Ouvrir Menu
TV5MONDE+
Profitez de votre espace

Pas encore inscrit ?

Créez vos alertes selon vos préférences, partagez voc contenus favoris, et accédez à vos recommandations personnalisées

  • Ce programme n'est malheureusement pas disponible pour votre zone géographique.
    Découvrez d'autres programmes disponibles dans les recommandations ci-dessous.
  • L'invité

    Anaïs Sassi, Marie-Claude Mahiette

    Invitées : Marie-Claude Mahiette, présidente de l'association Les Écrivains chez Gonzague Saint Bris ; Anaïs Sassi, chargée de mission.

    Patrick Simonin s'entretient avec Marie-Claude Mahiette et Anaïs Sassi, à propos de l'oeuvre de l `écrivain français Gonzague Saint Bris, décédé en 2017, et de l'événement « La forêt des livres », devenu « Les écrivains chez Gonzague Saint Bris », dont la 2e édition se déroule à Chanceaux-près-Loches le 25 août 2019.

    Présentation : Patrick Simonin.

    Transcription

    On avait beaucoup de plaisir à le retrouver chaque année, Gonzague Saint Bris, l'écrivain fantasque et génial avait créé la Forêt des livres et c'était au mois d'août, hélas il nous a quittés il y a maintenant deux ans. Mais ce rendez-vous continue grâce à vous, Marie-Claude Mayette et également Anaïs Sassi, vous étiez deux proches de Gonzague Saint Bris. Aujourd'hui ça s'appelle les écrivains chez Gonzague Saint Bris, ça va se dérouler le 25 août prochain dans une forêt avec des arbres et surto (...)

    On avait beaucoup de plaisir à le retrouver chaque année, Gonzague Saint Bris, l'écrivain fantasque et génial avait créé la Forêt des livres et c'était au mois d'août, hélas il nous a quittés il y a maintenant deux ans. Mais ce rendez-vous continue grâce à vous, Marie-Claude Mayette et également Anaïs Sassi, vous étiez deux proches de Gonzague Saint Bris. Aujourd'hui ça s'appelle les écrivains chez Gonzague Saint Bris, ça va se dérouler le 25 août prochain dans une forêt avec des arbres et surtout beaucoup d'écrivains. Il fallait que ça continue véritablement Marie-Claude Mayette. Il fallait que ce rendez-vous ait lieu.

    Oui, absolument. C'est-à-dire notre équipe rapprochée, Christian Panvert et Nadine Théret qui travaillent à l'année sur cet évènement avec moi, on a décidé de poursuivre l'œuvre de Gonzague parce que c'était très important pour lui.

    Oui. Anaïs Sassi, 

    Anaïs. 

    Vous êtes chargée de mission pour l'organisation de cet événement, vous animerez aussi un café littéraire et vous connaissiez bien Gonzague. Il tenait beaucoup à ce rendez- vous.

    Ah, oui, c'était vraiment pour lui un rendez- vous très important. Non seulement parce que c'est un lieu qu'il aime, cette forêt, d'ailleurs c'était un amoureux de la nature, un amoureux de l'histoire et un amoureux des livres et du public, et je sais qu'il passait des étés, il disait: "je passe tout mon été pour cet événement." Mais aussi toute une année, donc c'était vraiment… Je pense que c'était son œuvre. En dehors de ses livres, c'était son oeuvre. 

    Voilà. Il voulait que ce soit le Woodstock des livres et des écrivains. 

    De la littérature. 

    Le Woodstock de la littérature. Ecoutez, je vous propose (seulement) pour le plaisir de réentendre la voix de Gonzaque qui nous en parle encore mieux que nous, écoutez.

    Avec plaisir. 

    C'est à Honoré de Balzac, l'enfant du pays, le voisin de la vallée de l'Indre que je dois cette idée d'avoir fait la Forêt des livres, de rassembler une foule fraternelle dans un village verdoyant autour d'un peuple d'auteurs. Il n'est pas un site de forêt qui n'ait sa signifiance, pas une clairière, pas un fourré qui ne présente des analogies avec le labyrinthe des pensées humaines. Quelle personne dont l'esprit cultivé…

    Voilà, on écouterait encore des heures. Il avait une voix tellement caractéristique. Marie-Claude Mayette, Il voulait que ce rendez-vous ait lieu, il aura lieu. On va y parler de Léonard de Vinci. On va y recevoir de nombreux auteurs. Qu'est-ce qui va se passer cette année ? 

    Eh bien il y aura donc une centaine d'auteurs, des habitués comme tout d'abord le parrain de la manifestation qui est Jean-Marie Rouart de l'Académie française, une autre académicienne, Dominique Bona et puis des auteurs qui ne sont jamais venus, comme Charlélie Couture, Alexandre Jardin,…

    Marek Halter.

    Marek Halter qui nous a fait le plaisir de venir cette année. 

    Oui. De très nombreuses personnalités dans le domaine des arts,  de la littérature, des personnalités connues du public.

    Oui. 

    Parce qu'au fond Gonzaque Saint Bris était un lettré, était quelqu'un d'absolument extraordinaire, aimait aussi ce contact avec le peuple direct, comme ça, discuter avec les lecteurs.

    Et puis je crois que ce qu'il avait compris c'est qu'un Salon du livre, il faut inviter une pléiade d'auteurs, donc il brassait tous les types de livres, puisque le public est quand même très friand aussi bien des gens qui passent à la télévision que des vrais auteurs donc il avait compris cette nécessité, ce qui fait qu'effectivement ça attirait chaque année à peu près 70.000 lecteurs ce qui est énorme. Quand vous parliez du Woodstock, c'est vraiment… C'était presque une rencontre avec les Beatles, moi, je dis on pouvait comparer ça à un concert des Beatles ou des Rolling Stones. Une véritable réussite. 

