Ouvrir Menu
TV5MONDE+
Profitez de votre espace

Pas encore inscrit ?

Créez vos alertes selon vos préférences, partagez voc contenus favoris, et accédez à vos recommandations personnalisées

  • Ce programme n'est malheureusement pas disponible pour votre zone géographique.
    Découvrez d'autres programmes disponibles dans les recommandations ci-dessous.
  • L'invité

    Ramin, Reda

    Invités : Ramin, Reda, DJ suisses.

    Les DJ Ramin et Reda enflamment Montreux Jazz Lab avec leur musique à consonance orientale et réinventent les codes du genre. Focus également sur l'actualité du Montreux Jazz Festival : concert d'Elton John, Pool Jazz et concerts virtuels.

    Présentation : Patrick Simonin. Depuis le 53e Montreux Jazz Festival.

    Transcription

    La synchro-sainte tradition des concerts au Montreux Jazz Festival, à l'hôtel du Stravinski auditorium, est rompue grâce à un concert exceptionnel, ici dans ce stade, où Elton John attend 15 000 personnes pour le Farewell yellow brick tour. C'est un véritable événement pour le 32ème entretien à ce festival. On pourra même louer des casques. Chacun va pouvoir mixer le concert d'Elton John comme il le veut. On va vous en mettre plein les oreilles, avec Elton John.

    C'est quoi, c'est l (...)

    La synchro-sainte tradition des concerts au Montreux Jazz Festival, à l'hôtel du Stravinski auditorium, est rompue grâce à un concert exceptionnel, ici dans ce stade, où Elton John attend 15 000 personnes pour le Farewell yellow brick tour. C'est un véritable événement pour le 32ème entretien à ce festival. On pourra même louer des casques. Chacun va pouvoir mixer le concert d'Elton John comme il le veut. On va vous en mettre plein les oreilles, avec Elton John.

    C'est quoi, c'est le concert en immersion, ici, à Montreux de jazz ? C'est le concert en 360 degrés, qui filme en 360 degrés. Incroyable. Quand vous le voyez, vu que ça tourne…  C'est ce qu'on voit sur l'écran, là. C'est ça. Ce que vous voyez devant vous, c'est ce que vous regardez… J'ai envie de le faire, j'ai envie d'aller voir un concert en imm… Ah, Il faut se mettre… Ouh là là, c'est ça ? Allez-y, aidez-moi.

    Voilà, et il faut le mettre sur les yeux. Vous voyez même le public, derrière.

     Je vois le public, ouais. C'est incroyable, ça.

    Ramin et Reda, bonjour et bienvenue. Regardez, on va faire…  Hop ! Venez faire pareil. C'est ce qui s'appelle être cool. On est au Montreux Jazz Festival. C'est clair.

    Ramin et Reda sont des stars de la techno house orientale. Qu'est-ce qu'on peut dire de votre musique, de ce que vous faites en tant que DJ tous les deux ?

    Qu'est-ce qu'on peut en dire ? On a commencé il y a une année et demie. C'est un projet assez récent. On s'est rencontré avec Reda. Moi, je suis d'origine iranienne, lui d'origine marocaine. On a remarqué qu'il y avait pas mal de similitudes dans ce qu'on aimait. On s'est dit "Why not? On se lance et on essaye de marier ça avec de la musique électronique". Et qu'est-ce que tu peux en dire, Reda ?

    L'idée, c'est de repérer des sonorités pour lesquelles on serait beaucoup plus sensibles, de par nos origines. Sortir du cliché, vraiment prendre des gammes qui étaient orientales, africaines, maghrébines, etc, et en faire une identité autour de la musique électronique. Sortir des clichés, c'est-à-dire inventer une autre musique, mélanger tout ça ? Inventer… Mais dans la sélection, garder une base qui pourrait être vraiment inédite en terme de gamme, de ce qui est joué, des outils électroniques qui sont utilisés également. C'est aussi par rapport au sampling qu'on parle du cliché. C'est vraiment une vraie sélection derrière ça. 

    Les deux origines : Iran et Maroc. Deux extrêmes. 

    C'est l'inverse. C'est l'inverse.

