’est bon pour la santé.

    Que de la matière grise, jamais grasse. Mais non. Vous vous imaginez si c’était de la matière grasse ? L’état dans lequel je serais ?

    Merci Philippe GELUCK. À bientôt.

    Voir plusmoins
    00:08:23
    Tous publics
    Tous publics