Ouvrir Menu
TV5MONDE+
Profitez de votre espace

Pas encore inscrit ?

Créez vos alertes selon vos préférences, partagez voc contenus favoris, et accédez à vos recommandations personnalisées

  • Ce programme n'est malheureusement pas disponible pour votre zone géographique.
    Découvrez d'autres programmes disponibles dans les recommandations ci-dessous.
  • L'invité

    Trois Cafés Gourmands

    Invités : Trois Cafés Gourmands

    Le trio d'amis d'enfance qui chante son terroir corrézien et l'amitié a fait un carton sur la grande scène en plein air des Francofolies de La Rochelle ! Vu 120 millions de fois sur les réseaux sociaux, le titre « À nos souvenirs » a fait danser la France durant tout l'été 2018. Et leur album est désormais double disque de platine...

    Présentation : Patrick Simonin. Émission enregistrée aux Francofolies de La Rochelle 2019.

    Transcription

    Hello, bonjour.

    Bonjour !

    Mylène, Sébastien, Jérémy, c’est Trois Cafés gourmands, et c’est les Francofolies de La Rochelle qui vous attendent sur la grande scène de Jean-Louis Foulquier ! On va dire, mais on vous l'a déjà dit trois mille fois : Quelle histoire, quelle aventure tout ce qui vous arrive… !

    Effectivement…

    Encore aujourd'hui, vous vous dites : "Bon sang, ça ne paraît pas croyable…"

    Eh ben, on est en plein dedans, d (...)

    Hello, bonjour.

    Bonjour !

    Mylène, Sébastien, Jérémy, c’est Trois Cafés gourmands, et c’est les Francofolies de La Rochelle qui vous attendent sur la grande scène de Jean-Louis Foulquier ! On va dire, mais on vous l'a déjà dit trois mille fois : Quelle histoire, quelle aventure tout ce qui vous arrive… !

    Effectivement…

    Encore aujourd'hui, vous vous dites : "Bon sang, ça ne paraît pas croyable…"

    Eh ben, on est en plein dedans, donc c'est souvent quand on est en train de vivre les choses que l'on n'a pas encore le recul nécessaire pour se rendre compte de vraiment ce qui se passe. Alors peut-être qu'on l'aura plus tard, mais la seule certitude qu'on a aujourd'hui, c'est qu'on vit les choses pleinement et on passe des moments exceptionnels.

    Jérémy, c'est pareil ?

    Oui, oui. C'est vrai qu’on a quand même du mal à réaliser qu’aujourd'hui, on est aux Francos pour la première fois… voilà… avec… on va partager la scène avec des super artistes…

    Avec Patrick Bruel…

    Dont on en a toujours rêvé… Patrick Bruel, Zazie, Jérémy Frérot… voilà. C’est des gens qu'on regardait à la télé l'année dernière et puis maintenant, on est avec eux. Donc ça, c'est assez magique.

    Sébastien, l'ancien prof de maths ?

    C'est un rêve de gosse qui est réalité aujourd'hui. Voilà, c’était…

    C'était plus que les maths en fait ? C’était plus ça que les maths ?

    Non, je pense que c’est… mais ce n’est pas… enfin, je ne sais pas. C'est très dur de juger quand tu as fait 12 ans de mathématiques. Et quand tu fais 12 ans d'enseignement et tu fais six mois de musique, c'est dur de savoir lequel…

    Allez, on va re-raconter votre histoire, elle est tellement géniale, mais surtout, on va d'abord écouter "À nos souvenirs" parce que nous, c’est une chanson qui nous touche, qui nous bouleverse. Dans quelques années, elle rappellera des souvenirs de cet été là où on écoutait ça. Regardez, Les Trois Cafés gourmands…

    On veut du Clody musette, à en perdre la tête, on veut un dernier chabrol, un petit coup de gnôle. Les yeux de nos grands-mères, la voix de nos grands-pères, l'odeur de cette terre, vue sur les Monédières. C'est pire qu'un testament, au-delà d'une confidence, on est des petits-enfants de ce joli coin de France…

     Quand je disais évidemment que dans quelques années, on se rappellera de cet été, de nos souvenirs…

    Et ça, ce qu'on voit dans le clip, au fond, c’est dire : Ben, les souvenirs d'avant, c’est les souvenirs de demain… ?