    Finalement, c'est le mélange qui est cool.  Ce sont deux extrêmes. On voit que cette région est quand même très riche, très diverse. Mais finalement, on voit qu'il y a quand même un fil rouge qui se crée, on se comprend sur des petites méthodes un peu sociales, sur des petites attitudes sociales. On voit qu'on se comprend. C'est ça qui est beau. Un duo, ce n'est pas facile. Mais avec nous… Ah oui, ce n'est pas facile ? Non, vous vous entendez super bien, là. Qui est facile à vivre.  C'est super facile à vivre. Le sourire tout le temps.

    Là, il fait une chaleur de dingue. On va aller au bord du lac. Et l'ambiance est extraordinaire, parce que Montreux Jazz c'est quand même un truc de fou. C'est un rêve. C'était un rêve, et c'est incroyable qu'il soit arrivé aussi rapidement. On est tombé sur les bonnes personnes, je pense, aussi. C'est super. Et on représente la scène aussi locale, suisse. Le Montreux Jazz, c'était…

    Fribourgeois.

    Moi, j suis Fribourgeois d'origine, oui.  Je suis né à Bruxelles, mais je suis Genevois. C'est parfait, alors. L'ambiance, écoutez, on va monter un petit peu le son. Écoutez ce que ça donne. Waouh.

    Quand on entend ça, ça y est, on a envie d'y aller, on a envie de faire danser, non ? On a juste envie de jouer. C'est clair. C'est quoi, le feeling quand on est dernière ses consoles et tout ça ? Comment ça se passe pour vous ?

    On est des sélectionneurs, tout d'abord. Pour nous, c'est juste un plaisir incroyable de pouvoir partager des sons. On passe du temps à les écoutet… Bien les chercher.

    Choisir le moment où on veut la partager. Cette sensation de le partager dans un grand public. Ce soir, c'est… Le lab, c'est une capacité de 2 000 personnes. Pour nous, c'est vraiment tout nouveau. On n'a jamais jamais fait ça. 

    On sent qu'à un moment, il y a un truc qui se passe dans le public. Ça se partage. Et puis, c'est très sensoriel parce qu'on ressent la musique, on essaye de travailler, apporter des transitions, et avoir de l'empathie aussi pour les gens. On pense à eux. Et puis, c'est ce qui fait justement que le set a une très bonne énergie.

    On est tellement heureux aussi de jouer en Suisse parce que là, on joue très souvent à Genève, presque chaque weekend. On sent qu'il y a nos amis, ceux qui nous soutiennent qui sont là. Le plaisir de pouvoir partager ça avec eux, à Montreux, c'est juste un… Les mots manquent, pour dire ce qu'on veut. C'est compliqué. Tu nous donnes une demi heure pour écrire, et c'est bon. On va prendre une demi heure, on va tout écrire, on va revenir tout à l'heure. Moi, j'aurais plutôt envie d'aller me baigner. Mais, il y a du boulot parce qu'on vous attend derrière, la foule, pour danser. Et ils ont des serviettes, donc ça va.  Vous avez vu, on est au dessus de l'eau. 

    C'est génial.

    C'est juste en dessous. Si vous nagez, vous pourriez arriver par là. Pour arriver sur scène depuis la mer… On parlait d'une entrée. L'entrée backstage, On peut sortir de l'eau, comme Godzilla.  C'est du jamais vu. 

    Je vous propose un truc : ils vont arriver dans l'eau, Ramin et Reda, vous n'allez pas louper cette prestation. Qu'est-ce qu'on dit là, avant d'aller sur scène ?  On est comme un poisson dans l'eau. Poisson dans l'eau. C'est nous.

    Lequel ? Je te laisse choisir. La passion, voilà le mot. La passion. Exactement.

    Merci. Je la vois dans vos yeux, la passion. 

    On a les yeux qui brillent, c'est exceptionnel. On ne se rend pas compte, en fait. Et puis, on a envie de dire aussi que, pour tous les programmateurs qui nous ont fait confiance, il y a une partie d'eux avec nous ce soir. Et à tous ces gens qui nous ont encouragés, qui nous ont dit "Vous êtes sur la bonne direction", on veut leur dire merci. Et c'est ici qu'on leur rendra hommage. Voilà…

    Merci à tous les deux. Ramin et Reda, musique ! C'est parti !

    Voir plusmoins
    00:08:11
    Tous publics
    Tous publics