    Oui. Marie-Claude va nous dire un mot sur ce lieu, cette forêt, ces arbres.

    C'est un lieu magique qui est plébiscité par tout le monde parce que les gens voulaient par exemple délocaliser le salon. Mais c'est absolument impossible. Les auteurs tiennent à ce lieu parmi les arbres parce qu'il n'y a aucun salon qui soit comme celui de Chanceaux où on est en pleine nature et avec la proximité du public aussi, parce que tout le monde vient, se promène en même temps dans les allées. Et en plus, le but de Gonzague, c'était surtout d'offrir la culture à tous et surtout en milieu rural et de créer un lien social et culturel.

    Oui. Je rappelle donc le 25 août à Chanceaux-près-Loches  sur le thème de la Renaissance cette année qui marque les 500 ans de la mort de Léonard de Vinci. Il y tenait beaucoup, à Léonard de Vinci, Gonzague. 

    Je me souviens de l'époque où il avait organisé cette traversée des Alpes à dos d'âne avec des tableaux de chaque côté. C'était très héroïque puisqu'il n'a pas complètement reproduit la globalité de la traversée des Indes,  des Indes ! Des Alpes de Léonard de Vinci, mais quand même il en a fait une bonne partie avec l'habit de Leonard de Vinci. Leonard de Vinci, c'était son dieu. C'était ce qui avait bercé son enfance.

    Oui. 



    Il a été élevé au Clos Lucé d'Amboise et donc c'est quand même dommage qu'il ne soit pas là cette année parce qu'il aurait été ravi de pouvoir… 

    Bien sûr. Mais alors, vous lui consacrez une exposition qui s'appelle "Gonzague Saint Bris, the Renaissance man".



    Oui, c'est ainsi que les… 

    C'est comme ça qu'il aurait aimé qu'on l'appelle d'ailleurs, hein ? 

    Non, c'est les Américains qui l'appelaient comme ça, parce qu'il avait écrit un livre qui a eu beaucoup de succès, c'était "Lafayette" et là bas, comme il était un touche à tout, on l'appelait "the Renaissance man" et donc on a voulu faire cette exposition qui est d'ailleurs remarquable, j'invite tout le monde à venir la voir, parce que ça retrace la vie et aussi l'oeuvre de Gonzague.

    Oui. Alors, parmi les événements, je vois une pièce de théâtre "bal chez Balzac".

    Oui.

    Ah, oui. 

    On est dans un domaine des arts,  d'une certaine érudition.

    Il adorait Balzac, aussi. 

    Oui, il adorait Balzac, aussi. 

    Oui, il adorait Balzac. Mais pour dire, je pense qu'il en aurait été très heureux, de "the Renaissance man", parce qu'il avait un amour fou pour François 1er. Alors là, vraiment, je pense que… Il avait même l'allure de François 1er, c'est vrai ! Il avait quelque chose entre Balzac et François 1er. 

    On le voit là en photo, Gonzague Saint Bris. 

    Voilà. C'est vraiment extraordinaire. On a l'impression qu'il est encore là, d'ailleurs. Je pense qu'il habite les lieux.

    J'aimerais dire aussi que si c'est un homme que beaucoup voient comme un homme de l'histoire, il était très visionnaire sur beaucoup de choses. 

    Oui.

    Oui, c'est vrai. 

    Et donc il avait une idée à la minute et il fallait la réaliser tout de suite et c'est comme ça qu'il était pionnier des radios libres, il a fait l'équipe culturelle et dernièrement les…

    Les clips.

    Les clips par drones. 

    C'est comme ça d'ailleurs qu'il a traversé les Alpes.

    Qu'il a traversé les Alpes, oui. 

    On avait beaucoup de plaisir d'ailleurs à le recevoir ici pour nous montrer ses clips drones. Alors, dans le programme, l'après-midi, des tables rondes, animé par Christian Panvert et puis le café d'Anaïs, animé donc par vous, Anaïs Sassi. Qu'est-ce que vous nous préparez ?

    Je ne vais pas tout vous dévoiler maintenant mais je vais effectivement interviewer, enfin présenter, des auteurs. Des auteurs qui seront là en dédicace mais qui, je pense, ont envie aussi de rencontrer un petit peu plus, de façon un peu plus intime, les lecteurs et les lecteurs en sont aussi très friands.

    Oui, oui. C'est une passion alors, chez vous, chez Gonzague, chez tout le monde. La littérature au sens le plus large, parce que là on voit, on passe d'invité, j'allais presque dire qu'on dirait aujourd'hui "people" de la télévision à Balzac, à des pièces de théâtre et au fond tout ça rassemble un grand public.

    Les temps se confondent, on va dire. C'est vrai, les époques, les temps se confondent et au fond ce qui n'était pas offert hier est offert maintenant et ça je pense que ça se voit au niveau de la population, des gens qui viennent. Toute cette… je disais 70.000 visiteurs. Ils sont très très friands, ils sont très heureux. 

    C'est-à-dire que justement, les gens nous remercient de poursuivre cette manifestation. C'est d'ailleurs très touchant parce qu'elle est gratuite et ouverte à tous. Ca, c'est très important et ça leur permet en milieu rural de voir des spectacles qu'ils ne peuvent pas voir, ni se permettre d'ailleurs de voir et voilà. 

    Merci. Merci à toutes les deux. Marie-Claude Mayette, Anaïs Sassi. Rendez-vous donc le 25 août prochain à Chanceaux-près-Loches et Gonzague Saint Bris sera là, au moins par l'esprit. Merci à toutes les deux. 

    Merci. Merci, Patrick.

    Merci, beaucoup. 

    Voir plusmoins
    00:08:19
    Tous publics
    Tous publics