    Ce sera de nouveaux souvenirs et ce sera…. Oui, on se souviendra…

    On se replongera dans une certaine nostalgie et c’est vrai que nous, nos chansons reflètent un petit peu ça, c'est-à-dire de la nostalgie. Mais on aime à dire que c'est de la nostalgie positive.

    Ce qu'on vit aujourd'hui, je ne pense pas qu'on le vive avec nostalgie…

    Non ?

    Non. Je pense que…

    (Inaudible) on se disait qu’on… Si on… Quand on s’en reparlera… voilà. Dans quelques années, c’est…

    On s’en reparlera, mais on se dira quand même : Les coups de gnôle, et puis le visage de la grand-mère, et puis tout cela…

    Les coups de gnôle, je ne sais pas ! Les visages de certains qui sont dans le clip, nos familles, oui, tout ça, peut-être que ce sera… oui, même peut-être bizarre de le regarder dans cinq, six ans !

     Et le petit coin de Corrèze… ?

    Aussi.

    Ça, ça reste quand même la terre sous les pieds…

    Ben, on est… on y a grandi et on y habite encore, donc c’est… ça fait partie de nous et de ce qu'on est, de ce qui nous a fait grandir aussi.

    Et l'envie… Ben, vous, l'envie, Mylène, de chanter, l’envie d'être comédienne…

    L'envie de faire des spectacles… !

    C'est vraiment la musique et le spectacle après. Du coup, sur mon parcours Florent, c'est venu pour ramener quelque chose en plus. C'est pour m'apprendre à être un petit peu moins… j'étais un peu toute coincée, toute timide au début sur scène. Alors du coup, ça ne m'a pas mal aidée à ce niveau-là.

    C'est vrai que Jérémy, vous êtes un peu le comique du groupe, vous ? C’est vrai, mais on le dit… Ah, j'ai bien… j’ai bien préparé !

    Ça dépend… ! Ben oui… Je ne sais pas trop quoi dire…

    C’est ça qui fait l'alchimie au fond, c’est vos différences au fond…

    Tout à fait. C'est vrai qu'on a trois caractères assez différents et c'est vrai que du coup, ça fait une super alchimie. Et voilà…

    Et (on en parle) d'ailleurs. Il y a une chanson qui est sur l'album, qui s'appelle "Les Mots tristes", qui dit : "(Mymy), tu sais, un jour, si Vlad, il pleure, on ressemblera à Paris", etc. Enfin… ça résume bien ça.

    Le boute-en-train… !

    C'est ça aussi le plaisir de faire danser !

    C’est Gaston Lagaffe aussi des fois…

    Oui, mais c'est un peu pareil de toute façon…

    Souvent, il fait des gaffes, et là, tous les deux à côté, on est (inaudible).

    Il en faut toujours un dans un groupe…

    Non, mais sérieux, vous êtes restés comme les trois copains d'école maternelle, c'est ça, je crois ?

     C’est ce qu’on se dit…

    On n’a pas le choix ! On doit être copains ! On nous force à être copains ! C'est terrible !

    Non, non… Alors, on est toujours restés copains et souvent, on l'explique, c’est qu’il y a un genre de relation fraternelle qui nous unit, c'est-à-dire que même il y a des fois où on s'énerve profondément et où on n'est pas forcément d'accord, mais il y a quelque chose… c'est un petit peu comme les liens qu'on a familiaux des fois : On ne choisit pas d'aimer certaines personnes et on s'aime, je crois, dans le fond, malgré tout.

    Et quand vous voyez l'amour que vous envoie le public maintenant…

    Ça, c’est un truc quand même…

    Oui, on a la chance de le vivre entre copains donc oui…

    Ça, c'est une force incroyable. Quand on a des milliers de spectateurs qui sautent et qui crient les chansons, ça, c'est des doses d'adrénaline en pleine barre qu'on prend pleine figure. Et ça c'est vrai que c'est…

    (Inaudible) c’est dur d'ailleurs. Les sorties de scène, (dix) minutes après, un quart d'heure après, on a du mal encore à redescendre…

    Une heure… !

