Ouvrir Menu
TV5MONDE+
Profitez de votre espace

Pas encore inscrit ?

Créez vos alertes selon vos préférences, partagez voc contenus favoris, et accédez à vos recommandations personnalisées

  • Ce programme n'est malheureusement pas disponible pour votre zone géographique.
    Découvrez d'autres programmes disponibles dans les recommandations ci-dessous.
  • L'invité

    Angélique Kidjo

    Invitée : Angélique Kidjo.

    La star béninoise Angélique Kidjo reprend les succès de l'immense chanteuse de salsa cubaine Celia Cruz dans un nouvel album événement intitulé « Celia ». Suivra une grande tournée internationale avec, notamment, un concert au Bataclan, à Paris, le 14 mai 2019. Angélique Kidjo revient également sur les cérémonies du 11 Novembre où elle a chanté sous l'Arc de Triomphe au nom de toute l'Afrique et devant les plus grands chefs d'État du monde.

    Présentation : Patrick Simonin.

    Transcription

    L'une des 100 femmes les plus importantes du monde selon le Time Magazine, dans tous les cas la première diva africaine : bonjour Angélique Kidjo. Bonjour ! C'est un bonheur de se retrouver avec… Toujours un plaisir. …cet album qui s'appelle "Celia". Celia, ce n'était pas n'importe qui. 

    Non, Celia était ma première expérience de femme salsera. "Salsero", on dit pour les gars, moi je dit "salsera", parce que la salsa a toujours été des groupes de mecs qui jouaient. Celia, pour moi… (...)

    L'une des 100 femmes les plus importantes du monde selon le Time Magazine, dans tous les cas la première diva africaine : bonjour Angélique Kidjo. Bonjour ! C'est un bonheur de se retrouver avec… Toujours un plaisir. …cet album qui s'appelle "Celia". Celia, ce n'était pas n'importe qui. 

    Non, Celia était ma première expérience de femme salsera. "Salsero", on dit pour les gars, moi je dit "salsera", parce que la salsa a toujours été des groupes de mecs qui jouaient. Celia, pour moi… 

    C'est Celia Cruz, un nom mythique.

    Elle est arrivée sur scène, et puis son "Azucar" m'a embarquée. Donc voilà. C'est son énergie et sa joie de vivre qui est quelque chose qui est restée avec moi. Quand on est une adolescente et qu'on voit une femme sur scène comme ça, on se dit : "C'est possible ?" Oui, c'est possible.

    Elle était accueillie au nom de "Azucar" quand elle arrivant sur scène. C'est elle-même qui… Pour elle, c'est la joie de vivre. Ça fait partie de son humour. La vie, c'est comme du sucre : c'est goûteux, c'est voluptueux, c'est sensuel, c'est beau. "Azucar", il faut vivre quoi. Vivez la vie. C'est beau. Regardez, écoutez surtout : Angélique Kidjo et Celia.

    C'est un souvenir impossible à oublier, j'imagine, Angélique Kidjo, la première fois où vous avez vu Celia sur scène avec l'Orchestre de Johnny Pacheco. C'était à Cotonou, et il se passait quelque chose sur scène avec elle.

    C'était une énergie folle. Cette énergie folle et… Cette envie de… On ne peut pas s'asseoir sur sa chaise quand Celia est là. C'est-à-dire qu'elle n'a même pas besoin de dire "Il faut se lever", c'est contagieux. C'est contagieux, on ne peut pas s'arrêter de bouger. On a la banane autant qu'elle, parce qu'elle a toujours un sourire pas possible. C'est son rire et c'est ça la vie.

    Je voudrais qu'on voit d'autres images parce que ce disque-là est formidable, il rappelle aussi ce que vous êtes vous, Angélique. On va avoir des images : c'était le 11 novembre dernier. Vous vous retrouvez sous l'Arc de Triomphe. Vous avez devant vous tous les plus puissants de la planète. Et quand je dis "puissant", il y a Trump, il y a Poutine, il y a Emmanuel Macron. Il y a tous les chefs d'État africains. C'est le 11 novembre. Et vous chantez devant eux. Vous vous adressez à eux en quelque sorte. On voit ces images qui marquent quelque part l'histoire. Écoutez encore quelques instants.



    Vous pensez à quoi dans cet instant-là, Angélique Kidjo ?

    Dans cet instant-là, je pensais d'abord avant tout à rendre hommage aux soldats africains du Nord, de l'Ouest, de l'Est ; tous ceux qui sont venus mourir pour que nous vivons dans cette société dans laquelle nous vivons aujourd'hui de liberté, et pas de conflits. Et aussi, pour moi, il était important de rappeler à ces "puissants", parce que pour moi la puissance n'est pas dans la violence. Je n'ai jamais cru, parce que quand on est dans la violence, ce n'est pas dans la puissance, on est dans la peur. Que nous, les citoyens de ce monde, on a besoin de vivre dans un monde qui ne nous tombe pas sur la tête, déjà pour commencer, et qu'on a besoin de beaucoup plus de justice sociale, et qu'ils ont la responsabilité de travailler pour nous, et pas le contraire.

    On vous voit, il y a Trump et sa femme en face de vous. Et là, vous vous dites, effectivement : "Je représente tout un continent et au-delà." 

    Je représente notre famille humaine, pas seulement le continent africain. Parce que quand on dit les "puissants de ce monde", ils sont puissants pourquoi ? Parce que les peuples donnent la puissance. Et s'ils ne peuvent pas travailler pour nous, et que c'est dans la division de ces peuples-là, en infligeant des pertes humaines, qu'on peut être un dirigeant puissant, on n'est pas puissant pour moi. À partir du moment où on commence à se dire "on s'en fout de la vie des gens, et ce qui nous intéresse c'est notre pouvoir, et uniquement notre pouvoir ; et que si les gens, on peut les sacrifier pour rester au pouvoir", ce n'est pas du pouvoir, pour moi c'est de la peur.

    Et ceux, ils n'ont pas été si nombreux, qui ont critiqué ça avec des propos racistes. Jean-Marie Le Pen qui a dit : "Pourquoi on met une Noire en boubou pour représenter la France ?" C'est ça qu'il a dit ?

    Oui, c'est ça. Que c'est dommage, c'est triste que ce soit une Noire en boubou qui représente la France, alors que c'est une robe à crinoline que j'ai mise. La France, elle est multiple. Et c'est ça l'ignorance de ce monsieur. C'est-à-dire que l'on vit en France avec des immigrés qui viennent de partout. Il y a des immigrés qui sont venus de l'Europe… Ce pays est un pays de métissage. Et la force de la France, c'est justement ce métissage. Si la France n'avait pas été un pays qui avait accueilli les autres, elle ne serait pas là où elle est aujourd'hui. Il y a des gens qui ne sont pas "Français de souche", et je n'aime pas ce mot-là, qui ont créé des choses qui nous aident, qui ont fait des découvertes scientifiques qui nous aident, qui ont fait plein de choses. Quand on arrive à avoir une vision aussi étroite du monde et de la race humaine, et de la famille humaine que nous sommes, ça me rend triste. Je ne suis même pas en colère parce que je ne peux pas comprendre cette ignorance-là, on est au 21ème siècle. "La France aux Français", ça veut dire quoi ? Et c'est ça, ce slogan que j'entends : "la France aux Français". De quels Français on pare ? Et de quelle France on parle ? Moi, je veux qu'on me l'explique, parce que je suis Française. Et je suis… Je ne dis pas aux autres Français, à ceux qui veulent venus de ne pas venir. Quand on est Français, c'est quoi ? C'est quoi, être Français ? Il faut arriver à le définir. Est-ce que nous sommes des êtres humains comme tous les autres et nous avons de la compassion et de l'empathie ? Est-ce qu'on peut comprendre que si l'on doit être aussi puissant, il faut qu'on accepte les autres. Et c'est ça, oublier que… Si on n'accepte pas les autres, on n'a pas de pouvoir, c'est dangereux.

    On va voir quelques images de concert. Angélique Kidjo sur scène. C'est là où finalement, il y a ce partage avec le public. Regardez.

    Ça sera au Bataclan le 14 mai prochain. On pourra vibrer, danser. Il faut danser. Il faut amener des chaussures pour danser. C'est le sourire de Celia, et c'est un sourire universel ?

    C'est un sourire universel, et cette énergie aussi qu'elle m'a donnée quand je l'ai vue sur scène. En fait, c'est ça le plus important : cette énergie, et aussi sa culture africaine ; cette culture africaine que nous partageons tous, en fait. Elle n'a jamais eu honte de sa part africaine, et c'est quelque chose que j'admire énormément chez elle par rapport à ça. Et n'oublions pas : nous sommes tous des Africains. C'est vrai ? Absolument, vous n'êtes pas un homo-sapiens, vous ? 

    Si.

    Si vous êtes un homo-sapiens, vous êtes un Africain. 

    Merci Celia… "Merci Celia", j'allais dire. Merci Angélique. 

    Ça veut dire qu'elle s'est invitée là, déjà. Son esprit a dit : C'est moi Celia, ce n'est pas Angélique."

    Angélique Kidjo, ça s'appelle "Celia" : c'est son nouvel album événement. Merci beaucoup, Angélique Kidjo, d'avoir été avec nous. C'est un bonheur, toujours. Toujours un bonheur.

    Voir plusmoins
    00:08:24
    Tous publics
    Tous publics