    Oui… Ben moi, je vais vous dire, on dit ça : Allez, ainsi va la vie !

    Ah oui !

    Ainsi va la vie !

    Excellent choix !

    Excellent choix…Regardez, Les Trois Cafés gourmands…

    Ainsi que va ta vie, tes envies, tes départs, tes détours, et tes chansons d'amours. Toutes les nuits, on rentre tard et on écrit l'histoire de nos vies…

    Quand vous vous retrouvez tous les trois, puis vous allez monter sur scène…

    Qu'est-ce que vous avez…

    On n’est pas tous les trois…

    Déjà, on laisse Mylène monter d'abord parce qu’on est hyper galants, si tu veux…

    Oui, mais on n'est pas tous les trois.

    On est beaucoup plus…

    On est huit sur scène, on a cinq musiciens avec nous…

    Oh la, la, la, la, la…

    On a toute notre équipe…

    C’est une grosse infrastructure.

    On a une équipe technique aussi… Et quand on monte sur scène… eh bien, on y va et on s'éclate. voilà.

     C'est fini le temps où il y avait une carriole derrière pour ramener le matériel ?

    Oui ! C’est il n’y a pas si longtemps…

    Il y en a une encore, mais elle est plus grosse. Elle est plus grosse cette fois-ci…

    Elle est plus grosse ?

    Et c'est un gros bus qui la traîne maintenant, mais oui…

    C’est un gros bus maintenant… Mais, mais, mais… et je vais vous le dire : Vous restez vous-même, vous restez…

    Eh bien, oui…

    Il n'y a pas de raison de changer. Il n'y a pas de raison de changer, on n'a pas envie de changer en fait…

    Et puis maintenant, on a passé 30 ans donc on ne change plus après 30 ans… !

    Et vous savez quoi ? Le public veut que vous restiez ce que vous êtes !

    Ben oui, mais je pense qu'on ne se pose pas trop de questions et on vit les choses un peu au jour le jour aussi. Je pense que c'est comme ça qu'on arrive le mieux à en profiter.

    Allez, je vais vous demander, avant de se quitter, une chanson, quelque chose… si on a envie d'autre que… évidemment, Les Trois Cafés gourmands, mais une chanson que vous aimez bien, que vous avez envie d'entendre là, maintenant, en se quittant…

    Eh bien, on l'entendra tout à l’heure… Depuis le temps que tu dors…

    Ah oui, Zazie…

    Ça fait des mois, des mois que tu hibernes, que tu sors pas de ta caverne… Et ainsi de suite.

    Oh, mais c'est merveilleux… ! On n’a même pas besoin de mettre la version originale, on a la vraie…

    Vous voyez comment elle est en train de se placer pour le duo avec Zazie ? C’est terrible…

    C'était Mylène et Zazie en duo…

    Et voilà.

    Extraordinaire, un grand moment, une première sur TV5 Monde. Je vous dis, allez, un mot qui n'est pas poli, mais qui va vous accompagner, pour vous souhaiter bonne chance… Ah non, il n’y a que vous qui pouvez le dire !

    Non, c’est vous !

    Merde… Voilà ! C'était Les Trois Cafés gourmands. Merci beaucoup !

    Ciao !

    Nananana, nanananana  Y'a pas d'entrave à vos passions, explorez tous les horizons  Même s'ils sont morts, même s'ils font peur Que l'on vous juge avec le cœur  Si c'est comme ça que l'on avance, j'aime vos soupirs Puis vos silences, ne lâchez rien, on compte sur vous   Vivez vos rêves même les plus fous   Soyez tous fous, soyez tous fous   Soyez tous fous  Tout le monde, tout le monde, tout le monde !  Nananana, nanananana

    Voir plusmoins
    00:08:10
    Tous publics
    Tous publics